Histoire de Montréal

Tramways se tamponnent

Tramways se tamponnent

Cinq tramways se tamponnent en pleine rue Bleury

Malgré la foule qui se pressait dans les voitures électriques, on n’a heureusement aucun accidenté grave à enregistrer. – Cependant, quelques personnes ont été blessées. Un employé civique bien connu reçoit quelques contusions et blessures. Il est transporté chez lui par les employés de la Montreal Street Railway compagnie.

Un accident qui aurait pu avoir les suites les plus graves, c’est produit ce matin, 28 janvier 1907, sur la rue Bleury, près de l’avenue des Pins (Note : aujourd’hui, la rue Bleury aboutit dans la rue Sherbrooke et à partir de là, c’est l’avenue du Parc). Cet accident qui a mis la vie de centaines de personnes en danger, n’a heureusement pas eu de résultat fatal. Un homme cependant, un vieux serviteur de la ville, a vu la mort de bien près, et un autre a reçu des blessures assez graves et il souffre d’un fort choc nerveux. Le nom du blessé est John P. Connolly, et il demeure au No 543 de la rue Esplanade.

Voici comment ce accident, au cours duquel

Cinq tramways électriques

se sont tamponnés, s’est produit, au dire des témoins oculaires.

Il était 6 heures 30, ce matin, et à cette heure matinale, à cause de l’affluence des voyageurs, pressés d’entrer dans les usines, le service des tramways est rapide. Il ne se passe que peu d’instants entre le passage des voitures électriques. Les chars descendaient donc la rue Bleury lorsqu’à quelques verges seulement de l’endroit où un

Accident s’est produit

Le 6 décembre 1906 au soir, avec le fatal résultat que l’on sait, cinq tramways se sont tamponnés avec une grande force.
Les lourds véhicules avançaient sur les rails de la rue Bleury, lorsque l’un d’eux dut arrêter, un peu plus loin que l’avenue des Pins, pour laisser monter des voyageurs.

À cet endroit, la voie fait une courbe, et un second tramway vint frapper le premier; peu d’instants après, une troisième voiture fit voler en éclats les vitres des

Deux chars précédents.

Un quatrième véhicule venait à quelques verges plus loin. Le garde-moteur s’apercevant de l’accident, appliqua ses freins avec tellement de force qu’il parvint à arrêter sa voiture avant que celle-ci ne vienne donner sur celles qui la précédaient.

Mais, si ce brave serviteur de la compagnie Montreal Street Railway avait pu prévenir le danger que le précédait, il n’était pas en son pouvoir de se soustraire à l’accident.

Juste comme il se félicitait d’avoir arrêté sa voiture,

Un choc terrible

Faillit le jeter sur le dos.

C’était un autre tramway, qui n’obéissant pas aux freins venait de tamponner le sien.

Cet accident qui aurait pu avoir de terribles conséquences, alors que les voitures de la compagnie portent de si nombreux voyageurs, se résume en soi, à peu de chose. Quelques personnes ont bien été blessées mais légèrement.

Les vitres des tramways ont été brisées et les éclats de verre ont blessé plusieurs voyageurs, mais sans gravité.

Le filet protecteur de quelques-uns des tramways a été brisé et l’avant des chars, fortement endommagé. Les moteurs furent brûlés sous la force du choc.

Les chars demeurèrent en panne, pour la plupart, et durent être conduits aux remises de la compagnie, rue Côté, où on leur fera subir les réparations nécessaires.

La cause de l’accident

Après les grands froids que nous avons eus et le temps doux relatif qu’il faisait ce matin, un frasil se formait sur la voie, ce qui rendait presque inefficace l’application des freins. Les chars glissèrent sur les rails comme un toboggan dans une côte de glace.

Tramway de Montréal

Tramway de Montréal

Tramways à Montréal. Photo du domaine public

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>