Histoire de Montréal

Ascenseurs du Mont-Royal

Ascenseurs du Mont-Royal

La construction d’ascenseurs au Mont-Royal
Un projet des plus pratiques

Depuis la disparition du funiculaire, on ne peut atteindre le sommet de la montagne qu’en faisant le trajet à pied ou bien en voiture. Il faut noter, de plus, que les automobiles sont exclus du parc; seules des voitures tirées par des chevaux y ont accès. Le piéton peut gravir le Mont-Royal en suivant les routes abruptes ou encore, il peut l’escalader en montant les longues séries d’escaliers, moyen fort pénible d’arriver en haut de la montagne.

Pour nos familles ouvrières, qui ne peuvent se payer le lue d’une voiture, ce parc, l’un des plus beaux de la région, est devenu inaccessible. Il est donc du devoir de nos administrateurs municipaux d’adopter des mesures qui permettront à notre population d’avoir un accès plus facile au parc Mont-Royal.

Le funiculaire a dû être démoli parce qu’il n’offrait pas toute la sécurité voulue. L’ancienne commission administrative a fait disparaître le chemin de fer incliné de la montagne, il y a déjà plusieurs années. Depuis ce temps, le parc Mont-Royal, qui était fréquenté par des foules considérables, devient de plus en plus un lieu désert. Le public par suite du manque de moyens faciles de transport, se voit privé d’un endroit où il pouvait, pendant les beaux jours de l’été, puiser l’air pur du parc.

Un projet a été adopté par les présents administrateurs municipaux, pour améliorer la situation. En effet, il a été décidé de construire une ligne de tramway sur chemin Shakespeare, qui desservira particulièrement l’ouest de la métropole, la nouvelle voie devant être établie sur le versant nord-ouest du Mont-Royal.

Cette amélioration est jugée cependant insuffisante, et nos échevins ont le devoir d’aller plus loin, et de faire l’étude d’un autre moyen de transport pour desservir la partie est de la ville.

Des ingénieurs compétents ont soumis que la construction d’ascenseurs à l’endroit où se trouvait l’ancien funiculaire, formerait un projet des plus pratiques et des moins coûteux. Deux ascenseurs monteraient les citoyens sur la cime du Mont-Royal, soit à quatre cents pieds. Le projet comporte le creusage d’un tunnel de deux cents pieds de longueur, dont l’entrée serait du côté de l’avenue du Parc, et aboutirait à une rotonde en forme de gare, c’est-à-dire au pied du puits d’ascenseur.

(Cela se passait le 10 mai 1922).

parc du mont royal

Parc du Mont-Royal au XXIe siècle. Photo : © GrandQuebec

Pour compléter la lecture :

1 commentaire

  1. Mihai Stauceanu

    2010/08/23 at 9:18

    eh bien voila un projet qui as bien fait de rester a l’état de simple projet, étant mécanicien d’ascenseur laissez moi vous exposer en simple les difficultés technique de fabriquer un « ascenseur  » capable de circuler a un angle quelconque en corrigeant son angle d’attaque en direct et de façon automatique prenons pour exemple le funiculaire de quebec…qui nous as a tous prouvé la difficulté d’implanter un systeme efficace que frein parachutte conventionels sur de tels ascenseurs entre autre de par son angle dattaque moins prononcé…rien ne nous indique que l’ascenseur atteindra necessairement la vitesse requise pendant sa chute libre afin que le frein d’urgence ne se dépoie…De plus les ascenseur extérieurs ont toujours eu leur lot de problèmes principalement inhérent au climat brutal que nous pouvons atteindre l’hiver localement…Et puis que deviendrais le défi 5-30 si le mont-royal était équipé d’ascenseurs :) .

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>