Montréal: ses attraits

Édifice Ernest-Cormier

Édifice Ernest-Cormier

Édifice Ernest-Cormier

Cet édifice monumental qui abrite la Cour d’appel du Québec, a été construit dans le style architectural Renouveau classique entre 1920 et 1926.

L’édifice de pierre grise de Montréal (calcaire, extrait des carrières de l’Île-Jésus) a 4 étages. Le soubassement et colonnes sont faits du granit gris de Stanstead, Cantons-de-l’Est.

L’édifice a été construit selon les plans des architectes Louis-Auguste Amos, Charles J. Saxe et Ernest Cormier. Il s’agit du premier contrat d’importance d’Ernest Cormier, futur célèbre architecte depuis son retour d’études à Paris. C’est en 1980, peu après son décès, que son nom a été donné à l’édifice.

Dans les années 1920, la ville de Montréal a exproprié et détruit un pâté d’immeubles pour la construction du nouveau palais de justice. La construction coûta 5 millions de dollars. Curieusement, pour stimuler l’emploi, le promoteur se vit interdire par la ville le recours à des moyens mécaniques pour construire un tunnel qui relia l’édifice avec le vieux palais de justice. Quinze énormes piliers de béton furent enfouis à plus de 20 mètres dans le site pour assurer la construction stable.

À son inauguration le 22 novembre 1926, le nouveau palais de justice compte des cours de justice avec salles d’audience, des dortoirs pour les jurés et des locaux pour la police et les prisonniers. Des bureaux pour les juges et les avocats de la Couronne ainsi que des bureaux d’enregistrement y sont aussi aménagés. Dans les années 1930-1950, les premiers ministres du Québec y ont d’ailleurs leur bureau.

Les couloirs, les bureaux et les salles d’audience de l’édifice Ernest-Cormier ont vu défiler maintes péripéties. Certains des plus grands procès qui ont marqué la société québécoise se sont déroulés dans ce palais de justice, notamment les affaires Nogaret (1931), Boyer (1947), Poliquin (1950), Courval (1956) et Marcotte, dit le Père Noël assassin, en 1963 (l’accusé, déguisé en Père Noël, avait mitraillé deux policiers, et toute la machine gouvernementale s’était mise en branle contre lui. Il fut condamné à la pendaison. L’une des conséquences de cette condamnation fut l’abolition de la peine de mort).

Des noms célèbres ont reçu leurs derniers adieux à l’intérieur de l’édifice: la dépouille du premier ministre Daniel Johnson, chef de l’Union nationale, y fut exposée en 1968. Il en fut de même, en 1970, pour Pierre Laporte, et, en 1988, pour René Lévesque.

En 1971, le palais de justice du Québec déménage dans un palais moderne, située un peu plus loin sur la rue Notre-Dame. Avec la construction du palais de justice au 1, rue Notre-Dame Est, le palais au 100, Notre-Dame ferme ses salles d’audience au public. En effet, regroupant dans un seul lieu la Cour du Québec, la Cour supérieure, la Cour d’appel et même, pendant un certain temps, la Cour fédérale, la nouvelle bâtisse rend désuète celle d’Ernest-Cormier.

Ensuite, l’édifice Ernest-Cormier abrite les Archives nationales du Québec (de 1974 à 1987), puis un conservatoire de musique et un conservatoire d’art dramatique s’y établissent. En 2004, l’édifice reprend sa vocation première et sert de nouveau à des fins de la justice.
C’est maintenant la Cour d’appel du Québec qui occupe à elle seule l’édifice. En tant que plus haut tribunal de la province, elle est la gardienne de l’intégrité du droit civil, c’est-à-dire de la tradition juridique léguée par la France impériale.

cour appel

Édifice Ernest-Cormier. Photo : © GrandQuebec.com

La Cour est aujourd’hui composée de 20 juges qui siègent à Québec et à Montréal, en plus d’un nombre variable de juges surnuméraires et de juges ad hoc. Certains sont des femmes, phénomène que l’édifice n’avait pas connu autrefois.

Déménager la Cour d’appel dans la bâtisse Ernest-Cormier fut un coup de génie de l’ancien juge en chef Pierre Michaud, de la juge Louise Otis, et de l’ancien premier ministre Lucien Bouchard, entre autres instigateurs, estime Michel Proulx, juge retraité de la Cour d’appel. Après tout, cet édifice fut créé pour être un palais de justice.

Adresses civiques de l’édifice Ernest-Cormier :

100, rue Notre-Dame Est
445, rue Saint-Gabriel (façade latérale)
450, rue Saint-Vincent (façade latérale)
87-97, rue Sainte-Thérèse (façade secondaire)

Pour plus de détails, consultez le site Web : www.barreau.qc.ca

colonnes Ernest Cormier

La colonnade de l’édifice Ernest-Cormier

Édifice Ernest-Cormier, la colonnade. Source de l’image : Montréal City Tour

Voir aussi :

2 Comments

  1. jocelyne Montpetit

    2012/05/17 at 4:04

    Bonjour,
    j’ai visité le très bel édifice de la cour d’appel hier lors de l’activité portes ouvertes du palais de justice.
    J’ai fait la visite guidée avec une guide formidable qui m’a fait l’historique de ce joyau…. mais une question demeure j’aurais aimé connaître le nom de la fleur ou de la *rosette présente partout dans l’édifice spécialement présente dans le plafond à caisson….J’ai passé vraiment un bon moment en compagnie d’une guide formidable une avocate qui travaille justement à la cour d’appel et qui a pris la peine de répondre à toutes mes questions.
    j’espère que vous pourrez répondre à ma question à titre culturel tout simplement. Merci.

  2. ROBERT BEAUSOLEIL

    2013/11/16 at 11:47

    AVIS AU NOUVEAU MAIRE DE MONTREAL: RENOMMEZ L`AVENUE DES PINS EN AVENUE ERNEST-CORMIER OU ON PEUT ADMIRER SA SUPERBE MAISON ART-DECO AU 1418
    ET DE GRACE, UN PEU BEAUCOUP PLUS DE TONUS QUE GÉRALD TREMBLAY POUR UN CHANGEMENT DE NOM….IL EST TEMPS QUÒN HONORE CE GRAND ARCHITECTE QUI A ÉTÉ DÉLÉGUÉ PAR LE CANADA POUR CONSTRUIRE UNE PARTIE DU SIEGE SOCIAL DE L`ONU A N.Y.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>