Vous ne le saviez pas !

Action de grâces

Action de grâces

Action de grâces

La fête de l’Action de grâces provient d’une ancienne tradition de célébrer les récoltes agricoles. On trouve déjà mention, dans l’Ancien Testament, de fêtes hébraïques des récoltes (Soukkhot) pour remercier Yawhé, le Créateur du monde et lui « rendre grâce ». On trouve cette fête également dans la tradition hellène, où elle est consacrée à Cérès, la déesse de l’agriculture (celle qui donna le blé à l’humanité).

Nul doute, au Canada, l’Action de grâces, la fête officielle et le jour de congé, est une fête qui a changé de date un grand nombre de fois.

Cette fête a été apportée au Québec (plutôt au Bas-Canada) par les Québécois d’origine britannique, émigrés des États-Unis vers la fin du XVIIIe siècle.

Le premier jour de l’Action de grâces fut célébré le 10 janvier 1799, « pour souligner la victoire sur nos ennemis et pour les nombreuses et inestimables grâces que nos royaumes et provinces ont reçues et continuent de recevoir chaque jour » (les ennemis, c’étaient les révolutionnaires français avec leurs idées de soulever le Québec contre l’empire britannique).

La deuxième fois, on a célébré l’Action de grâces le jeudi 12 août 1802 tout simplement « pour les grâces divines ». Après, une longue pause de 12 ans s’ensuit, pourtant, en 1814, l’Action de grâces est célébrée deux fois : le jeudi 21 avril 1814 « pour les glorieuses victoires sur nos ennemis » – en raison de la guerre contre les États-Unis, et le mardi 13 septembre 1814 « pour souligner la fin du conflit sanglant en Europe et pour assurer aux domaines du roi les bienfaits de la paix ». Six mois s’écoulent, et on fête de nouveau : le jeudi 6 avril 1815, on célèbre « la fin de la guerre avec les États-Unis et pour ramener les bienfaits de la paix ».

Dans la première moitié du XIXe siècle, on continue à fêter l’Action de grâces non pas à une date fixe mais pour marquer des événements heureux :

  • en mai 1816 : la fin de la guerre entre la Grande-Bretagne et la France,
  • en février 1833 : la fin de l’épidémie de choléra,
  • le 1er novembre 1834 : la fin de la quarantaine imposée aux navires à Grosse-Île sur les îles de la Madeleine,
  • en février 1838 : le Bas-Canada célèbre la fin de la Rébellion des Patriotes,
  • en juin 1856 : le rétablissement de la paix avec la Russie après la guerre de Crimée.

Toutefois, le retour aux racines de la fête est à chaque fois plus visible et on commence à fêter l’Action de grâces comme un jour de remerciement à Dieu pour une récolte abondante et pour la paix dans le pays, avec quelque exceptions : par exemple, le 15 avril 1872, le jour de l’Action de grâces fut célébré pour remercier la guérison du prince de Galles, le futur roi Édouard VII, d’une grave maladie et en juin 1887, c’est le 50e anniversaire de l’accession au trône de la reine Victoria (mais la même année, en novembre, on fête aussi une récolte abondante). Au XXe siècle, la formule change pour devenir plus généralisée : « pour rendre grâces au Dieu tout-puissant des bienfaits dont jouit le peuple du Canada ».

Dès 1879, on commence à célébrer l’Action de grâces chaque année, d’abord un jeudi de novembre, puis, dès 1899, un jeudi d’octobre, puis entre 1901 et 1904, c’est à nouveau un jeudi de novembre, par la suite, on fête toujours en octobre. Chaque fois, la fête est annoncée avec avec quelque mois d’anticipation et personne ne sait en avance quel lundi ou quel jeudi sera choisi pour fêter.

En 1921, la Loi du jour de l’Armistice prescrit que le jour de l’Action de grâces sera désormais célébré le lundi de la semaine du 11 novembre, mais en 1931, le Parlement canadien modifie cette Loi et le 11 novembre est proclamé le Jour du Souvenir (telle est l’appellation officielle en français de la journée marquant l’armistice).

Finalement l’Action de grâces est fêtée le deuxième lundi d’octobre, mais c’est en 1957 que la célébration du jour de l’Action de grâces est fixée de façon permanente au deuxième lundi d’octobre.

Signalons que même si, au Canada, l’Action de grâces fut empruntée aux Américains (tout comme le menu, composé avant tout de la dinde), il ne faut pas confondre l’Action de grâces canadienne et l’Action de grâces ou Thanksgiving américain qui est célébré aux États-Unis un mois plus tard qu’au Canada pour des raisons géographiques (la récolte a lieu un mois plus tard aux États-Unis).

Rappelons, que le 11 novembre 1620, le bateau, le Mayflower conduit des pèlerins puritains en Virginie, une colonie britannique en Amérique et après la première récolte de l’automne suivant, les colons qui ont survécu la première année (une moitié d’entre eux sont morts les 12 premiers 12) ont commémoré leur survie par une célébration de louanges et de reconnaissance à Dieu. Alors, un premier festin est tenu pour rendre grâce au Seigneur pour cette terre fertile qui assure la survie du groupe. C’est le résumé du « Thanksgiving », célébré chaque année aux États-Unis le dernier jeudi de novembre, une fête très populaire.

Remarquons qu’au Québec (et au Canada) la fête de l’Action de grâces n’a pas la même ampleur que chez les voisins du sud, ni le même contenu.

Croix en fleurs

Croix en fleurs

Une croix en fleurs. Photo : Megan Jorgensen

Voir aussi :

3 Comments

  1. Gilles Moffette

    2010/10/08 at 10:14

    J’aime bien cette fête du mois d’octobre.

  2. hhhhggg

    2011/11/04 at 4:00

    Je suis un poisson!!!!!!!!!!!!!!!! XP

  3. Céline A Massicotte

    2013/10/12 at 10:05

    J’ai 67 ans et dans notre grande famille, élargie, on a jamais fêté ça. Pour nous tant à Montréal, Lachine ou dans la région de Québec, ça n’existait même pas… À l’école, catholique évidemment, on en entendait pas parlé non plus. Niet!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>