Montréal: ses attraits

Square Viger

Square Viger

Square Viger

Le Square Viger est situé au centre-ville de Montréal. Le square est bordé à l'est par la rue Saint-Denis, à l'ouest par la rue Saint-André, l'avenue Viger au nord et la rue Saint-Antoine au sud. Son nom rappelle M. Viger, premier maire de Montréal, dont la veuve céda un terrain à la ville pour y aménager un espace public.

Le parc fut autrefois beau parc champêtre, inauguré en septembre 1860 après que la Ville de Montréal ait acquis par achats ou par cessions, des parcelles de terrains aménager de vaste terrain marécageux que l'on y trouvait. La ville y plante des arbres et on débute le tracé de sentiers et le site est baptisé Jardins Viger. D'abord, un marché au foin et une pesée publique sont exploités sur le site, du côté est de la rue Saint-Denis, mais le marché est fermé pour donner place ai parc.

En 1865, on y installe des serres (elles seront déménagées au Parc Lafontaine en 1889) et dès 1870, le square Viger (la dénomination Jardins fut changée pour Square en 1867) devient la première place publique à Montréal où l'on puisse entendre de la musique. Ernest Lavigne y dirige son orchestre de 1885 à 1889, avant qu'il ne s'installe au Parc Sohmer (disparu à son tour en 1919).

En 1892, la ville de Montréal agrandit le square et on démolit le marché aux bestiaux, situé tout près dans la rue Saint-André. En 1895, le monument en mémoire du Docteur Jean-Olivier Chénier, leader des Patriotes, mort en combat, y est inauguré et la fontaine Lacroix y est installée.

Le secteur connaît une période faste après la construction de la gare Viger. Plusieurs représentants de l'élite canadienne-française s'y installent. L'École des hautes études commerciales est érigée sur l'avenue Viger en 1908-1910.

Dans les années 1920, commence une période triste de l'histoire du Square Viger. En effet, après une période de gloire, le parc n'a cessé de se dégrader au fil du temps. Pour ajouter au déclin, la fontaine Lacroix est déménagée au Square Saint-Louis à l'occasion du prolongement de la rue Berri. En 1951, les activités de la gare Viger cessent. Le square devient avec un repère de sans abris qui y viennent dormir.

square viger agora

Agora du Square Viger. Photo : © GrandQuébec

La place a été transformée par le passage de l'autoroute Ville-Marie dans les années 1970. En 1981, la structure Agora y est installé, oeuvre de l’artiste Charles Daudelin (1920-2001), mais l’environnement du square reste ingrat et dominé par la circulation automobile des voies desservant l’autoroute.

Ainsi, l’absence d’animation véritable du secteur en a fait un lieu peu fréquenté, associé à la marginalité et à l’insécurité. Le square Viger offre cependant un grand potentiel du fait que ses arbres ont grandi et que les nouvelles générations d’urbains et d’artistes en découvre les qualités.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>