Monde des plantes

Amélanchier

Amélanchier

L’amélanchier (Amelanchier sp.)

Petite poire

Voici un bel exemple de notre flore qui donne du fil à retordre aux taxinomistes. Ces spécialistes de l’identification et de la classification des espèces savent depuis longtemps qu’il existe de nombreuses espèces distinctes d’amélanchiers au pays. Mais il est parfois difficile de les départager l’une de l’autre.

Le sens du goût du peuple a réglé ce problème depuis longtemps : les fruits de chaque espèce d’Amélanchier sont succulents. Puisqu’ils ressemblent tous à de petites poires, c’est ainsi qu’on nomme les amélanchiers dans le langage populaire, sans distinction d’une espèce à l’autre.

Le nom amérindien de la plante à été emprunté par une des grandes villes canadiennes : Saskatoon.

Les amélanchiers se parent de leurs plus beaux atours lors de la floraison. Ils accueillent nombre d’oiseaux. Ils résistent admirablement bien à l’attaque des parasites.

Arbustes à fruits

On reconnaît l’arbre à ses fruits

De nombreux oiseaux raffolent des petits fruits que la nature leur donne à manger.

Pourra-t-on en dire autant de l’enfant, explorateur dans l’âme qui aimerait tout goûter ?

Viorne trilobée (Viburnum trilobum Marsh.) : Petits fruits rouges écarlates, presque translucides. La saveur est semblable et voisine de celle des canneberges, et plus amère.

Sorbier des oiseaux (Sorbus aucuparia L.) : Petits fruits orangés ou rouges, ronds, opaques, très amers.

L’Aubépine (Crataegus sp.) : Drupes rondes ressemblant à de très petites pommes orangées, jaunes ou rouges, opaques, à pulpe sèche. Le goût des différentes espèces est varié, mais les fruits possèdent tous des propriétés diurétiques.

Le Nerprun cathartique (Rhamnus catharticus L.) : Drupes rondes, noires brillantes, opaques et de mauvais goût. C’est un purgatif violent, même dangereux, s’il est consommé en trop grande quantité.

Arbres

Les feuillus et les conifères,
Beaux, grands et fiers,
Magnifiques, parmi les magnifiques,
Tels sont nos arbres, dits magiques.

Les feuillis dans leur beauté d’ensemble,
Pourquoi les confiner aux cendres ?
Dans leur somptueuse verdure d’été,
Avant qu’ils en prennent leurs couleurs enflammées.
Les beaux, grand et droits conifères,
Que nul froidure ni intempérie ne peut défaire.

Et dont seulement leurs graines osent aller défier la grande plaine hivernale,
Et dont la sève a également des propriétés médicinales.

Les arbres nous renouvellent la vie,
Alors à quoi bon les envoyer aux scieries ?

Ne les considérons pas comme de la vulgaire marchandise,
Mais plutôt comme des amis,
Montrons-leur qu’ils nous sont importants.

Sébastien Dénommée, 15 ans, groupe 1, École Mont-de-La-Salle, 2003).

Amélanchier

Amélanchier

L’amélanchier. Photo : Wikipedia

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>