Montréal: ses attraits

Ruelles

Ruelles

Ruelles de Montréal

Curieux élément caractéristique de l’urbanisme montréalais, une ruelle est une voie de desserte parallèle aux rues sur laquelle donnent les jardins arrière des maisons. Les ruelles apparaissent dans la ville au milieu du XIXe siècle et selon plusieurs sources, la ville de Montréal compterait aujourd’hui 450 kilomètres de ces voies de communications à l’aspect plutôt champêtre, même si les ruelles sont caractéristiques des quartiers résidentiels centraux de la ville.

Cet élément de l’architecture urbaine a été importé de la Grande-Bretagne. À l’époque, la croissance de de la population force les promoteurs à construire des habitations serrées et pour gagner de l’espace, les portes cochères sont abandonnées, mais pour permettre aux résidents d’accéder à l’arrière des lots, on aménage des voies parallèles.

Il s’agit des quartiers Plateau Mont-Royal, Mile End, NDG, Ghetto McGill, Petite-Patrie, Villeray et quelques autres lotis avant le milieu du XXe siècle.

Dans les quartiers plus récents, les jardins arrière sont d’habitude contigus et ne disposent pas de voies d’accès.

Bien qu’étant assez larges pour permettre le passage de véhicules, les ruelles ne sont pas considérées comme des rues. Pour les désigner, on emploie des périphrases comme «la ruelle entre le boulevard Mont-Royal et la rue Villeneuve» ou « la ruelle entre la rue Hutchison et l’avenue du Parc ».

Les ruelles sont asphaltées et en théorie elles sont entretenues par la Ville de Montréal, mais vous pouvez constater que cet entretien n’est qu’on dirait très irrégulier. Généralement, l’asphalte en est en piètre état. En hiver, le déneigement n’y est pas systématique.

ruelle plateau montréal

Une ruelle sur le plateau Mont-Royal. Photo : © GrandQuebec.com

Côté positif, la plupart des ruelles présentent un aspect très vert, dû à la végétation des jardins privés qui les bordent. Les chats, les écureuils, les mouffettes y sont nombreux. On raconte que des renards s’y aventurent depuis le Mont-Royal.  Les ruelles sont calmes et on peut y voir des enfants qui jouent aux différents jeux. Mais elles servent surtout de lieu de promenade à pied ou à bicyclette et de voies d’accès aux jardins et aux places de stationnement privées.

Dans certains quartiers, les camions chargés du ramassage des ordures ménagères y passent.

Aux abords des avenues commerciales, les ruelles peuvent prendre une apparence plus urbaine.

Ruelles vertes et ruelles propres

Dernièrement, un mouvement d’aménagement environnemental des ruelles s’est développé, sous le nom de ruelles vertes ou ruelles propres. Il s’agit pour les voisins de se réapproprier cet espace public en augmentant la couverture végétale et en aménageant divers éléments qui favorisent la qualité de vie, la sécurité et l’environnement propre.

ruelle verte

Logo de « ruelle verte ». Horticulture hydroponique. Photo : Megan Jorgensen

jeunes cyclistes

Jeunes cyclistes. Photo : © GrandQuebec.com

ma propre ruelle

Ma propre ruelle. Photo : © GrandQuebec.com

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>