Histoire de Montréal

Documents perdus

Documents perdus

Documents perdus

Soulignite, découpite et cornite font 2500 victimes à Montréal

Trois virus tenaces ont pris Montréal d’assaut l’année dernière, faisant au moins 2500 victimes. Le premier provoque la « cornite », le second la « soulignite » et le dernier la « découpite ».

On retrouve leurs traces en 23 lieux différents de la métropole et les spécialistes craignent que l’endémie ne fasse encore plus de victimes cette année.

L’année dernière seulement, ces maladies ont coûté 75 000$ à la société, soit 30 $ par victime!

Évidemment, vous aurez deviné qu’il ne s’agit pas ici de bipèdes, mais de livres qui les 23 succursales de la Bibliothèque de Montréal ont dû retirer des rayons pour cause de vandalisme.

Première des trois maladies, la cornite, Symptômes : les pages de la victime se plient dans le haut, se déchirent.

Deuxième des trois maladies, la soulignite. Symptômes : le texte de la victime est souligné de vilains traits ou masqué au crayon-marqueur.

Dernière des trois et non la moindre, le découpite. Symptômes : la victime perd ses pages, elles sont trouées ou déchirées.

Une fois le livre infecté, difficile de lui sauver la vie, si l’on peut dire, parce que le seul remède connu est plutôt du genre préventif.

En l’occurrence, il se compose de deux cuillerées de civisme et trois comprimées d’éducation, disent les spécialistes de la Bibliothèque de Montréal et leurs alliés de Tandem Montréal qui ont lancé une campagne de sensibilisation contre le vandalisme sur les livres.

Sous le thème « Pourquoi ne pas dévorer les livres du regard seulement? », Tandem Montréal a fait imprimer 100 000 signets qui seront distribués dans les bibliothèques de quartier et, dès septembre, dans les écoles primaires de la CECM pour encourager très tôt dans l’enfance, disent encore les spécialistes, le respect des biens publics.

Aux 2500 livres retirés des rayons et mis au rebut pour cause de vandalisme, il faut ajouter les 7500 autres que des abonnés ont déclaré avoir perdu.

En d’autres mots, en 1994, 10 000 des trois millions de documents confiés aux 23 succursales de la Bibliothèque de Montréal sont disparus. 30$ la victime, cela fait 300 000$. Soit l’équivalent de 10% du budget des acquisitions, qui n’est que de trois millions de dollars.

(Ce texte a été publié en juin 1995)

Pour compléter la lecture :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>