Montréal: ses attraits

Rue Masson

Rue Masson

Rue Masson

Ouverte en 1903, la rue Masson s’étend entre l’avenue Papineau et l’avenue Pie-IX sur une longueur de plus de quatre kilomètres. En 1905, dès la fondation de Rosemont, la rue Masson est identifiée comme sa principale artère commerciale.

Le nom de cette rue du Vieux-Rosemont honore Joseph Masson, premier millionnaire canadien-français, exportateur de la potasse.  Dès premiers jours, la rue est très animée et devient un véritable pôle d’attraction pour les gens des quartiers avoisinants.

L’essor de la rue se poursuit jusqu’au début des années 1950, quand à Montréal s’ouvre le premier Centre d’achats, angle Pie IX et Jean-Talon. Une partie de la clientèle de la rue Masson déserte alors l’artère au profit du Centre Boulevard. Ce centre commercial demeure toujours, avec la Plaza Saint-Hubert et les Galeries d’Anjou, un compétiteur de première ligne d’autres centres commerciaux.  Reconnaissant le fait, plusieurs organisations tentent, au cours des années 1950 et 1960, de regrouper les commerçants et les professionnels du secteur de la rue Masson pour contrer cet effet d’attraction d’un grande centre.

Dans les années 1970, la Société Marathon projette de construire un gigantesque centre commercial sur les terrains de l’Usine Angus. Craignant que la future plaza de 400 commerces ne réduise les artères commerciales en de simples rues de dépannage, les gens d’affaires de Rosemont se retrouvent au sein du Regroupement des marchands de l’Est. Ils réussissent à bloquer le projet. Devant ce succès, qui met en lumière la force des gens d’affaires lorsqu’ils se regroupent, l’idée d’association germe et aboutit à ces SIDAC (Société d’Initiative de développement des artères commerciales), que nous connaissons aujourd’hui : un outil de revitalisation des artères commerciales.

En 1981, la Ville de Montréal  met en place les quatre premières SIDAC : Masson, Monk, Ontario et St-Hubert (en 1998, les SIDAC deviennent des SDC – Sociétés de Développement Commercial). C’est ainsi qu’une partie de la rue Masson devient SIDAC et qu’on appelle La Promenade Masson.

Aujourd’hui, la Promenade Masson, c’est près de 150 commerçants et professionnels établis entre la rue d’Iberville et la 12ième avenue, sur la rue Masson ou à proximité.  On ne retrouve aucune autre artère commerciale comparable dans le secteur et ces commerces desservent environ 90 000 personnes qui vivent dans le quartier, ainsi que d’autres Montréalais et touristes.

C’est la SDC Promenade Masson, organisme sans but lucratif regroupant les gens d’affaires et les professionnels du district commercial compris entre la rue d’Iberville et la 12ième avenue, sur la rue Masson et sur les avenues transversales, qui met en œuvre les moyens nécessaires pour promouvoir les intérêts de ses membres et réunit les ressources de ceux-ci pour obtenir une force d’action plus grande dans le promouvoir les affaires de son district commercial, encourager les investissements publics et privés et réaliser d’autres activités.

Depuis 2010, sur la rue Masson se tient le Festival La Rue Kitétonne, un festival des arts de la rue, organisé et animé par le Théâtre de rue Toxique Trottoir. Cette compagnie de théâtre, ce sont trois comédiennes – Marie Hélène Côté, Dominique Marier et Muriel de Zangroniz – qui pratiquent les arts de la rue depuis fort longtemps et qui ont uni leurs forces pour créer le festival La rue Kitétonne, dont elles sont les directrices artistiques.

rue kitetonne

Affiche du festival La Rue Kitétonne, édition 2011. Source : Laruetitetonne.com

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>