Histoire de Montréal

Rupture Drapeau-DesMarais

Rupture Drapeau-DesMarais

Rupture Drapeau – DesMarais
À six semaines de l’élection, la LAC se divise en deux blocs

L’équipe Drapeau – DesMarais, que l’on croyait indissoluble et qui avait manifesté à maintes reprises sa vigueur à toute épreuve, au temps tout particulièrement où l’Union nationale lui faisait ouvertement la lutte à l’hôtel de ville de Montréal, est passée à l’histoire, le 12 septembre 1960, dans des circonstances tragiques. L’équipe aura duré six ans.

La scission en deux blocs bien distincts de conseillers élus sous l’étiquette de la Ligue d’Action civique, prévue depuis quelques jours, se préparait depuis des mois. Elle s’est produite finalement et a ébranlé la Ligue jusque dans ses fondements.

Et cela, à moins de six semaines d’une élection municipale qui aurait été relativement plus facile que la précédente pour la ligue, son adversaire irréductible, l’Union nationale, étant affaiblie par la mort de ses deux chefs, MM. Duplessis et Sauvé, et par sa récente défaite à l’élection provinciale du 22 juin 1960.

À voir la tournure des événements, la scission qui apparaît à tous comme définitive, loin de faire disparaître la Ligue, mettra l’électorat en présence de deux ligues, respectivement dirigées par Mm. Drapeau et DesMarais.

Déclaration de rupture

Les événements se sont précipités à un rythme accéléré au cours des 24 dernières heures sur la scène municipale.

Quelques heures en effet après que M. DesMarais eût été réélu par acclamation pour un second mandat de deux ans, président de la Ligue d’Action civique, 16 conseillers municipaux élus en 1957 sous l’égide de la Ligue, et un de la classe C, ont déclaré publiquement ne reconnaître que Me Drapeau comme chef.

Treize conseillers de la Ligue et un indépendant qui a joint à toutes fins pratiques ses rangs, n’ont pas signé la déclaration de rupture.

Me Drapeau n'a toutefois fait aucun commentaire. Il n’a pas non plus renié la déclaration des 17.

Les 17 conseillers qui ont reconnu Me Drapeau comme leur chef sont: MM. Lucien Saulnier, Roger Sigouin, Roland Bourret, Adrien Angers, Maurice Landes, Prosper Boulanger, Jean LaRoche, Roméo Desjardins, J.-Benoît Bourque, Jean Labelle, Omer Roy, J.-N. Drapeau, Drapeau, Paul-Émile Robert, Jean Guillet, Horace Montpetit et Paul-Émile Sauvageau, tous élus en 1957 sous l’étiquette de la LAC, et M. Fernand Drapeau, un des représentants du Comité des Citoyens de Montréal (classe C), au conseil municipal.

Les 14 conseillers qui n’ont pas signé la rupture sont, outre naturellement M. Pierre DesMarais, MM. Ruben Lévesque, Albert Guilbault, Jean Meunier, Jacques Tozzi, Oscar Singer, Charles Mayer, Gerry Snyder, René Clouette, Camille Quintal, André Desmarais, Armand Lalonde et Jean-Paul Lemieux, tous élus en 1957 sous l’étiquette de la LAC, et Edmond Hamelin, un des conseillers du district #10, qui a joint les rangs de la Ligue.

jean drapeau paul desmarais et pax plante

 Victoire de Jean Drapeau avec Paul Desmarais et Pax Plante en 1959. Source de la photographie : Ville de Montréal, gestion des documents et archives / Z-541-10. Licence : Illustration libre de droits et gratuite pour une utilisation dans un contexte éducatif et non-commercial

Voir aussi :

1 commentaire

  1. Serge Beauchemin

    2012/02/06 at 9:41

    Sur la photo, il ne s’agit pas de Paul Desmarais mais de Pierre Desmarais 1er. Il était propriétaire de l’imprimerie Desmarais rue Roy à Montréal.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>