Québec musical

Boubacar Diabaté

Boubacar Diabaté

En 2006, le Québec a perdu un de ses plus grands représentants de la musique du monde, Boubacar Diabaté, joueur de kora et griot sénégalais qui interprétait de la façon qu’aucun disque ou enregistrement ne peut saisir.

Le proverbe malien dit : «Quand un griot meurt, c’est une bibliothèque qui part en flammes» et c’est une grand trésor qui a disparu avec Boubacar Diabaté.

Boubacar Diabaté a fait le tour du monde à l’âge de 20 ans avec son instrument, avant de s’installer définitivement au Québec en 1986, à l’âge de 60 ans. Il vit en jouant de la kora en dans des festivals internationaux et dans des petites salles à Montréal. Un de ses plus grands succès est d’ailleurs intitulé Québec – Montréal.
 
La kora est un instrument originaire de l’empire Mandingue, vaste territoire qui englobe le Sénégal, le Mali et la Guinée. Il est semblable au luth par le chevalet qui se retrouve au bout du manche des guitares, violons et basses, le son produit par la kora est toutefois très mélodique ressemblant à celui d’une harpe.

Les griots, c’étaient les seules personnes autorisées à raconter l’histoire des générations. Les griots étaient musiciens, chanteurs, conteurs et historiens. Les griots contractaient des mariages entre eux, étant une castes consacrée au domaines de la préservation de l’histoire.

Lamine Touré, fondateur des Productions Nuits d’Afrique, dit que le griot est plus fort que le roi. Il va le conseiller et lui dire ce qu’il doit faire et ce qu’il ne doit pas faire.

Boubacar Diabaté était donc un griot qui vivait au Québec. Il a formé plusieurs musiciens, tels que Nathalie Cora (Nathalie Dussault), musicienne qui a voyagé en Afrique avant de lancer son disque de world-fusion basé sur la kora. Nathalie a appris à maîtriser l’instrument grâce à Diabaté et l’a accompagné jusqu’à son lit de mort.

Boubacar Diabaté s’est senti à Montréal chez lui. Il a eu beaucoup de soutien de son entourage québécois. Il n’était pas du tout « ghettotisé » et la plupart de ses amis étaient québécois.

Grâce aux efforts de Boubacar, une poignée des gens non-griots montréalais ont appris cet instrument ancestral.

Boubacar était le premier griot de sa génération à s’installer au Québec. D’autres plus jeunes suivent son exemple, griots et non-griots confondus, le système des castes en voie de disparition, grâce en partie aux efforts de Boubacar Diabaté, le grand musicien.

1 commentaire

  1. Pingback: A CORNERSTONE FALLEN « Perspectives

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>