Histoire de Montréal

Historique du Pont J. – Cartier

Historique du Pont J. – Cartier

Historique du pont Jacques-Cartier

C’est vers 1875 que la Ville de Montréal annonce le projet de construction d’un nouveau pont ferroviaire et routier reliant Montréal et la Rive Sud. Un groupe d’ingénieurs dresse les plans et choisi l’emplacement du pont qui devait se situer tout près du site actuel du pont Jacques-Cartier, mais après les calculs finaux, le projet, jugé trop coûteux, sera abandonné.

C’est au début des années 1920 que le ville reprend le projet et les travaux préparatoires pour la construction du «pont de la Rive-Sud» commencent en 1925 avec l’analyse du terrain, les études de faisabilité et la préparation des plans techniques qui sont approuvés vers l’été 1926.

C’est  le groupe SMDB, composé de SNC-Lavalin inc., Montacier inc. et Demathieu & Bard S.A. qui prend les travaux en main. Rappelons que la société Demathieu et Bard est jusqu’à nos jours l’un des constructeurs de ponts et viaducs routiers et ferroviaires en France.

Le 9 août 1926 la pierre angulaire du pont est donc posée à l’angle des rues Notre-Dame et Saint-Antoine (rue Craig à l'époque).

L’ouvrage est baptisé pont du Havre lors de la cérémonie d’inauguration, célébrée le 24 mai 1930, en l’honneur de la Commission du Havre de Montréal qui a présidé et supervisé les travaux. Le 23 juin 1934, l’année du 400ème anniversaire de la découverte du Canada, le Gouverneur Général le rebaptise en hommage au découvreur du Canada, Jacques-Cartier.

À l’époque, les usagers devaient payer pour pouvoir traverser le pont et au premiers jours, on n'acceptait que de l'argent liquide. Plus tard, il fut également possible de se procurer des jetons de péage, valides pour les ponts Jacques-Cartier et Champlain. Les postes de péage existèrent durant plusieurs décennies et furent abolis en 1962.

En fait, jusqu’en 1962, le péage a été appliqué pour tous les véhicules et toutes les personnes qui empruntaient le pont : un piéton, une brouette et un cycliste devaient dépenser 15 ¢ pour le passage; par un animal transporté, on devait payer de 3 sous à 15 sous, selon l’espèce, un motocycliste payait 25 ¢, un automobiliste payait 25 ¢ et 15 ¢ supplémentaires pour chaque passager.

Les tarifs ont été plus élevés pour les autobus, les camions, les véhicules à traction animale, à l’exception des véhicules tirés par un chien ou une chèvre. Ces véhicules payaient 15 ¢, soit le coût minimal. Mais le passage était gratuit pour les enfants jusqu’à l’âge de 5 ans.

cartier pont

Pont Jacques-Cartier dans les années 1930. Carte postale de l'époque

port cartier

Pont Jacques-Cartier aujourd'hui. Photo : © GrandQuebec

Voir aussi:

1 commentaire

  1. Michel Gagnon

    2013/11/06 at 11:26

    Je suis pour un pont a péage, pont Champlain ou Jacques-cartier.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>