Montréal: ses attraits

Rue Champ-de-Mars

Rue Champ-de-Mars

Rue Champ-de-Mars

Au début du XIXe siècle, lors du démantèlement des fortifications de Montréal, les commissaires de la ville projettent de prolonger la rue Saint-Jacques. Le projet initial prévoit le prolongement de cette voie de communications à travers la ville de Montréal.

Toutefois, deux facteurs obligent les commissaires à se contenter d’un projet moins ambitieux : le manque de moyens financiers et les ordres du gouverneur qui décrète une réserve militaire pour les terrains des fortifications à l’est de la rue Saint-Gabriel.

En 1812, pourtant, le gouverneur cède une partie du terrain et les commissaires créent une rue parallèle à la rue Notre-Dame menant de l’esplanade du Champ-de-Mars à la rue Bonsecours, à la limite ouest du faubourg Saint-Louis.

En 1817, on attribue à cette nouvelle rue le nom de Champ-de-Mars, en raison, notamment, de sa situation géographique. La rue servait plutôt de ruelle de service qui abritait les écuries et dépendances liées aux résidences des rues Notre-Dame et Saint-Louis.

En 1823, lors du lotissement du terrain de la citadelle, cette rue est prolongée vers l’est jusqu’à la rue Lacroix (aujourd’hui, rue Saint-Hubert).

Pendant la deuxième moitié du XIXe siècle, des résidences à deux et trois étages sont construites avec façade sur la rue. Le tronçon de la rue, situé à l’est de la rue Berri, a été fermé lors de la construction de la gare-hôtel Viger, dont les travaux débutent dans les années 1890.

À l’aube du XXe siècle, les  immeubles de la rue du Champ-de-Mars possèdent une structure en brique et abritent des ménages ouvriers. Il s’agit généralement de bâtiments remontant au début du XIXe siècle.

Dans les années 1930, la rue Champ-de-Mars devient très populaire, parce que un grand nombre de chômeurs était desservi dans le refuge Meurling, construit en 1913-1914, où on les fournissait de la nourriture et où ils pouvaient obtenir un emploi si la chance leur souriait lors de la Grande Dépression, Des files d’attente de chômeurs se formaient régulièrement le long de la rue, à l’extérieur du bureau de placement de ce refuge.

Les résidences derrière l’Annexe de l’Hôtel de Ville de Montréal seront démolies en 1957 pour faire place au Quartier général de la police, mais on y voit quelques bâtiments imposants qui font le pont avec le reste du Vieux-Montréal.

rue champ de mars en hiver

La rue Champ-de-Mars en hiver. Photo : © GrandQuebec.com

rue champ de mars

La rue Champ-de-Mars en été. Photo : © GrandQuebec.com

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>