Histoire de Montréal

Cantine de Joe Beef

Cantine de Joe Beef

Cantine de Joe Beef

La taverne du peuple

La cantine de Joe Beef est peut-être de bas étage, les planchers de sa cave et de sa salle sont certainement sales; la valeur d’un tel lieu pour la ville peut être mise en doute mais qu’on se souvienne d’une chose : plus d’une tête fatiguée a ici trouvé le repos, bien des bouches affamées ont été ici remplies. Assurément, cette charité compense une multitude de pêchés (Inconnu).

Cette cantine, ouverte en 1868, appartenait à l’un des personnages les plus colorés de Montréal, M. Charles McKiernan, dit Joe Beef, surnommé le fils du peuple.

Cantinier dans l’armée britannique dans les années 1850, Charles Joe Beff McKiernan est affecté à la cantine militaire de l’île Sainte-Hélène en 1864, jusqu’à sa décharge militaire. En fait, il ouvre sa première taverne, Joe Beef’s Canteen, près du Marché Bonsecours, puis la déménage au coin des rues de la Commune et de Callière en 1875, quand des travaux furent entrepris sur la rue Saint-Claude pour l’élargir. C'est ainsi que la taverne de Joe Beef s’établit à l’angle de la rue des Commissaires (aujourd’hui, rue de la Commune) et de la rue De Callière. Le nouvel édifice de quatre étages comportait aussi un dortoir de 100 lits.

C’était beaucoup plus qu’un lieu où l’on ne venait que pour manger. Par exemple, au sous-sol, on pouvait admirer des singes et des ours dans leurs cages.

Frondeur, généreux et flamboyant, cet immigrant irlandais devient rapidement le tavernier le plus connu de Montréal. Débardeurs, journaliers et matelots viennent à la Cantine par centaines pour y manger leur repas du midi et y boire. Pour 10 cents, les plus riches se paient un bifteck aux oignons, alors que les indigents sont gratifiés d’un bol de soupe avec du pain. L’excentrique Joe Beef garde même une ménagerie d’animaux sauvages dans sa cave pour divertir sa clientèle.

La célébrité de ce lieu est due également aux œuvres de charité de son maître, qui offrait gratuitement le couvert et un lit aux plus démunis de Montréal. Il recueillait aussi de l’argent pour les hôpitaux et donnait son appui aux revendications ouvrières lors de divers conflits de travail. Toute personne qui entrait dans la taverne avait le droit à manger, même si elle n’avait pas les moyens de payer sa nourriture.

En janvier 1889, Joe Beef succombe à une crise cardiaque. La taverne de Joe Beef survivra pendant quatre ans après le décès de son propriétaire.

Remarquons que de 1903 à 1965, une autre institution vénérable de Montréal, le Star Café, occupait cet immeuble.

joe beef taverne

Ici, au coin des rues de la Commune et de Callière, se situait la Cantine de Joe Beef. Photo : © GrandQuebec

Lire aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>