Vous ne le saviez pas !

Cadran solaire au Québec

Cadran solaire au Québec

Cadran solaire au Québec

Le cadran solaire est un des plus anciens instruments inventés par l’homme. Il indique le passage du temps à l’aide du soleil et d’un indicateur, appelé gnomon ou style, capable de projeter une ombre ou un point de lumière sur une surface graduée (cette définition est inspirée du site web de la Commission des Cadrans solaires du Québec).

Le cadran solaire montre le temps «réel», soit le temps solaire qui diffère dans la majorité des cas du temps indiqué par votre montre. Cette dernière représente le temps de toute une région, et non celui d’un endroit précis. Ainsi, le temps indiqué par la montre est un temps artificiel ou «temps moyen» d’une vaste zone.

Le rôle des premiers cadrans solaires était très important, même si ces instruments primitifs étaient d’une grande simplicité: un joli petit bâton fixé verticalement dans le sol constitue déjà une sorte de cadran. Si un prêtre de l’Égypte ancienne ordonne à un ouvrier paresseux de travailler jusqu’au moment où l’ombre du bâton atteint une certaine limite, la fonction première du cadran est déjà accomplie.

Au fil des ans, la science a permit de développer les cadrans. En Amérique du Nord, les premiers cadrans, fabriqués en Europe, apparaissent au début du XVIIe siècle. Il semble que la première mention d’un cadran solaire au Québec date de 1608, année de la fondation de Québec. Sur la célèbre image de l’Abitation de Champlain, la première bâtisse de Québec, on distingue ce qui est sans doute un cadran solaire, installé sur le fanion de l’édifice.

Quant aux premiers cadrans fabriqués sur le territoire du Québec, ce sont ceux de l’église du Sault-au-Récollet de Montréal (1751) et de l’église de Saint-Famille de l’Île-d’Orléans. Le cadran du Petit séminaire de Québec, fabriqué en 1773, existe toujours.

cadran solaire

Photo du cadran du Séminaire de Québec : site web de la revue Scientia canadensis

Naturellement, de nos jours on n’utilise rarement le cadran solaire à des fins pratiques.

Sur le territoire du Québec, on trouve pas moins de 250 cadrans solaires disséminés un peu partout, dont certains sont de véritables chefs-d’oeuvre. Le Musée Stewart, situé dans le Parc Jean-Drapeau, sur l’île Sainte-Hélène, à Montréal, conserve une belle collection de cadrans exceptionnels, dont certains exemplaires datent du XVIIe siècle.

En 1994, à Drummondville, la Commission des Cadrans solaires du Québec a été fondée afin de cataloguer, décrire et mettre en valeur les cadrans solaires de la province. Cet organisme regroupe les cadraniers (on appelle ainsi les fabricants), les gnomonistes (les théoriciens) et les amateurs de cadrans en général.

cadran M. Marchand

Photo du cadran solaire en bois, à deux tables d’angle droit, peint en noir et blanc, installé à Trois-Rivières, au 858, rue Laviolette, en 1883 : reproduite d’après le site de la Commission des Cadrans solaires du Québec, cadrans_solaires.scg.ulaval.ca

Nous recommandons aux curieux de se rendre sur le site web de la Commission pour apprendre la fascinante histoire de cet outil lumineux.

Voir aussi :

4 Comments

  1. emmanuel beaulac

    2011/02/02 at 8:27

    je trouve vraiment bien que nous cherchions a préservé nos trésor architecturaux par commencer par les plus anciens et les nouveaux qui nous démontre qui nous sommes commes société.Bravo continuer!

  2. Marcel Dupont

    2012/06/17 at 8:41

    J’ai oublié une bonne partie de mon latin avec le temps.
    Pouvez-vous me donner la traduction du texte latin qui se trouve au-dessus du cadran solaire dans la cour du Séminaire de Québec
    Merci

  3. Clarence

    2012/10/28 at 10:25

    « Nos jours fuient comme l?’ombre. »

  4. Bibiane Bovet

    2013/12/18 at 6:10

    Mon grand-pere Roland Faucher, vivait a la paroisse Ste-Famille de l’Île-d’Orléans. Il etait Gnomoniste, cadranier et horloger de metier, avant de se lancer en affaires.

    Bibiane Bovet

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>