Histoire de Montréal

Ligue antituberculeuse de Montréal

Ligue antituberculeuse de Montréal

Ligue antituberculeuse de Montréal

Plus de 115,000 citoynes radiographiés par la Ligue antituberculeuse

La ligue antituberculeuse de Montréal Inc., malgré son silence, n’a pas été inactive pendant les quatre premiers mois de l’année 1953. Au contraire, nous informe son président M. C.-O.Monat, Ing.P., la Ligue, du premier janvier au premier mai, a radiographié 115,033 citoyens du district métropolitain, soit 11,550 de plus que l’an dernier, record de tout temps pour la même période.

Les cas dépistés, non seulement de tuberculose mais des autres maladies thoraciques, révèlent la haute importance du travail de dépistage de la Ligue, ajoute M. Monat, et les résultats suivants en sont une preuve irréfutable : 1,035 cas suspect de tuberculose, 171 cas de tuberculose active dont 83 cas minimes, 68 modérément avancés et 20 cas avancés. En plus, 415 personnes ont été avisés d’anomalies cardiaques, ainsi que 25 personnes dont la radiographie pulmonaire montrait des indices de tumeurs tant malignes que bénignes. Le plus grand nombre de ces personnes avisées n’avaient aucun soupçon du mal qui les menaçais. En outre, 51 cas de troubles bronchiques furent dépistés, ainsi que 22 cas de pneumononiose et autres maladies thoraciques.

Tous les citoyens qui ont voulu profiter des examens pulmonaires de la Ligue ont eu la facilité de le faire, puisque les équipes mobiles de la Ligue antituberculeuse ont été mises à la disposition du public dans 34 endroitd différents de la métropole et dans 537 compagnies industrielles.

Parmi les 115,033 personnes radiographiées, 10,741 étaient au compte des pouvoirs publics, entre autres 1866 du pénitencier St-Vincent-de-Paul et 1614 de la prison de Bordeaux.

Le travail de dépistage dans le district métropolitain se poursivra intensivement jusqu’au début de juin alors que 4 équipes mobiles de la Ligue, à la demande des autorités provinciales et fédérales, se transporteron dans les comtés ruraux jusqu’aux débuts de septembre, date de la reprise du travail dans la métropole.

La Ligue antituberculeuse de Montréal, à la demande des autorités, a étendu son travail bienfaisant en faveur de plus de la moitié de la population de notre province, puisque ses activités s’étendent dans 26 comtés ruraux avoisinants de la métropole, et même jusqu’aux confins du comté de Pontiac.

(Texte paru dans le journal Le Canada Nouveau, lundi 25 mai 1953).

Rue St-Louis

Rue Saint-Louis du Vieux-Montréal. Photo de GrandQuebec.com

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *