Montréal: ses attraits

Festival Fantasia

Festival Fantasia

Festival International de Films de Genre Fantasia

Édition 2016 : 14 juillet – 5 août

Depuis l’été 1996, avec sa programmation variée, ce grand festival du film divergent et de l’imaginaire, regroupe un nombre impressionnant de films provenant de nombreux pays du monde.

Fantasia, reconnu mondialement comme l’un des meilleurs festivals du genre et comme le festival de films de genre le plus important en Amérique du Nord, est devenu une manifestation majeure et unique de la scène culturelle canadienne.

Des centaines de réalisateurs, producteurs, acteurs, représentants de divers studios, distributeurs, programmateurs de festivals internationaux, journalistes canadiens et étrangers participent à ces presque trois semaines de célébration cinématographique unique, sans compter près de cent mille spectateurs qui comblent les salles où les films sont présentés.

Le festival Fantasia a connu un succès remarquable dès sa première édition. Aujourd’hui, il a su occuper une place incontournable parmi les festivals de films à Montréal et au Québec.

Le festival revient chaque juillet pour surprendre à nouveau son public sans cesse croissant. Plus de 100 longs métrages, de nombreuses activités bouillonnant d’images et d’idées, une sélection destinée à un large public allant de la culture pop réinventée au cinéma d’auteur et d’anticipation, du film d’horreur aux œuvres épiques et à grand déploiement, tout cela permet à chaque personne d’y trouver ce qu’elle cherche.

En 2009, le festival ouvre ses portes avec le délirant Yatterman du japonais Takashi Miike. Cette première canadienne très attendue plonge les spectateurs dans l’univers psychédélique et rétro kitsch totalement assumé de l’adaptation d’un très populaire manga des années 70.

D’ailleurs, l’été 2009, le festival Fantasia s’associe avec la Cinémathèque québécoise et Ciné-Asie pour la présentation du cycle L’Empire du désir, films érotiques japonais, un cycle de treize pinku eiga (cinéma rose). L’auteur et critique Jasper Sharp collabore à l’organisation de cette prestigieuse rétrospective. Jasper Sharp est l’auteur de Behind the Pink Curtain: The Complete History of Japanese Sex Cinema.

Parmi les films de l’édition 2009, on trouve The Eclipse (Irlande), lancinant drame fantastique de Conor McPherson qui vient tout juste de remporter un prix au Festival de Tribeca. La France propose Mutants, le premier film de David Morley (Première nord-américaine). Également de France, arrive La Possibilité d’une île de Michel Houellebecq, la première réalisation de l’écrivain. Le Britannique Adam Mason présente Blood River (Première canadienne), un film qui fait écho à Donald Cammell et Richard Stanley. De la Grande Bretagne vient un duo diabolique d’adaptations de Clive Barker, soit Dread d’Anthony DiBlasi (Première mondiale) et Book of Blood (Première nord-américaine) de John Harrison.

La Belgique est représentée par Left Bank de Pieter Van Hees (Première canadienne). Il s’agit d’un phénoménal film d’horreur qui rappelle Roman Polanski. Les États-Unis ont présenté le Trick’R’Treat qui met en vedette Anna Paquin et Brian Cox, ainsi que Neighbor (Première mondiale) de Robert Masciantonio.

Deux autres films américains sont le thriller de voyage dans le temps Cryptic de Danny Kuchuck et John Weiner (Première canadienne) et le thriller de Richard Harrah The Canyon (Première mondiale), dans lequel un couple se voit confronté à une nature sauvage, en se trouvant prisonniers du Grand Canyon.

Le Brésil présente Embodiment of Evil (Première canadienne) qui marque le retour de José Mojica Marins et ouvre un nouveau chapitre dans les annales de l’horreur surréaliste sud-américaine. Ce film a eu un grand succès lors du dernier Festival de Venise.

Grace (Première montréalaise) de Paul Solet, The Children (Première nord-américaine) de l’Anglais Tom Shanland, Orphan de Jaime Collet-Serra, sont également au programme.

Les films indépendants explosent sur le circuit festivalier. White Lightnin raconte avec violence les crimes et gestes du danseur hors-la-loi Jesco White. Immaculate Conception of Little Dittle (Première internationale) de David Russo présente des hommes « enceints » donnant naissance à des créatures marines. Canary d’Alejandro Adams est un film que tous les fans de Steven Soderbergh doivent voir, ainsi que le controversé Deadgirl, une exploration de la misogynie d’outre-tombe signée Marcel Sarmiento et Gadi Harel.

Life is hot in Cracktown (Première internationale) de Buddy Giovinazzo, You might as well live (Première canadienne) de Simon Ennis, Black (Première canadienne) de Pierre Laffargue (film donnant la vedette au rapper MC Jean Gab’1), 8th Wonderland de Nicolas Alberny et Jean Mach, dans lequel des internautes créent un pays virtuel pour affronter le G8, Sans Dessein (Première mondiale) du collectif québécois Deadcat, Slam-Bang (Première mondiale) de Mark Lebenon, tout cela vous attend et bien plus lors de Fantasia 2009.

Pour plus de détails sur le Festival international des Films Fantasia et pour la programmation complète, visitez : www.fantasiafest.com

loups

loups

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>