Montréal: ses attraits

First Jewels

First Jewels

First Jewels

La sculpture représente une jeune femme aux mains ouvertes. À l’origine, la femme contemplait un collier. Les parties exposées du corps sont travaillées en relief alors que les tissus plissés sont lisses, ce qui forme un contraste entre les deux rendus.

Le drapé, de même que l’élan du mouvement des jambes, animent l’œuvre. La jeune femme porte un foulard, peut-être un souvenir des années de la créatrice de cette œuvre en Roumanie.

Réalisée en 1973, cette œuvre, propriété de l’artiste jusqu’en 1989, a d’abord été installée rue Sherbrooke devant l’hôtel Quatre Saisons, de 1978 à 1980, puis sur la terrasse de l’hôtel de ville de Montréal, de 1980 à 1991.

À la suite du décès d’Alice Winant, son mari, M. Edward J. Winant, en fait don à la Ville de Montréal, en 1990.
Alice Winant est née en Roumanie en 1928 et est décédée en 1989 à Montréal. Prisonnière en Allemagne des camps de Bergen-Belsen et d’Auschwitz, elle en est libérée en 1945 par l’armée britannique. Elle est alors admise à un hôpital suédois où elle passe deux ans.

C’est dans l’hôpital qu’Alice commence à étudier la sculpture avec l’artiste Carl Helbig ; par la suite, elle poursuit sa formation à l’École des beaux-arts de Paris.

Elle émigre au Canada en 1954.

Dans ses sculptures de la fin des années 1960, l’artiste privilégie la représentation de la figure humaine, particulièrement celle des mères et des enfants, dans des bronzes où la texture joue un rôle important.

S’inspirant de la matière dense des sculptures d’Alberto Giacometti, tout en conservant un modèle classique, ses figures allient émotion et représentation réaliste.

Au début des années 1970, Alice Winant expose avec ses collègues de l’Association des sculpteurs du Québec. Elle s’en distanciera ensuite pour revenir à une représentation plus traditionnelle du corps humain.

Par la suite, l’artiste exécutera des bronzes polis rehaussés de couleur, notamment sur le thème de la danse.

Sa carrière commence véritablement en 1971, lorsqu’elle est invitée à travailler à Paris dans les ateliers du musée Rodin. Elle a notamment exposé au Canada, aux États-Unis, en Europe et en Israël. Ses œuvres ont été acquises par de nombreuses institutions canadiennes, américaines et européennes.

Le thème de la famille sera important dans toute sa carrière, cette valeur jouant un rôle majeur pour elle. Qu’ils soient seuls ou en groupe, ses personnages sont captés lors de moments banals, mais heures de la vie quotidienne.

alice winant

« Il se peut que la sculpture soit devenue la discipline symbolique de la survivance, une manière de créer des formes, de mettre de l’ordre dans une matière inerte » (propos recueillis par le Montréal-Matin, le 29 mai 1972). Photo : © GrandQuebec.com

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>