Histoire de Montréal

Empoisonnement avec de l’alcool méthylique

Empoisonnement avec de l’alcool méthylique

Deux vagabonds s’empoisonnent avec de l’alcool méthylique

L’un d’eux succombe peu de temps après son arrivée dans un refuge ; son compagnon est encore dans un état inquiétant

Deux pauvres hères sans foyer qui parcouraient les campagnes à la recherche d’un emploi, ont été trouvés, hier soir (le 9 mai 1939), sur le bord de la route, probablement empoisonnés par l’alcool méthylique. Tous deux ont été transportés au refuge Notre-Dame-de-la-Merci, situé boulevard Gouin, dans le quartier d’Ahuntsic, où l’un d’eux est décédé, peut de temps après son hospitalisation. L’état du compagnon de la victime infortunée, semble également plutôt très alarmant.

Le défunt est un nommé Omer Darche, âgé d’environ 45 ans, et celui qui est encore hospitalisé au refuge précité. Est connu sous le nom de Tony Labrie, tous deux sans lieu de domicile connu, mais tout deux originaires de Trois-Rivières.

Le cadavre de Darche a été transporté à la morgue de Montréal, où une autopsie sera pratiquée par les médecins légistes provinciaux, avant que soit tenu une enquête, par un jury, sous la présidence de Me Richard Duckett, le coroner du district de Montréal.

L’affaire a été confiée à la Sûreté provinciale du Québec. Les détectives ont appris jusqu’ici que les deux individus avaient été trouvés sur le bord de la route, à un endroit situé aux limites de la municipalité de l’Abord-à-Plouffe, près du village de Saint-Martin. Le chef de police Ampleman, de l’Abord-à-Plouffe, qui a été le premier averti et qui a cru d’abord qu’il s’agissait de cas d’ivresse, a fait transporter les deux victimes à la Merci.

Il était environ 7 heures, à ce moment et Darche mourut un peu plus d’une heure après. L’officier en service au poste de police d’Ahuntsic, a alors été averti et qui a alerté les autorités de la Sûreté municipale qui, en retour, ont averti la Sûreté provinciale, place Vauquelin. L’alcool méthylique aurait été acheté dans un établissement situé à quelque distance de l’endroit où les victimes ont été trouvées.

Chute néfaste

Monsieur George Taylor, âgé de 51 ans, qui habitait 37, rue Burns, Bootle, Liverpool, en Angleterre, est décédé, hier, à l’édifice du centre de l’hôpital Général de Montréal, des suites de blessures qu’il s’était infligées dans une chute, à bord du « Duchess of Richmond ». Taylor, menuisier à bord du navire a été blessé, le 26 avril dernier et il a été hospitalisé à son arrivée à Montréal, le mardi 2 mai 1939. Les autorités médicales ont vainement tenté de lui conserver la vie. Le cadavre a été transporté à la morgue. Une enquête sera tenue, aujourd’hui, par un jury sous la présidence de Me Richard Duckett, le coroner du district de Montréal.

(Publié le 10 mai 1939, journal Le Canada, page 12).

Présentation de l’ascenseur : c’est cette pièce minuscule avec ces portes qui se referment et quand elles se rouvrent, vous êtes dans un autre endroit. (Margaret Atwood, Le dernier homme, titre original en américaine « Oryx and Crate ».). Photo : ElenaB. Musée de Bob Marley.
Présentation de l’ascenseur : c’est cette pièce minuscule avec ces portes qui se referment et quand elles se rouvrent, vous êtes dans un autre endroit. (Margaret Atwood, Le dernier homme, titre original en américaine « Oryx and Crate ».). Photo : Rue Sainte-Julie de Trois-Rivières, par Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *