Histoire de Montréal

Feux de circulation

Feux de circulation

Feux de signalisation

C’est en 1930 que la ville de Montréal fait installer les premiers feux de circulation. En effet, le développement de la circulation dans les rues du centre ville rendait caduque la simple présence de panneaux d’arrêt aux principaux carrefours. La ville a appliqué une approche scientifique : on a calculé le nombre approximatif de voitures et de piétons, le nombre d’accidents et les retards infligés aux conducteurs.

La décision d’installer des feux de circulation n’était pas unanime. De nombreuses personnes pensaient que le nouveau système allait causer des délais excessifs et détourner la circulation vers les quartiers résidentiels, où le système n’était pas encore implanté.

L’expérience débute à l’intersection des rues Sherbrooke et University. Elle s’avère positive, car le nombre de collisions diminue, la sécurité s’améliore et les délais sont réduits. Alors, en quelques années, on installe dans les rues jusque-là exemptes de signalisation, quelque 3000 arrêts obligatoires, 2300 interdictions de stationner et une centaine de feux de circulation.

Aujourd’hui, il existe plus de 1600 carrefours équipés de feux de circulation à Montréal. L’installation et l’entretien d’un feu de signalisation peut coûter entre 80 000 $ et 150 000 $. La décision de leur implantation est donc prise après mûre réflexion. 

feux de circulation

Intersection des rues Saint-Antoine et Atwater vers la fin des années 1930. On y remarque un feu de circulation. À cet endroit, on trouve maintenant une station de distribution de Bell. Photo du domaine public (l'auteur inconnu)

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>