Montréal: ses attraits

Maison des Soeurs Grises

Maison des Soeurs Grises

Première maison des Sœurs Grises

C’est l’un des plus anciens édifices de Montréal encore conservé jusqu'à nos jours, même si une grande partie du bâtiment a disparu au fil des ans. Il a appartenu aux Sœurs Grises, une communauté laïque de bienfaisance du Québec qui existe toujours.

La communauté des Sœurs Grises ou des Sœurs de la Charité fut fondée en 1737 par Marguerite d'Youville, la première femme née au Canada à être canonisée en 1990. La fondatrice des Sœurs de la Charité, fut la première femme née au Canada à être canonisée (ne pas confondre avec Marguerite Bourgeoys, fondatrice de la Congrégation de Notre-Dame et de la Chapelle Notre-Dame-de-Bonsecours, première enseignante et première sainte au Canada, née en France).

Dans ce bâtiment se trouvait l’Hôpital général des frères Charon (achevé en 1694) qui a été pris en charge par la congrégation en 1747 jusqu’à son déménagement en 1871.Cet immeuble fut agrandi par les Sœurs de la Charité, dites Sœurs Grises à quelques reprises jusqu’en 1850. Il s’agit du deuxième plus ancien édifice encore existant dans le Vieux-Montréal, après le Vieux Séminaire des Sulpiciens.

Érigé à l’extérieur de la ville fortifiée sur la Pointe à Callière, l’hospice accueillant les orphelins et les pauvres fut pris en charge en 1747 par Marguerite d’Youville, fondatrice des Sœurs de la Charité. Marguerite et ses compagnes venaient en aide aux démunis grâce à des dons, des revenus fonciers et divers travaux. Les bonnes soeurs ont volontairement adopté le surnom de « sœurs grises » qui leur était lancé à leurs débuts. On suppose qu’on insinuait ainsi, par dérision, qu’elles pouaient être « éméchées », Marguerite étant la veuve de François-Madeleine d’Youville, un marchand de fourrures, mêlé à la vente illicite d’eau de vie aux Amérindiens.

La communauté des Sœurs de la Charité a même ensuite choisi la couleur grise pour son costume.

De la première maison mère des Sœurs Grises, en forme de H, où elles logeaient au XVIIe et au XVIIIe siècles, il ne reste que l’aile ouest et les ruines de la chapelle.

L’autre partie qui composait auparavant une autre des belles perspectives classiques de la vieille ville, fut éventrée lors du prolongement de la rue Saint-Pierre.

Cependant, le texte des lettres patentes délivrées par Louis XV aux Sœurs Grises est gravé à l’entrée de l’ancien bâtiment et l’on peut admirer les formes des constructions d’antan à l’adresse: 138 rue Saint-Pierre (près du métro Square Victoria, en marchant vers le sud).

Ce bâtiment abrite aujourd'hui la Maison de Mère d’Youville. Sur rendez-vous, on peut visiter des pièces anciennes et une exposition (téléphone 514 842 9411).

maison mere

 Maison de Mère d'Youville. Photo : © GrandQuebec.com

Pour en apprendre plus :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>