Histoire de Montréal

Le roc irlandais

Le roc irlandais

Le roc irlandais

Cette pierre, installée à l’entrée du pont Victoria, est l’un des monuments les plus simples et émouvants de Montréal.

Si l’on franchit la rue Bridge et que l’on s’approche de ce bloc de granit noir, on voit l’inscription suivante:

«Pour préserver de la profanation les restes de 6000 immigrants morts de la fièvre des navires A.D. 1847-48. Cette pierre est érigée par les travailleurs de Messieurs Peto, Brassey et Betts responsables de la construction du pont Victoria. A.D. 1859».

Ce rocher, de 30 tonnes, est appelée The Black Stone ou The Ship Fever Monument ou le Roc irlandais. La pierre s’élève à 3 mètres de hauteur. Elle fut mise en place en 1859 par les ouvriers lors de la construction du pont Victoria. Ces ouvriers avaient déterré des os en creusant la terre. Lorsqu’ils apprirent de quoi il s’agissait, ils ont installé ce morceau de granit tiré du lit du fleuve afin de servir de base à une des piles du pont.

Les ossements découverts par les ouvriers étaient ceux d`immigrants irlandais morts du typhus.

En 1847, des milliers d’Irlandais quittent leur pays, chassés par la Grande famine qui sévit alors en Irlande.

Un grand nombre d’entre eux vont au Québec et certains de ces immigrants continuent leur voyage jusqu’à Montréal.

Une épidémie de typhus éclate lors de la traversée de l’Atlantique et des milliers d’Irlandais arrivant au Canada sont contaminés. D’autres contractent la maladie à terre, suite au contact prolongé avec des malades. Cette épidémie est restée dans l’histoire comme the Ship Fever ou la Fièvre des navires.

À l’arrivée à Québec, on place les malades en quarantaine sur la Grosse-Île, surnommée depuis l’île de la Quarantaine. Les immigrants meurent par milliers mais d’autres, considérés sains, continuent leur voyage. Mais quand ils arrivent à Montréal, ils sont déjà malades.

Le maire de MontréalJohn Easton Mills, ordonne donc la création d’une zone de quarantaine dans le quartier de Pointe-Saint-Charles, près des rives du canal de Lachine. Le but est d’éviter la contamination des autres résidents de la ville.

Une vingtaine de baraques sont construites et des milliers d’immigrants y sont envoyés. Ils meurent en grand nombre et de nouveaux malades viennent occuper les places des victimes du typhus. Les sœurs de la Congrégation des Sœurs Grises de Montréal prennent en charge cet «hôpital » improvisé.

Plus de 6 000 immigrants irlandais meurent du typhus, tout comme des dizaines de Montréalais venus aider les malades. Parmi les victimes se trouvent des Sœurs grises, des prêtres, des médecins et le maire de MontréalJohn Easton Mills.

On enterre les restes des morts tout près du Saint-Laurent, à l’endroit où se dresse aujourd’hui le pont Victoria.

roc irlandais

Roc irlandais au moment de son installation. Photographie de l’époque

Lire aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>