Monde des plantes

Érable à giguère

Érable à giguère

L’érable à Giguère (acer negundo L.)

Un tordu de nature

Le nom très ancien d’Érable à Giguère provient de la déformation du nom d’érable argilière.

L’érable à Giguère possède une allure bien particulière ; d’abord, les lobes de ses feuilles sont profondément découpés en plusieurs folioles, ce qui le distingue de tous les érables de chez nous. Ensuite, l’arbre développe des bourgeons jusqu’aux gels. Bien sûr, ces nouvelles pousses tardives au bout des branches meurent. La pousse reprend donc au printemps suivant à partir d’une branche latérale, ce qui lui donne un peu plus à chaque année cet air tordu.

Ces caractéristiques en font un peu un inadapté ; il n’est pas indigène du Québec. Quoique envahissant, il jouit d’une grande popularité parce qu’il croît très rapidement.

L’étang musical

Près de l’étang, sur la montagne printanière,
Les animaux sortent tous joyeux de leur tanière.
Alors que l’étang s’adapte à cette saison passagère,
La forêt endormie se remet de son temps de misère.

Près de cet étang, dans un arbre, un oiseau fait son nid familial.
D’entre les feuilles arrosées de cette eau vitale,
Le doux oiseau sort délicatement sa tête,
Pour y respirer la rosée et l’arôme matinal.

L’arbre se réveille grâce à la musique venant d’une brise d’air musical.
Cette ambiance paisible de l’étang,
Me donne la sensation que le cœur des arbres chante,
Une chorale festivale.

Élizabeth Salazar, 17 ans (Groupe 1, École Mont-de-La-Salle, 2003).

érable giguère

Érable à giguère

Érable à Giguère. Photo : © GrandQuebec.com

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>