Médias au Québec

Un poste nouveau

Un poste nouveau

Un poste nouveau

C’est à Saint-Hyacinthe que sera érigée la nouvelle station CKAC. La tonalité du nouvel émetteur sera 18 fois plus forte que celle du poste actuel. Double poste, rue Sainte-Catherine

Intéressée à tous les progrès, scientifiques et autres, La Presse a toujours été, depuis sa fondation, une pionnière et une vulgarisatrice hors pair. C’est ainsi que depuis déjà longtemps, La Presse a pris un grand intérêt à la télégraphie sans fil et à la radiophonie.

La Presse a été le seul journal de la province de Québec à installer et à contrôler un poste de ta T.S.F. Ce poste, installé à Joliette, était tenu continuellement en communication avec une station, à Montréal. Ce poste fut inauguré le 23 août 1904. Ce n’est donc pas d’hier.

Puis, la vogue du radio grandissant toujours, La Presse, peu lente à comprendre et à prévoir le rôle important que jouerait dans notre vie moderne cette source inépuisable de distractions et d’utilités, fonda son poste CKAC.

Les débuts du poste CKAC

Le 2 mai 1922, la Presse signait un contrat avec la compagnie Marconi du Canada pour l’installation du premier poste radiophonique au Canada.

Le poste de la Presse fut promptement installé et quelques mois après la signature du contrat, il fonctionnait. Cependant, les débuts furent difficiles. Le public paraissait sceptique et il était difficile de trouver des artistes pour les concerts. De plus, l’installation mécanique laissait parfois à désirer et créait souvent des embarras aux techniciens.

Sans se décourager jamais, la Presse, n’épargnant rien au surplus, perfectionna son poste dans l`espoir que le succès couronnerait tant d`efforts. Or, le poste CKAC est maintenant l’un des plus puissants du Canada en même temps que l’un des plus patronnés par les annonceurs et le radiophiles.

Améliorations

De changements considérables ont été apportés à la radiophonie depuis quelques années. Il y a à peine quelques années, ce qui portait le nom d’émetteur n’était ni plus ni moins qu’un criard ne produisant qu’une série de grondements. Écouter et transmettre, c’était un supplice. Mais quelle différence aujourd’hui! Grâce aux perfectionnements apportés aux instruments, émetteurs et récepteurs, on a un rendement parfait, si la température est au beau, satisfaisant si le temps est défavorable. On entend un poste de radio, même éloigné à des centaines de milles, tout comme si l’on écoutait un gramophone chez soi.

L’expérimentation est à peu près terminée en radiophonie et le radio est maintenant considéré comme un objet de nécessité dans presque tous les foyers. Ce n’est plus un objet de luxe, mais un objet utile à tous, jeunes comme vieux,  vieux comme jeunes.

La nouvelle installation du poste CKAC

Après mûre délibération et désireuse toujours d’aller de l’avant, la direction de La Presse a décidé d’améliorer encore la qualité de ses concerts et de sa transmission. Voilà pourquoi elle a décidé de transformer son poste actuel, d’aménager un nouveau poste tout à fait moderne.

Le transmetteur du nouveau poste sera installé hors de Montréal, à 35 milles à vol d’oiseau, soit à Saint-Hyacinthe. Le terrain acquis par La Presse, mesure environ dix-huit arpents. Il est sis entre l’équerre, qui forme, à une demi-mille de la ville, la route nationale et la rivière Yamaska. L’usine du poste sera donc érigée sur une pointe de terre s’avançant dans la rivière Yamaska.

Installation couteuse

La Presse, ne voulant découler devant aucune dépense, fera de son nouveau poste une station radiophonique incomparable. Outre l’usine, il y aura une habitation pour le personnel, contiguë au poste.

La direction du journal a accepté les plans soumis par les architectes René Richer et Bournet, de Saint-Hyacinthe. L’immeuble doit mesurer 58 pieds de profondeur par 48 pieds de largeur. Il y aura des tubes amplificateurs refroidis par eau, ainsi que d’autres engins. La construction et les appareils de transmission coûteront environ $150, 000. Le coût de l’opération du poste s’élèvera à environ $60,000 par année.

(12 janvier 1929, texte paru dans La Presse)

studio ckac

Le studio de la station de radio CKAC en 1922. Douglas Fairbanks et Mary Pickford, deux grands acteurs du cinéma américain d’Hollywood. Cette photographie immortalise leur passage à la radio de CKAC. Remarquez que le microphone se situe sous l’abat-jour de la lampe. Photo : Auteur inconnu / Bibliothèque et Archives Canada / PA-139111. La photographie fait partie du domaine public

Voir aussi :

2 Comments

  1. alain

    2016/07/15 at 2:18

    Le texte provient-il du journal La Presse? L’origine n’est pas cité et j’aimerais le citer.

    Merci!

  2. admin

    2016/07/15 at 7:55

    Oups! Merci de porter notre attention à ce détail. Même si la source découle du texte, mais nous avons oublié d’indiquer la source – La Presse, bien sûr. D’habitude, nous citons les sources des textes tirés de journaux et revues d’antan, mais parfois ça nous échappe. Je viens de mettre à jour le texte.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>