Montréal: ses attraits

Maison Cartier, Place J.-Cartier

Maison Cartier, Place J.-Cartier

Maison Cartier, Place Jacques-Cartier

Ces deux maisons jumelées se trouvent à l’adresse 407-413, place Jacques-Cartier.

Le complexe de deux maisons Cartier fut érigé vers les années 1812-1813 par le maçon Amable Amiot dit Villeneuve avec l’aide du charpentier et menuisier Antoine Bouteiller.

Ce sont des constructions typiques de l’époque pré – industrielle. Leurs murs sont en pierre de taille. De nombreuses fenêtres et lucarnes sur le toit y sont ouvertes. Les deux immeubles sont contigues et séparés par un mur coupe-feu. Les maisons servaient de résidence et de commerce.

Maison Cartier, Place Jacques-Cartier

Louis Parthenais et Augustin Perrault en ont été les premiers propriétaires.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Plus dans Montréal: ses attraits

  • Où manger à Montréal

    Où manger à Montréal Montréal demeure une cité de goût gastronomique de niveau mondial et regorge de chefs de talent. Pour les vacanciers qui ont choisi Montréal comme leur destination touristique, le processus de se nourrir transcende de beaucoup le besoin de consommer de la nourriture pour se rétablir après de longues...

  • Rue de la Montagne

    Rue de la Montagne La rue de la Montagne est située au plein centre de Montréal. Cette rue commerciale est axée nord-sud (à Montréal, on entend par orientation est/ouest ce qui est parallèle au fleuve Saint-Laurent, même si, en réalité, le fleuve coule du sud-ouest vers le nord-est). Cette rue relie l’avenue...

  • Rue Drummond

    Rue Drummond Située en plein centre de Montréal, d’une longueur de 1,2 kilomètres, la rue Drummond est une rue commerciale d’axe nord-est qui relie l’avenue du Docteur-Penfield, située au pied du Mont-Royal, à la rue de La Gauchetière (Par convention, on entend par orientation est/ouest ce qui est parallèle au fleuve Saint-Laurent,...

  • Rue Peel

    Rue Peel Située au centre-ville de Montréal, la rue Peel est l’une des rues commerciales les plus connues de la ville. D’une longueur de 2,4 kilomètres et orientée en direction nord-sud, elle débute à la rue Smith, traverse les rues Notre-Dame, Saint-Jacques, Saint-Antoine, le boulevard René-Lévesque, les rues Sainte-Cathérine, Maisonneuve et Sherbrooke,...

  • Route bleue du Grand Montréal

    Route bleue du Grand Montréal La Route bleue du Grand Montréal (RBGM) compte une centaine de sites dispersés sur les 200 kilomètres de l’île de Montréal et de la Rive-Sud de Delson à Contrecoeur. Une route bleue est une voie navigable développée pour les petites embarcations non motorisées comme le kayak de...

  • Épisode

    Épisode Réalisation : 1966, installation : 1970 L’œuvre Épisode a été exposée pour la première fois en 1966, lors de la 2e Exposition de sculptures du festival shakespearien de Stratford, en Ontario. La même année, elle est montrée lors de l’exposition Confrontation 66 tenue à la Place Ville-Marie, puis en 1967, sur...

  • Église orthodoxe antiochoise St. George

    Église orthodoxe antiochoise St. George Construite entre 1939 et 1940, l’église orthodoxe antiochoise St. George dessert la plus ancienne et la plus grande communauté syro-libanaise orthodoxe au Canada. Siège de nombreux organismes de bienfaisance, l’église s’avère l'âme de la communauté et s’inscrit d’emblée dans la trame socioculturelle du Canada. Cette église est...

  • Banc des amoureux

    Le banc des amoureux Acquise en 1985 et installée en 1987, cette œuvre en bronze est un don d’Abraham Hirschfeld. Cette réplique a été réalisée par l’Artcast Foundry à Georgetown, en Ontario. En 1979, Lea Vivot dépose Le banc des amoureux dans un centre commercial de Toronto. C’est sa première œuvre majeur...

  • First Jewels

    First Jewels La sculpture représente une jeune femme aux mains ouvertes. À l’origine, la femme contemplait un collier. Les parties exposées du corps sont travaillées en relief alors que les tissus plissés sont lisses, ce qui forme un contraste entre les deux rendus. Le drapé, de même que l’élan du mouvement des...