Monde des plantes

Bonsaï

Bonsaï

Bonsaï

L’exposition permanente du bonsaï, inaugurée en novembre 1989, est l’un des attraits les plus intéressants du Jardin japonais, partie intégrante du Jardin botanique de Montréal.

Pendant de nombreuses années, des membres de la communauté japonaise du Québec et les membres de l’association du Bonsaï du Japon ont cultivé et protégé avec amour les bonsaïs qui ont été remis au Jardin botanique de Montréal. Ce « don en nature » renferme le cœur du peuple japonais voué à la nature et à la paix. Plusieurs de ces bonsaïs ont traversé l’océan et le continent et maintenant, le Québec chéri ces plantes comme un symbole de l’amitié unissant les peuples du Japon et du Canada.

L’art du bonsaï gagne le Japon aux environs des VIe et VIIe siècles avec les moines bouddhistes qui viennent de la Chine et qui amènent l’art du Penjing, aussi que le bouddhisme.

Ces faits sont confirmés par le célèbre rouleau du moine bouddhiste Honen Shonin de la période Kamakura (1192 à 1333), sur lequel on aperçoit la représentation de petits arbres alignés dans des coupes. Or il faut savoir que les œuvres de ce moine retracent surtout la vie à la période Heian (794 à 1191). On peut donc raisonnablement en conclure que cet art apparaît au Japon au plus tard en l’an 800, apporté de la Chine.

bonsai

Bonsaï du Jardin japonais. Photo : © GrandQuebec.com

Sous la dynastie Yuan (1279 à 1368), des voyageurs japonais vont ramener des arbres dans leur pays. Cependant l’art de bonsaï ne sera réellement intégré au Japon que lorsqu’un fonctionnaire chinois, Chu Shun-sui, fuyant la domination mandchoue en 1644, emportera sa collection avec lui. Cet homme initiera ainsi des Japonais à la culture des futurs arbres en pot appelés bonsaï.

bonsai penjing

Bonsaï du Jardin japonais de Montréal. Photo : © GrandQuebec

L’art du Penjing est un peu différent au Bonsaï. Le Bonsaï est plutôt un arbre solitaire ou une forêt en pot. Le Penjing évoque plutôt un paysage grâce à divers éléments associés aux arbres, comme des pièces d’eau, des pierres ou des figurines. L’école chinoise est plus patiente, mais les arbres y sont moins travaillés. La forme des branches dans le Penjing est modifiée essentiellement par la taille, ce qui demande plus de temps pour obtenir des résultats presque identiques.

bonsai arbustes

Bonsaï, pavillon japonais du Jardin japonais de Montréal. Photo : © GrandQuebec.com

bonsai

Bonsaï de Montréal. Photo : © GrandQuebec.com

bonsai foret

Bonsaï-forêt. Photo : © GrandQuebec.com

bonsai arbre

Bonsaî de Montréal. Jardin japonais de Montréal. Photo : © GrandQuebec.com

Voir aussi :

1 commentaire

  1. Jean-Pierre Monette

    2010/11/17 at 6:42

    bonjour,
    dans votre section  » Voir aussi  » pourriez vous ajouter notre site, merci à l’avance.
    Jean-Pierre

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>