Multiculturalisme

Club des femmes de couleur

Club des femmes de couleur

Club des femmes de couleur – The Coloured Women’s Club

Ce Club, la plus ancienne organisation de femmes noires au Canada, voit le jour à Montréal en 1902 à l’initiative des épouses des porteurs noirs, appelés aussi bagagistes, venus des États-Unis pour travailler dans les gares de chemin de fer de la ville.

En effet, les chemins de fer se développaient et on construisait des gares un peu partout au Québec et dans le reste du pays. Alors, un grand nombre de porteurs venaient de New York, de Chicago, de Détroit et d’autres villes américaines, attirés par des salaires alléchants. À l’époque, ces bagagistes étaient connus sous le nom de Caps rouges en raison de la couleur de leurs casquettes (caps en anglais) de service.

Pourtant, la vie n’était pas rose pour ces ouvriers et leurs familles. Les relations tendues entre les travailleurs locaux et les immigrants étaient rendues encore plus difficiles par la discrimination raciale.

Ces familles vivaient principalement dans le quartier délimité par l’avenue Atwater et les rues Notre-Dame, Guy et Saint-Antoine, connu aussi sous le nom de Petite-Bourgogne. C’est là qu’ils fondèrent, en 1907, l’Église Unie.

The Coloured Women’s Club of Montreal fut créé afin de soutenir les femmes et les familles de cette communauté. Les femmes noires s’unissaient pour agir et s’entraider face à l’injustice sociale et aux problèmes domestiques. La première présidente du Club est Mme Anne Greenup.

Il est vrai qu’il existait déjà au Québec des organismes d’aide aux femmes, mais dans les faits, les femmes noires en étaient exclues. C’est l’une des raisons qui ont décidé la création de ce Club.

Comme c’était souvent le cas à l’époque, l’association est fondée sur des bases religieuses. Une grande partie des membres travaillaient comme domestiques ou comme employées dans des buanderies, des manufactures, etc.

Après sa création, le Club des femmes de couleur a joué un rôle très important pour facilité l’adaptation des familles d’immigrants. On distribuait des vêtements d’hiver pour les nouveaux arrivants, on les aidait à s’installer, à trouver un emploi et à défendre leurs droits. Mais le plus important était peut-être le soutien moral et spirituel qui permettait de surmonter bien des difficultés.

Outre l’aide aux nouveaux immigrants, le Club offre des refuges aux femmes victimes de violence, distribue de la nourriture aux démunies, prend soins des blessés de retour de la guerre des Boers, et mène plusieurs autres activités. Le Club achète même des lots dans les cimetières pour pouvoir offrir une sépulture digne aux membres des familles pauvres.

Vers 1910, le Club établit une bourse d’études pour les étudiants noirs. Au cours de la première guerre mondiale, les femmes de cette communauté furent nombreuses à travailler dans les hôpitaux.

En 1997, le Ministère de l’Immigration du Québec reconnaît officiellement les mérites du Club of Coloured Women of Montréal. Un prix, du nom d’Anne Greenup, est créé par le gouvernement. Ce prix est décerné annuellement aux femmes et aux organismes féminins qui se distinguent dans la lutte pour l’égalité et l’amitié entre les différentes communautés ethniques.

Bien sûr, les conditions sociales ont un peu évolué, mais le Club aide toujours les femmes à s’intégrer dans la société québécoise. Ces femmes, toujours actives, organisent des voyages, suivant les circuits de l’héritage des personnes noires au Canada, notamment, en Ontario et en Nouvelle-Écosse, ainsi qu’aux États-Unis.

Rappelons finalement qu’en 1999, un groupe de membres du Club a édité un livre de recettes de cuisine «The CWC Millennium Cookbook» qui a eu un grand succès au Canada et aux États-Unis. Les profits de la vente de ce livre sont allés au fonds des bourses d’études.

Place Vauquelin

Place Vauquelin

Voir aussi :

1 commentaire

  1. raynald michaud

    2013/11/22 at 2:12

    Existe-t-il un groupe à Québec que je pourrais contacter?
    Merci.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>