Histoire de Montréal

Aqueduc…

Aqueduc…

Aqueduc et réseau d’égouts

Avant le XIXe siècle, Montréal ne disposait pas d’un système de distribution d’eau ni d’égouts convenables.

C’est en 1801 qu’un groupe de riches Montréalais installent un premier réseau privé de distribution d’eau potable. L’eau est fournie par des tuyaux en bois qui relient un étang situé au sommet de la montagne, à Côte-des-Neiges, jusqu'à des citernes placées au pied de la colline. Ensuite, elle est distribuée entre les différents propriétaires du réseau.

Quinze ans plus tard, en 1816, M. Thomas Porteous fait installer le premier réseau public. L’eau est prise dans le Saint-Laurent par le biais de pompes à vapeur. Montréal devient alors la deuxième ville ayant un réseau public d’eau potable en Amérique, après Philadelphie.

En 1832, les premiers tuyaux d’égout sont installés.

Après la constitution de Montréal, la ville s’approprie les tuyaux (dès 1845), mais c’est le grand incendie de 1852 qui a ravagé le centre-ville qui démontre le besoin urgent de la construction d’un premier aqueduc. Remarquons, que les compagnies d'assurance exercent une forte pression sur la ville pour qu’elle finance le projet.

Les plans de l’aqueduc ont été dressés par l’ingénieur Thomas C. Keefer et la nouvelle structure est inaugurée en 1856. L’eau est puisée, à l'aide de pompes hydrauliques, dans le Saint-Laurent en amont des rapides de Lachine, puis elle est acheminée jusqu’au réservoir McTavish, situé au coin de l’avenue du Docteur Penfield et de la rue McTavish.

L’année suivante, la Ville de Montréal entreprend des travaux d’amplification du système et au fil des années, un canal d'évacuation des eaux est aménagé et l’aqueduc est élargi. De plus, les pompes sont rénovées à plusieurs reprises, de nouveaux réservoirs et de nouvelles stations de pompage voient le jour. Plus tard, les mécanismes sont électrifiés et des prises d’eau sont installées à l’écart des rives pour éviter les eaux polluées.

Cependant, c’est en 1910 que Montréal décide de chlorer et de filtrer ses eaux après qu’une épidémie de fièvre typhoïde éclate suite à la pollution des réseaux.

En 1918, une première usine de traitement des eaux est mise en service au pied de la rue Atwater. Désormais, la qualité de l’eau s’est nettement améliorée.

aqueduc de montreal

Aqueduc de Montréal. Photo : © GrandQuebec

Pour compléter la lecture :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>