Musées du Québec

Musée Canadien de la guerre

Musée Canadien de la guerre

Musée Canadien de la guerre

Notre site GrandQuebec est consacré au Québec, mais le Musée canadien de la guerre sera une de rares exception de cette règle, parce qu’on ne peut séparer les destinées des Québécois et de tous les Canadiens qui ont donné leurs efforts, leur sang et, en nombreuses occasions leur vie en défense du pays.

La visite au Musée canadien de la guerre, un musée au niveau national, est incontournable pour chaque visiteur de la capitale fédérale. C’est une excellente illustration du passé et présent militaire du Canada. Ses expositions témoignent de la riche histoire militaire du pays, des temps anciens à nos jours. Des témoignages de gens ordinaires qui ont vécu la guerre tant sur les champs de bataille que dans leurs foyers vous feront comprendre encore mieux les horreurs des guerres et vous permettront comprendre l’esprit des gens qui ont combattu et continuent leur combat pour nous en Afghanistan et dans autres pays du monde.

Le Musée expose en permanence d’imposantes collections d’art militaire, d’artefacts, de voitures militaires, d’armement, mettant en lumière des épisodes les plus impressionnants de l’histoire militaire du Canada. Il y en a des récits personnels, d’oeuvres d’art, des artefacts, des photos.

Les présentations interactives racontent l’histoire des conflits et abritent un chasseur Voodoo, des pièces d’artillerie du XIXe siècle, des chars et un grand éventail de véhicules.

Une exposition présente l’histoire du conflit qui atteignit Québec et décida du sort du Canada. Près de 200 artefacts provenant de 55 collections et institutions différentes, forment l’exposition Le choc des empires qui examine le contexte international de ce conflit et de quelle manière ce dernier a contribué à façonner le monde et le Canada. Les objets en montre dans cette exposition comprennent vêtements, armes, arts décoratifs, tableaux et documents illustrant le conflit tel que vécu par les Premiers Peuples, les Britanniques et les Français.

Une des salles, la salle du Souvenir est une aire de réflexion qui contient un seul artefact : la pierre tombale du Soldat inconnu de la Première Guerre mondiale. Cette salle reçoit directement les rayons solaires à 11 h, le 11 novembre jour du Souvenir (le jour et l’heure de l’armistice de la guerre).

L’architecture spectaculaire et le site splendide que le musée occupe tout près de la rivière des Outaouais, ainsi que ses expositions novatrices et ses activités spéciales font du Musée canadien de la guerre un musée militaire de calibre international.

soldats canadiens dans l'Afrique du Sud

Des soldats canadiens dans le veld, l’Afrique du Sud, pendant la guerre sud-africaine de 1899-1902. Collections du Musée

Un Centre de recherche sur l’histoire militaire fonctionne dans le cadre du musée. Ce centre rassemble la Collection d’archives George-Metcalf et la Bibliothèque Hartland-Molson. Ces importantes collections nationales contiennent des documents de recherche sur l’histoire militaire du Canada, depuis la période pré-européene jusqu’à aujourd’hui.

L’adresse du musée:

Musée canadien de la guerre
1, place Vimy
Ottawa (Ontario)
K1R 1C2

Pour vous renseigner sur les expositions permanentes, spéciales et temporaires, les prix individuels et en groupe, pour planifier votre visite au musée, consultez son site officiel : museedelaguerre.ca.

Canadiens en Afghanistan

Il est trop tôt pour écrire l’histoire de la guerre d’Afghanistan qui semble encore bien loin de s’achever. On peut toutefois résumer quelques faits reliés à la participation des forces canadiennes.

C’est le 7 octobre 2001 que Jean Chrétien, premier ministre du Canada, annonce que le pays enverra ses troupes en Afghanistan pour aider la communauté internationale dans sa lutte contre le terrorisme. Dans son discours, M. Chrétien souligne que les Forces armées canadiennes seront envoyées pour une période de deux ans, mais il laisse entendre que ce délai pourra être prolongé en cas de besoin.

Au début du mois de décembre, les 40 premiers combattants canadiens débarquent en Afghanistan. Ils font partie d’une unité de troupes spéciales qui combattent immédiatement. Vers le milieu du mois de janvier 2002, le premier contingent de troupes régulières, composé de 700 soldats membres du régiment de l’infanterie légère Patricia, rejoint ses frères d’armes.

La première opération d’envergure à laquelle participent, entre autres, ces deux unités, a lieu en mars 2002. Il s’agit de l’opération Anaconda, dont le but est de déloger les forces talibanes et Al-Qaida de la province de Paktia, dans l’est du pays. L’opération, menée à bien par les forces de plusieurs pays, est un succès: d’importants dépôts d’armes sont découverts et confisqués, des dizaines de combattants ennemis sont tués ou capturés, de vastes régions sont libérées. Les Canadiens n’ont pas souffert de pertes humaines.

Le 18 avril 2002, un avion bombardier américain F16 laisse tomber une bombe guidée par laser sur un groupe de Canadiens qui sont en train de s’entraîner près de Kaboul, tuant quatre soldats. Ce sont les premiers Canadiens morts au combat depuis 1953, lors de la guerre de Corée.

En Février 2006, les Forces canadiennes prennent le commandement des opérations militaires dans la province de Kandahar, dans le sud de l’Afghanistan. C’est l’une des régions les plus dangereuses du pays (en Russie le mot «kandahar» est devenu synonyme de stress et de malheur depuis la guerre d’Afghanistan perdue par l’URSS en 1989).

La zone la plus active des partisans des Talibans se trouve alors dans la région du Panjwayi, à l’ouest de la province. En mai 2006, les Canadiens, les Américains, les Britanniques et les troupes gouvernementales afghanes, soit près de 10 mille soldats alliés, prennent part à l’offensive Mountain Thrust contre le Panjwayi. Ils détruisent plusieurs bases terroristes mais ils ne réussissent pas à repousser les forces talibanes de la région.

C’est lors de cette offensive que le capitaine Nichola Goddard perd la vie. Elle est la première femme militaire canadienne morte au combat.

Le 12 juillet 2006, 2 mille Canadiens, Néerlandais, Danois, Américains et Britanniques, ainsi que des soldats de l’Armée nationale d’Afghanistan, reprennent l’offensive pour chasser les Talibans de la ville de Panjwayi. Les Canadiens dirigent cette opération qui a été baptisé Medusa.

Le lendemain, on compte plus de 200 Talibans tués. L’offensive se poursuit jusqu’àu 18 septembre. Environ mille Talibans sont tués.

Les pertes parmi les forces alliées sont importantes. Plus de cent soldats tombent lors de l’offensive, dont 16 Canadiens. Malheureusement, le 4 septembre 2006, un avion américain A-10 Thunderbolt-II, appelé à l’aide par les fantassins canadiens, les attaque par erreur. Un soldat est tué.

Comme nous l’avons dit au début de cet article, il ne s’agit pas d’une histoire de la guerre d’Afghanistan, qui se poursuit toujours. Les faits cités sont reliés aux 5 premières années de ce conflit.

1 Comment

  1. Colette Gagnon

    2012/05/22 at 9:55 pm

    Recherche collectionneur pour vente de baionnette 1676 ou 1678. Inscrit sur la lame.

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *