Montérégie

Canal de Coteau-du-Lac

Canal de Coteau-du-Lac

Le premier canal à écluses en Amérique

Pendant longtemps, les rapides de Coteau-du-Lac constituaient un obstacle majeur à franchir entre Montréal et les Grands Lacs.

Déjà, en 1749, M. Chaussegros de Léry fit mention de ces rapides. Il signalait que durant le trajet entre Montréal et Détroit, à Milles Roches près de Cornwall, il fallait débarquer une partie des cargaisons pour pouvoir ensuite traîner les bateaux dans un rigolet le long des rapides.

Il y avait au total une demi-douzaine de ces rigolets dont la construction remonte à 1749. Ils étaient constitués d’un mur de roches érigé à 3 mètres de la rive. Ils furent utilisés jusqu’à la fin du régime français. Des vestiges du rigolet de Coteau-du-Lac sont visibles sur le Lieu historique national de Coteau-du-Lac.

Pour faciliter la communication, Sir Frédérick Haldimand, gouverneur du Bas-Canada, décide de construire à Coteau-du-Lac un canal qui devait être le premier d’une série de canaux à écluses. Les ingénieurs militaires du King’s Royal Regiment of New-York, une unité militaire composée de loyalistes britanniques originaires des États-Unis, travaillèrent à cette construction.

Le canal de Coteau-du-Lac fut construit en 1779. Sa longueur était de trois cent trente pieds (plus de 100 mètres), et trois écluses de six pieds (1,80 mètres) de largeur y étaient aménagées. Le canal permettait de combler une dénivellation d’environ 2 mètres entre l’aval et l’amont du rapide.

On perça «la péninsule de Coteau-du-Lac» au pic et à la pelle et le transport de la terre s’effectuait à la brouette. Parfois, on utilisa de la poudre à canon pour faire éclater les roches.

Le canal fut inauguré au printemps de 1780. Il y avait deux entrepôts et on y ajouta l’année suivante des logements et des écuries.

Après la construction de ce premier canal à écluses en Amérique du Nord, un poste de douanes y fut établi, puis un bureau de poste. Le trafic était assez important et en 1832, environ 2 mille éclusages y ont été réalisés. En 1845, après l’inauguration du premier canal de Beauharnois pour permettre le passage des bateaux à vapeur, le canal de Coteau-du-Lac fut fermé.

fortifications du coteau du lac

Fortifications du Coteau du Lac

Vestiges du fort de Coteau-du-lac. Source de l’image : Pierre Bona

Voir aussi :

1 commentaire

  1. michel montpetit

    2011/10/18 at 8:24

    EST-CE POSSIBLE DE SAVOIR QUELS VOILIERS NAVIGAIT LE LA C ST-LOUIS DANS LES ANNÉES 1700-1800
    OU SITE WEB LEURS NOMS

    mERCI mICHEL MONTPETIT
    BEAUHARNOIS

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>