Histoire de Montréal

Incendie de l’orphelinat

Incendie de l’orphelinat

Incendie de l’orphelinat

Une centaine d’orphelins chassés par les flammes

La partie ouest de l’édifice de Ladies’ Benevolent Association est ravagée par les flammes. – Les 97 enfants qui s’y trouvaient ont tous été sauvés. – Les enfants transportés au poste de pompiers, voisin de l’institution. $22,000 de dommages.

Un incendie s’est déclaré, hier soir, un peu avant minuit, au Ladies Benvolent Association. L’incendie a menacé de dégénérer en une catastrophe analogue à celle de la Crèche des Soeurs Grises où une centaine d’enfants avaient péri dans les flammes.

Le Ladies Benevolent Association est un orphelinat pour les enfants pauvres. Quatre-vingt-dix-sept enfants y sont hébergés. Au moment de l’incendie vers minuit moins un quart, tous les enfants étaient couchés et dormaient profondément.

L’incendie a pris naissance dans la cave dans la chambre aux fournaises. Un tison serait tombé de la fournaise et aurait mis le feu à des matières inflammables qui se trouvaient non loin de la fournaise. Les flammes se communiquèrent aux boiseries qui entouraient l’appartement et la fumée se communiqua aux autres étages. Une fillette de 10 ans du nom de Florence Davis, fut réveillée par l’odeur de la fumée. Elle descendit au premier étage dans l’intention de se sauver. Chemin faisant, elle fut aperçue par la directrice, Mme But et, qui veillait encore. La directrice demanda èa la fillette quel était le motif de sa sortie. Celle-ci répondit: «  la bâtisse est en feu. » Tous deux se rendirent alors au poste de pompiers qui est voisin de l’institution en donnèrent l’alarme.

Comme la bâtisse était vieille et tout en bois, les flammes se propagèrent avec une grande rapidité. En quelques minutes, elles s’étaient communiquées aux quatre étages de l’édifice.

Dès leur arrivée les pompiers se firent un devoir de sauver les enfants qui avaient été si brusquement réveillés par les flammes. Une escouade de policiers du poste numéro 5 vint à leur rescousse. Plusieurs passants, entre autres M. Alban Germain, aidèrent les pompiers et les policiers. Le sauvetage se fit avec un ordre remarquable. Signalons le beau geste du pompier Léger qui alla chercher, au milieu de la fumée et des flammes, le jeune George Bacsuley, qu’il ramena dans ses bras sans connaissance.

Tous les enfants furent transportés au poste de pompiers voisin où on leur prépara des lits qui servaient aux pompiers. On leur servit du thé et du café. Après que les flammes furent sous contrôle, on alla chercher les habits et les couvertures des lits. L’aile ouest de l’édifice fut la seule partie de la bâtisse à souffrir des flammes. Tous les dommages ont été causés par l’eau et la fumée. Très peu de dommages ont été causés par les flammes. Les enfants pourront retourner aujourd’hui dans leur orphelinat et occuper la partie est qui est intacte.

Les pompiers étaient sous la direction du chef Chevalier et du chef de district Gauthier. Les directrices de l’institut ont exprimé leur remerciements aux pompiers pour la promptitude avec laquelle le sauvetage avait été fait. Les dommages s’élèvent à une vingtaine de mille piastres.

(C’est arrivé le 17 février 1922 à Montréal).

incendie de l'orphelinat

Monument à Marguerite Bourgeois. Photo: GrandQuebec.com

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>