Montérégie

L’Île Charron

L’Île Charron

L’Île Charron

L’Île Charron, située au nord-est de Longueuil, en Montérégie, au milieu du Saint-Laurent, a une longue histoire.

D’abord, l’île porte le nom de Notre-Dame, baptisée ainsi au début des années 1670. Elle est concédée en 1672 par Louis XV, le roi de France, à René Gaultier, gouverneur de Trois-Rivières, comme une partie du fief Du Tremblay (c’est l’intendant Jean Talon qui signe l’acte de concession).

Après le décès de M. Gaultier, survenu en 1789, sa femme, Mme Marie Boucher, fille du célèbre Pierre Boucher, cède les droits de l’île Charron à sa fille Madeleine Le-Villier et l’île est donc rebaptisée île Madeleine. Elle est vendue à Louis Lamoureux l’année suivante, puis, en 1693, elle est acquise par M. Prudent Bougret dit Dufort et change de nom à nouveau pour devenir l’île de Dufort (mais l’appellation l’île Madeleine est toujours en usage).

En 1753, la moitié de l’île est donnée à François Charron qui épouse Marie-Joseph Lamoureux, petite-fille de Louis Lamoureux. La pointe ouest de l’île appartient quant à elle aux Jésuites.

C’est sur une carte de 1815 que nous trouvons pour la première fois le nom de l’île Charron qui lui aurait été conféré par l’arpenteur-général du Bas-Canada, M. Joseph Bouchette, mais ce n’est qu’au début des années 1950 que le nom île Dufort cède la place définitivement à île Charron.

En 1984, le Parc National des Îles-de-Boucherville est créé à proximité de l’île.

En 1989, le gouvernement du Québec a exproprié la partie de l’île Charron qui appartient aux Jésuites, versant à la Compagnie de Jésus pour la perte de ses terres une somme de 30 000$. L’île est alors cédée à la ville de Longueuil afin d’aménager des espaces verts et un vaste parc sur l’île.

Au même moment, dès 1988, la société immobilière Assurance-Vie Desjardins ou A.V.D. devient propriétaire d’une partie importante de l’île Charron, sur laquelle se trouve l’hôtel Sheraton (actuellement, l’Hôtel des Gouverneurs). En 1989, la ville de Longueuil signe une entente avec le groupe A.V.D., selon laquelle un projet domiciliaire de 2500 logements serait développé par la compagnie Daniel Arbour et associés, une filiale du groupe Lavalin. En résumé, ce projet résidentiel ressemble au très controversé projet résidentiel de l’Île des Soeurs.

Le projet prévoyait la construction d’immeubles sur un territoire de 22 (ou 24, selon certaines sources) hectares, allant des berges du Saint-Laurent au sud, au chemin des îles au nord, et de l’Hôtel des Gouverneurs, à l’ouest, jusqu’à la limite de Longueuil à l’est. La plus grande partie du terrain proposé pour le développement résidentiel, est couvert par une forêt de peupliers à feuilles deltoïdes, mais on y trouve également des frênes rouges, des saules noirs et des ormes d’Amérique.

Une association des citoyens pour la protection de l’île Charron a été créée. Cette association a réussi à arrêter la réalisation du projet. En ce moment (septembre 2007), seulement trois bâtiments existent sur l’île Charron, soit l’Hôtel des gouverneurs, le Centre d’épuration des eaux du Saint-Laurent, et un théâtre d’été. Rappelons que l’île Charron se situe dans la zone limitrophe du très visité Parc national des Îles-de-Boucherville.

Selon M. André Portier, directeur général du Conseil régional de l’environnement de Montréal, la rareté des zones boisées dans le corridor du fleuve Saint-Laurent confère à l’Île Charron un grand potentiel comme refuge pour les oiseaux migrateurs et nicheurs.

Le sort de l’île Charron est toujours incertain. L’actuel propriétaire des terrains convoités par les promoteurs des projets résidentiel est M. Luc Poirier, mais des pourparlers se tiennent entre le gouvernement du Québec et le groupe Desjardins. Il faudrait être expert pour comprendre quelque chose dans ce labyrinthe juridique et dans les effets à long terme de la construction d’édifices sur l’île Charron, mais il ne faut pas être expert pour savoir que la protection de la nature, donc de l’île Charron est une tâche primordiale.

Lire aussi :

  • Ville de Longueuil 
  • Absence d’une ville de la liste des villes et villages québécois 
  • Parc des Îles-de-Boucherville
  • Oiseaux du Québec 
  • 1 commentaire

    1. ROBERT BEAUSOLEIL

      2015/12/16 at 11:33

      IL SERAIT INTERESSANT DE FAIRE UNE CHRONIQUE SUR LES CHANTIERS NAVALS DE JOHN MOLSON QUI ETAIENT ÉTABLIS AU COIN NORD-OUEST DE L`ILE. DES FOUILLES ARCHÉOLOGIQUES Y FURENT D`AILLEURES MENÉES…CE CHANTIER SERVAIT AUSSI DE CIMETIÈRE NAVAL POUR SES PLUS VIEUX NAVIRES

    Laissez un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>