Monde des plantes

Érable à sucre est condamné

Érable à sucre est condamné

Érable à sucre est condamné

Dès 2005, le Mont Royal est classé arrondissement historique et arrondissement naturel du Canada (en fait, c’est l’un des rares lieux à posséder double désignation).

Mais le Mont Royal est en sérieux danger et peut disparaître comme le site d’érables le plus connu.

La forêt qui a toujours couvert le Mont Royal était composée d’érables à sucre et de chênes rouges.

Toutefois, selon les dernières recherches, même si l’érablière du mont Royal est encore dominée par l’érable à sucre, c’est l’érable de Norvège qui s’imposera à la prochaine régénération. Les chercheurs ont dénombré 4300 érables à sucre canadiens et 1300 de Norvège parmi les arbres de plus de 10 cm de diamètre.

Plus important encore, pour ce qui est des semis et des gaules, il y a trois fois plus d’érables de Norvège que d’érables à sucre.

L’érable de Norvège a été introduit artificiellement au Québec pour sa résistance à la pollution urbaine et pour sa croissance rapide. Aujourd’hui, cet érable est retrouve un peu partout à Montréal, et la prolifération de l’érable de Norvège sur le mont Royal est due elle aussi à des interventions humaines effectuées dans les années 1960 et 1970, quand l’homme a décidé de reboiser le parc.

Cependant, on en ignorait les conséquences à long terme. L’érable de Norvège étant plus prolifique que l’érable à sucre et tolérant mieux l’ombre, s’étend rapidement. Il est donc possible qu’en espace de dix ans nous ne verrons plus d’érables à feuilles rouges, sinon l’érable à feuille jaune de Norvège.

L’érable de Norvège ressemble à s’y méprendre à l’érable à sucre. Il faut attendre l’automne pour pouvoir distinguer les deux arbres : contrairement à l’érable à sucre, qui se pare de teintes rouges et orangées, l’érable de Norvège vire au jaune et à l’ocre.

En été, seules les botaniste avertis  sont capables de relever la différence à partir des feuilles : on compte cinq pointes principales sur la feuille de l’érable à sucre et sept sur celle de l’érable de Norvège.

Cependant, étant donné la diversité de formes entre les feuilles dans un même arbre, il faut en examiner plusieurs pour poser un diagnostic clair.

On peut aussi différencier ces érables par les samares ; celles de l’érable à sucre sont disposées selon un angle d’environ 90 degrés tandis que celles de l’érable de Norvège sont alignées à l’horizontale.

erable

Érable à sucre

Feuille d’érable. Photo : © GrandQuebec

Voir aussi :

4 Comments

  1. paul carrier

    2010/07/27 at 7:57

    Je crois qu’il faut éradiquer l’érable de norvège parce qu’il détruit tout ce qui est près de lui. J’en ai vécu l’expérience à La Malbaie. A cette endroit il ne reste que l’érable de Norvège. Il détruit les autres arbres tels que les bouleaux et autres indigènes.

  2. Bruno Chicoine

    2011/12/08 at 6:54

    L’érable de Norvège est en effet une menace pour l’intégrité écologique du Mont-Royal, et entres autres pour les érables à sucre. Il pose aussi une menace à la biodiversité puisque peu d’arbustes et d’herbacées survivent sous un couvert d’érable de Norvège, contrairement à son cousin (à sucre) qui projette une ombre moins dense. Un couvert forestier en É. de Norvège conduit généralement à un sous-bois dénudé, et qui dit moins de plantes, dit moins de microorganismes, moins d’insectes, moins d’oiseaux…

    Je suis aussi en faveur de l’éradiquation des plantes envahissantes comme l’É. de Norvège et le nerprun cathartique. C’est un problème ardu, mais qui sera plus difficile encore et plus complexe si l’on tarde à y déployer des efforts. Exactement comme le changement climatique…

    Petite précision; l’inventaire des érables au Mt. Royal a sans aucun doute permis de dénombrer les arbres de plus de 10 cm de diamètre, et non pas des arbres de plus de 10 ans.

  3. admin

    2011/12/09 at 10:19

    Merci, M. Chicoine, je viens de corriger le texte d’après votre remarque. C’est très apprécié.

  4. robert girard

    2013/09/11 at 3:06

    Quand recolter les samarres des erables à sucre?
    Faut-il les séparer avant de les semer?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>