Montréal: ses attraits

Rue Le Royer

Rue Le Royer

Rue Le Royer

La rue Le Royer est située au coeur du Vieux-Montréal, au sud-est de la Basilique Notre-Dame.

Au milieu du XIXe siècle, la communauté religieuse des Hospitalières de l’Hôtel Dieu, installée à Montréal depuis le XVIIe, décide de déménager son hôpital à l’extérieur du centre-ville, vers son emplacement actuel, au coin de la rue Jeanne-Mance et l’avenue des Pins, où l’endroit est plus sain et moins bruyant.

Sur le terrain de l’ancien hôpital, les religieuses font construire un ensemble d’entrepôts qu’elles louent à des entreprises diverses. À l’intérieur de ce vaste complexe d’immeubles, les Hospitalières font tracer dans les années 1860, trois rues: la rue De Brésoles, la rue Le Royer et la rue Saint-Dizier. Les trois rues sont cédées à la Ville de Montréal en 1871.

Le nom de la rue rappelle Jérôme Le Royer de la Dauversière, fondateur de la Société de Notre-Dame qui était à l’origine du projet missionnaire de Ville-Marie (aujourd’hui, Montréal).

La rue Le Royer, située entre les rues Saint-Dizier et Saint-Sulpice, constitue en fait le tronçon initial d’une rue plus longue projetée entre la rue Saint-Sulpice et la rue Saint-Claude mais. Le projet complet n’a jamais été réalisé, mais un tronçon entre la place Jacques-Cartier et la rue Saint-Claude fut ouvert en 1889 suite à une série des transactions. La section de la rue Le Royer entre Saint-Dizier et Saint-Jean-Baptiste, fut ouverte en 1913 lors de la démolition du couvent de la Congrégation de Notre-Dame.

La partie ouest de la rue Le Royer a été fermée à la circulation pour devenir l’élégant Cours Le Royer, transformé en promenade. Ainsi la rue Le Royer comprend deux tronçons distincts, le premier est situé entre le boulevard Saint-Laurent et la rue Saint-Jean-Baptiste alors que le second relie la place Jacques-Cartier à la rue Saint-Claude.

Des bâtiments du XIXe siècle, à la fois commerces et résidences, se démarquent le long de la rue. Mais ce secteur se trouvait au centre des activités commerciales dès les premières années de Montréal.

Le Cours Le Royer fut aménagé à la fin des années 70, sous la direction de l’architecte Phyllis Lambert, par le fonds Charles-Edgar-Mina-Phyllis (CEMP), trust privé de la famille Bronfman. Ce trust décida de revivifier ce carré abandonné. Les architectes Desnoyers Mercure Lezu Gagnon et Sheppard travaillèrent également à un projet de restauration en quatre phases des vieux édifices inoccupés afin de les transformer en condominiums d’habitation de bonne classe. La quatrième et dernière phase du projet fut réalisée par Jean de Brabant; c’est La Caserne. Cet édifice avait abrité la maison Henney, où l’on pouvait acheter «tout pour l’écurie». Les Fusiliers du 23rd régiment Royal Welch l’occupèrent aussi pendant sept ans et lui donnèrent son nom. Le Cours Le Royer a été distingué par un prix Héritage Canada.

cours le royer

Cours Le Royer. Photo : © GrandQuébec.com

Le Royer

Rue Le Royer

Photo : © GrandQuébec.com

Pour en apprendre plus :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>