Montréal: ses attraits

Prison Au Pied-du-Courant

Prison Au Pied-du-Courant

Prison Au Pied-du-Courant
ou Prison des Patriotes au-Pied-du-Courant

Ouverte en 1836, la Prison Au Pied-du-Courant a été fonctionnelle jusqu’en 1912. L’édifice a été construit selon le modèle de la prison de Philadelphie. Le complexe comprend un bloc central ou avant corps de trois étages et trois ailes de deux étages qui forment une lettre T, avec une toiture en pavillon.

Les cellules de la prison étaient réparties de façon symétrique sur chaque étage et selon la nature du crime. Au sous-sol, les cellules étaient destinées aux condamnés. Les cellules du rez-de-chaussée étaient occupées par ceux dont les peines sont plus légères. Au premier étage  logeaient les prévenus et au deuxième, on retrouve, dans des cellules assez confortables, les mauvais créanciers. Au dernier étage du bâtiment central se situaient la chapelle et les dortoirs des prisonniers affectés à l’entretien de la prison.

Cette prison fut érigée pour remplacer la prison du Champ-de-Mars, construite en 1811, mais devenue trop exigüe vers la fin des années 1820. L’endroit choisi en bordure du Saint-Laurent s’appelait Pied du courant et c’est pourquoi la nouvelle prison a reçu ce nom. En fait, la construction ne sera achevée qu’en 1840.

C’est l’architecte George Blailock de Québec qui en dessine les plans.

La prison du Pied-du-Courant fut le lieu de l’incarcération et de l’exécution par pendaison de douze Patriotes ayant combattu dans la Rébellion du Bas-Canada. Au total, plus de 300 Patriotes y ont été emprisonnés, mais la plupart ont été amnistiés.

En 1843, un grand incendie endommage la toiture de la prison. En 1912, la prison est désaffectée et les détenus sont transférés à la nouvelle prison de Bordeaux.  Encore en 1894, le gouverneur de la prison, Charles-Amédée Vallée, se fait construire une résidence sur le terrain même de la prison. Situé au coin Sud-Ouest, cette bâtisse, connue sous le nom de Maison du Gouverneur, est encore visible.

Aujourd’hui, la majeure partie de cet édifice patrimonial est occupée par la Société des alcools du Québec (SAQ). On peut y admirer une splendide collection de bouteilles de la SAQ  et un alambic en cuivre provenant de Cognac, ainsi des milliers de bouteilles de vin ont remplacé les prisonniers. Mais l’immeuble héberge aussi le Centre d’interprétation la Prison-des-Patriotes.

En 1978, l’ancienne prison a été classée monument historique.

Coordonnées de la Prision Au Pied-du-Courant :

905 avenue De Lorimier dans l’arrondissement de Ville-Marie (près de la station de métro Papineau et du Pont Jacques-Cartier).

pied du courant

Prison Au Pied-du-Courant, portes d’entrée. Photo : © GrandQuebec.com

monument aux patriotes

Monument aux Patriotes, œuvre d’Alfred Laliberté devant la prison du Pied-du-Courant, lieu de rassemblement lors de la journée nationale des Patriotes. Photo : © GrandQuebec.com

maison du gouverneur

L’ancienne prison Pied-du-Courant et la Maison du Gouverneur. Photo : © GrandQuebec.com

monument aux patriotes

L’ancienne prison Au Pied-du-Courant, vue d’ensemble. Photo : © GrandQuebec.com

Pour compléter la lecture :

1 commentaire

  1. ROBERT BEAUSOLEIL

    2013/11/26 at 11:59

    Une vraie déguelasserie que des bouteiilles de vins remplace le DEVOIR DE MEMOIRE que tout le peuple québecois a envers les Patriotes…on devrait ériger un musée de l`insurrection glorieuse mais tragique de 1837-1838 et nous faire connaitre non seulement les Patriotes mais aussi les anglais qui ont eventré le grand Jean-Olivier Chénier et planté son cœur au sommet d`une baionnette….D`ailleurs
    ils ont bomabrdé l`église de Ste-Eustache…meme les nazis l`ont pas fait durant la 2e guerre!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>