Histoire de Montréal

Salle de bain? Quel luxe!

Salle de bain? Quel luxe!

Salle de bain ? Quel luxe !

À Montréal, vers 1900, la plus grande partie des logements ont l’eau courante et une toilette intérieure reliée au système d’égouts, créé et développé au cours du XIXe siècle.

Toutefois, rares sont les appartements possédant une salle de bain. D’ailleurs, les appartements ayant de l’eau chaude sont presque inexistants.

Avoir une salle de bain et de l’eau chaude, c’est un luxe incroyable et seuls les plus riches peuvent s’en vanter.

Alors, dès que les autorités municipales prennent conscience de l’importance de l’hygiène pour la santé de la ville, au milieu des années 1880, elles commencent à investir dans la construction de «bains publics» pour les Montréalais.

Les autorités pensent cependant que ce sont avant tout les hommes qui ont besoin de se baigner, les premiers bains sont donc réservés à une clientèle strictement masculine. En premier lieu, on fait construire des bains publics rudimentaires à l’air libre sur une plage de l'île Sainte-Hélène, puis on ouvre un bassin à Hochelaga et un autre en bordure du canal de Lachine. Cette dernière installation qui reçoit le nom de Wellington donne directement sur le canal. Ce bain ne possède toutefois pas de toit et ne fonctionne donc qu’en été.

C’est d’ailleurs le bain Wellington qui est le premier, en 1893, à ouvrir ses portes aux femmes. Ainsi, 1893 est l’année où les premières Montréalaises ont eu l’occasion de prendre des bains chauds.

Notons pourtant que les usagers s’exposaient aux dangers d’une eau polluée qui venait directement du fleuve ou du canal.

C’est en 1901 qu’un premier bain couvert est construit à Montréal, mais il ferme ses portes en hiver.

Sept ans plus tard, l’an 1908 est à marquer d’une pierre blanche : le premier bain chauffé ouvert en toutes saisons est inauguré. À partir de ce moment, de nombreux bains publics sont construits dans chaque quartier de Montréal, particulièrement pendant la Dépression.

Peu à peu, les salles de bain sont ajoutées aux logements et avec l’avènement de la baignoire dans les habitations, les bains publics changent de vocation.

Ainsi, en 1931, le Bain Maisonneuve transformé en piscine, commence à offrir des cours de natation aux adultes.

Vous pouvez encore observer aujourd’hui le mot «Bains» gravé sur la façade de quelques vieux édifices nous rappelant l’époque, où pour se laver, il fallait aller «aux bains».

une vielle maison

Une vieille maison délabrée… Photo : © GrandQuebec.com

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>