Montréal: ses attraits

Déjeuner sur l’herbe

Déjeuner sur l’herbe

Déjeuner sur l’herbe

L’histoire de l’art européen compte plus d’un tableau ayant pour sujet un repas champêtre portant le titre Le Déjeuner sur l’herbe, le plus célèbre étant sans doute celui peint par l’artiste français Édouard Manet en 1863, qui provoqua un scandale lors de son exposition à Paris. Claude Monet peignit un tableau du même titre en 1895 et Paul Cézanne traita également ce sujet.

La sculpture de Dominique Rolland réfère donc à l’univers de la peinture de la fin du XIXe siècle et, par le fait même, aux ruptures esthétiques qu’elle institua.

Rolland transpose ce thème pictural dans un espace tridimensionnel. Contrairement aux œuvres citées précédemment, la sculpture présente les composantes du repas (fromage, pain, vin) plutôt que les convives. À la manière des tableaux de natures mortes, elle représente les objets inanimés. Par son intégration au parc, Le Déjeuner sur l’herbe conserve toutefois le caractère vivant et l’atmosphère de détente des peintures impressionnistes.

Cette version du Déjeuner sur l’herbe se distingue aussi par une exploration des formats. Chacun des éléments – la serviette de table, le soulier abandonné, la balle, le chien, l’assiette, la bouteille – a été reproduit à une échelle différente de sorte que les proportions des uns sont sans correspondance avec celles des autres.

Dominique Rolland est né à Saint-Verain, en France, en 1954. Il arrive au Québec en 1956. Parmi ses œuvres d’art public, mentionnons Christian, une sculpture sur pierre installée au pavillon Judith-Jasmin de l’Université du Québec à Montréal et une œuvre monumentale de pierre calcaire installée depuis 1982 dans la cour intérieure du CSLC du Marigot, à Laval.

Notons finalement que les sculptures du Musée plein air de Lachine font partie intégrante de la collection du Musée de Lachine.

Le Musée plein air de Lachine est un lieu d’exposition peu commun, où le grand public jouit d’un libre accès aux œuvres. Cette approche correspond à la volonté de ses instigateurs qui souhaitaient rendre l’art accessible au public.

C’est depuis 2001 que ces 51 sculptures figurent à l’inventaire des œuvres d’art public de Montréal et c’est au parc René-Lévesque que se concentre plus de la moitié de la collection.

Les visiteurs sont cordialement invités à venir apprécier les œuvres exposées au par cet à profiter pleinement d’un moment de détente dans les parcs riverains.

Les sculptures y exposées requièrent une attention soutenue. Le Musée de Lachine en assume la conservation préventive en collaboration avec la Direction des travaux publics de l’Arrondissement de Lachine.

dejeuner herbe

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>