Montréal: ses attraits

Édifice Gilles-Hocquart

Édifice Gilles-Hocquart

Édifice Gilles-Hocquart

L’édifice Gilles-Hocquart est situé au 535, avenue Viger Est, face du square Viger, dans le centre-ville de Montréal. Le nom du bâtiment honore Gilles Hocquart, quatorzième intendant de la Nouvelle-France qui prit d’importantes mesures pour sauvegarder les documents de l’époque.

Cet édifice est composé de trois parties distinctes construites à différentes époques, soit la Maison Jodoin, érigée en 1871, l’ancienne École des hautes études commerciales de Montréal (HEC) qui date de 1910 (construite selon les plans dressés par l’agence Gauthier & Daoust, architecte Louis-Zépirhin Gauthier et une annexe moderne. C’est l’école HEC qui a été propriétaire de l’immeuble jusqu’en 1970. Par la suite, l’édifice Gilles-Hocquart fut occupé par le Collège Dawson jusqu’en 1988.

Aujourd’hui, cet imposant édifice héberge le Centre des archives nationales à Montréal.

Le bâtiment a été réalisé dans le style des Beaux-Arts qui se caractérise par une excellente symétrie, la précision et la profusion de détails architecturaux, la hiérarchisation des espaces, la colonnade, les statues au sommet de la façade. Ses façades ont également une certaine influence du néoclassicisme. Les statues font référence à Mercure, dieu du commerce, et Minerve, déesse des artisans puisque l’édifice fut construit pour y accueillir une école de commerce.

Lorsque le Centre d’archives nationales y emménagea à la fin des années 1990, des modifications ont été apportées à l’édifice afin de combler les besoins administratives, de conservation des documents et fonctions publiques d’un centre d’archives. Ces modifications ont été effectuées selon les plans de l’architecte Dan S. Hanganu et de l’agence Provencher, Roy et associés. Les nouveaux espaces regroupent à la fois des espaces accessibles au public et une zone de traitement et de conservation des archives qui est réservée au personnel. Les aires accessibles au grand public permettent un accès général à la salle d’exposition, à l’auditorium et qu’aux locaux de services tels que l’accueil, le vestiaire et la salle de repos. La zone de traitement peut accueillir jusqu’à 200 personnes. On y peut consulter les archives sur différents supports. On y trouve cinq salles de traitement et des ateliers de restauration. D’ailleurs, les espaces de conservations occupent près de la moitié du bâtiment.

L’auditorium de l’édifice Gilles-Hocquart est un petit auditorium à l’architecture particulière et non traditionnelle pour un lieu de représentation. En fait, l’absence de scène surélevée et de coulisses, les grandes fenêtres au fond de l’espace scénique et la pente très forte des gradins sont autant d’éléments propres à cette salle.

Édifice Gilles-Hocquart

Archives de Montréal, Édifice Gilles-Hocquart

Édifice Gilles Hocquart. Photo : © GrandQuebec.com

1 commentaire

  1. ROBERT BEAUSOLEIL

    2015/11/21 at 3:54

    le seul élément plus que déplorable concernant cet individu (Hocquart) est que ce fut ce dernier qui officialisa l« esclavage en Nouvelle-France

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>