Histoire de Montréal

Explosion à l’Accueil Bonneau

Explosion à l’Accueil Bonneau

Explosion à l’Accueil Bonneau

L’Accueil Bonneau, partiellement détruit aujourd’hui, le 9 juin 1998, par une puissante explosion causée par une fuite de gaz, a obtenu en soirée l’assurance du gouvernement du Québec qu’il recevra toute l’aide nécessaire pour lui permettre de reprendre dès cette semaine ses activités.

L’explosion s’est produite moins d’une heure après que les centaines d’itinérants fréquentant l’institution eurent terminé leur repas et vidé les lieux.

Les pompiers tentaient toujours en soirée de trouver dans les décombres un employé de l’Accueil Bonneau qui manquait à l’appel.

Les autorités indiquaient alors que deux personnes avaient été tuées, et 15 autres blessées, dont cinq grièvement, dans la catastrophe. Selon Urgences Santé, une douzaine de personnes ont aussi été traitées sur place pour les blessures mineures.

L’une des victimes était une religieuse septuagénaire, Claire Ménard, qui est décédée d’un arrêt cardiaque après avoir été transportée à l’hôpital Saint-Luc.

La mort de l’autre victime, Marie Lavallée, une bénévole, a été constatée sur place.

Dans les premières minutes suivant le drame, tout le secteur était plongé dans le chaos. Plusieurs des victimes sont sorties tant bien que mal des décombres, poussiéreuses, éberluées, tandis que des passants venaient leur prêter main-forte.

Les pompiers ont dû patienter plusieurs heures avant de pouvoir ratisser les débris en attendant que Gaz Métropolitain colmate le conduit d’alimentation en gaz de l’immeuble en creusant dans la rue Saint-Paul. Finalement, vers 15h45, la structure de l’immeuble a été stabilisée et les chiens pisteurs, qui ne pouvaient être utilisés jusqu’alors en raison de l’odeur de gaz, ont été mis à profit.

Un employé de la firme Sciage de béton Saint-Léonard, qui tentait de percer un trou dans un mur de l’Accueil Bonneau afin de permettre l’installation d’un nouveau conduit d’aération, aurait causé la fuite en coupant par mégarde un conduit.

Il se serait alors précipité à l’intérieur pour aviser la quarantaine de bénévoles et d’employés qui s’y trouvaient du danger. L’évacuation ne s’est cependant pas faite suffisamment rapidement au dire de Nicole Fournier, directrice de l’Accueil Bonneau, qui est gérée par la congrégation des Sœurs grises. Les gestes de générosité se sont multipliés tout au long de la journée, des personnes offrant vêtements, nourriture et argent. Un individu a même offert 10 mille $.

« Nous allons nous en sortir », a conclu Mme Fournier qui parle d’une « journée de deuil pour la grande famille de l’Accueil Bonneau ».

(C’est arrivé le 9 juin 1998)

accueil bonneau

Accueil Bonneau, situ. au coin des rues Commune Est et Bonneau, juste à côté de la Chapelle Bonsecours. Sœur frise Rose-de-Lima Bonneau a fait des milliers de petits miracles au début du XXe siècle. À l’Accueil Bonneau, on offre aux itinérants près de 350 mille repas et lunchs par année et on administre quatre maisons de chambres. Photo : © GrandQuebec.com

Vois aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>