Montréal: ses attraits

Parc Westmount

Parc Westmount

Parc Westmount

Autrefois, cet endroit servait de lieu de rassemblement pour les Amérindiens. Au XVIIIe et XIXe siècles, l’espace est divisé en lots de ferme et en 1892, la ville de Westmount achète 20 acres de terre pour y faire un parc.

L’emplacement du parc fut choisi en la même année. L’achat de terrains additionnels repoussa les frontières du parc de la rue Sherbrooke au boulevard de Maisonneuve (alors l’avenue Western) et de l’avenue Melville à l’arrière des résidences de l’avenue Lansdowne.

Le jubilé de diamant de la reine Victoria rapporta à Westmount des gains inattendus, permettant la construction de la première bibliothèque de Westmount, Victoria Hall, ainsi que le réaménagement total du parc, dont la majeure partie était boisée.

L’idée est alors de lui garder son aspect rustique et que la flore soit conservée telle quelle. Au début, le parc s’appelait le Victoria Jubilee Park. Le plan est dessiné par Frederick Law Olmsted et Calvert Vaux. En 1912, le parc est agrandi jusqu’aux abords de l’Académie de Westmount. Depuis, il s’étend sur 26 acres.

Des plates-bandes de fleurs cultivées sont mises en place et on construit un kiosque à musique. En 1964, le parc est rénové par la firme McFadzean & Everly, des pelouses sont aménagées, les arbres sont taillés et le cours d’eau qui sillonne le parc est réaménagé.

Aujourd’hui, on y trouve des fleurs sauvages, des canards. Deux imposants canons de l’époque des guerres napoléoniennes y ont été installés.

Aujourd’hui, les 26 acres du parc Westmount contiennent une aire de jeux, une pataugeoire, de belles plantations florales, trois terrains de baseball, un vaste terrain de jeux et des courts de tennis à surfaces dures et en terre battue.

Au coin sud-ouest du parc se trouvent l’aréna et la piscine municipale.

Depuis 1926, le parc est décoré d’une immense horloge florale mesurant six mètres de diamètre et composée de plus de 7 000 plantes décoratives.

Dans le Parc Westmount, on peut aussi admirer les expositions horticoles et florales des serres attachées à la Bibliothèque de Westmount. Elles sont ouvertes du 1er novembre à la fin mai.

parc westmount

Le ruisseau du parc Westmount. Photo : © GrandQuebec.com.

sentiers du parc westmount

Sentiers du parc Westmount. Photo : © GrandQuebec.com.

Parc Westmount

Parc Westmount. Photo : Sylvain Paré.

Westmount, note historique

La situation géographique de cette ville de la communauté urbaine de Montréal justifie sa dénomination d’une certaine manière. En effet, elle a été implantée sur une butte qui constitue le sommet ouest du mont Royal, bien que géographiquement parlant il s’agisse plutôt du sud-ouest. Dès 1654, Jean Leduc, Jean Décarie et Jean Desrosiers, les trois Jean, comme on les appelait, arrivent de leur Bretagne et de leur Anou natales et s’installent à cet endroit, qui prend alors le nom de La Petite Montagne. En 1669, un poste missionnaire, le fort de la Montagne, y est implanté. Cependant, le territoire se peuplera très lentement et compte encore peu de résidents au milieu du XIXe siècle. D’abord érigée comme municipalité du village de Notre-Dame-de-Grâce en 1874, laquelle sera formée à même une partie du territoire de Montréal, la localité reçoit le nom de Côte-Saint-Antoine en 1879, dénomination du bureau de poste entre 1876 et 1895.

La dénomination Côte-Saint-Antoine peut être cependant relevée depuis longtemps dans la toponymie montréalaise et figure notamment dans un aveu et dénombrement (1731) : “Côte Saint-Antoine aussi nommée Cotreau Saint-Pierre, joignant au NE le domaine de la Montagne et remontant au SO.” Élevée au rang de ville en 1890, elle prend la dénomination de Westmount en 1895. Ce nom de West Mount faisait l’objet d’une étude depuis 1877. C’est vers 1893 que débute le véritable développement des lieux avec l’ouverture de la rue Sherbrooke. Les Westmountais, généralement bien nantis, habitent l’une des plus petites villes du Québec du point de vue territorial, avec moins de 4 km2 de superficie. Des sépultures amérindiennes remontant à plus de 500 ans ont été découvertes sur ce site.

Voir aussi :

1 Comment

  1. Judith Despaties

    2010/08/06 at 6:04 pm

    Lecture très désagréable malheureusement dû à la
    publicité à droite qui cache une portion du texte.

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *