Médias au Québec

La guerre du doublage

La guerre du doublage

La guerre du doublage reprend de plus belle avec les Français

« Assez, c’est assez! », Serge Turgeon met le poing sur la table, ne cherche plus à s’entendre avec les Français sur la question du doublage et demande à Ottawa des mesures de rétorsion.

La guerre du doublage, qu’on croyait en voie de résorption, reprend donc de plus belle.

Dans un studio du doublage de la firme Sonolab, où même sa voix de stentor était absorbée par les murs, le président de l’Union des artistes (UdA) a dénoncé hier les « relents d’impérialisme » des Français, leur attitude « honteuse, mesquine et hypocrite »

Ce qui vient de faire déborder la vase de l’indignation : une chaîne française, Canal Plus, a récemment refusé de diffuser le long métrage canadien Obsessed, doublé au Québec.

Le doublage québécois était-il si mauvais? À en juger par les extraits qui ont été présentés hier aux journalistes, il s’agissait d’un travail de première qualité, sans accent retraçable, bref ce qu’on peut appeler du français international.

Par la même occasion, et en guise de comparaison, on nous a fait voir et entendre des extraits de doublage français où le francophone moyen y perdait… son latin.

La question de l’accent n’a donc rien à voir là-dedans. Les Français, ont expliqué Serge Turgeon et Micheline Charest, présidente de l’Association des doubleurs, ont tout simplement décidé de se garder le monopole du doublage francophone, au mépris des ententes faites l’automne dernier.

En conséquence, il ne reste plus à leurs yeux qu’à demander au gouvernement fédéral, de qui relève ce dossier, d’imposer un quota, comme, par exemple, d’exiger que 60% des séries et films étrangers diffusés au Canada soient doublés ici même.

L’industrie du doublage, c’est plus que … du popcorn. En France, environ 1500 artistes en tirent des revenus de plus de 50 millions de dollars. Ce qui choque particulièrement l’UdA, c’est que sur cette somme, le cinquième, soit 10 millions, est fait de doublages destinés exclusivement au marché québécois. Ces productions doublées ne sont même pas diffusées en France.

doublage sonore

Équipement de doublage sonore. Photo : Site Web Studio

Voir aussi :

6 Comments

  1. Personne

    2012/12/18 at 9:12

    Bonjour,

    Le doublage Québécois, c’est de la merde, outre l’accent qu’il y aura toujours, quoi que vous fassiez, les « acteurs » qui doublent récitent leurs textes et ne mettent aucune émotion !!!
    N’allez pas dire que le francophone moyen ne nous comprend pas, les Belges et les Suisses n’ont pas besoin de doubler en Français de Belgique ou de Suisse !!!
    Et vous êtes tout simplement jaloux parce c’est nous qui parlons le vrai Français !!!
    Une Français en colère et qui remet les pendules à l’heure !!!

  2. Sylvain

    2013/01/03 at 12:00

    tu pourrais signer quand tu vomis ce genre de commentaire haineux et inutile
    je suis français comme toi et comme toi je préfère regarder un film doublé en français (quand ce n’est pas en VO)
    mais comment peux tu être assez idiot(e) pour ne pas t’imaginer dans la situation inverse : un québecois regardant un film doublé en français du vieux continent.
    tu ne crois pas que ça l’emmerde de se taper un doublage dont les intonations et le rythme n’a rien a voir avec son langage quotidien ??!

  3. GUstavo

    2013/02/25 at 2:07

    Hola
    soy soy latino y la verdad estoy mas acostumbrado a la version Quèbècois. la francesa no esta mal, pero me siento mas cómodo en la versión de Quèbec

  4. Nop

    2013/12/05 at 8:15

    Ce qui serait bien, ça serait que les québecois fasse quelques modif au niveau de leurs doublages.

    La première serait de recruter des acteurs : en effet, ces derniers sont capables de jouer la comédie, permettant ainsi de reproduire le plus fidèlement possible les phrases dites par les acteurs jouant dans le film.

    La seconde modif serait de recruter des traducteurs. Un traducteur connait deux langues. Il est nécessaire de prendre un traducteur parlant la langue d’origine du film, ainsi que le français. Il pourra ainsi réécrire les dialogues de la langue original en français. Contrairement à un google translate (ou autre logiciel), il sera capable d’écrire des phrases correctement construites plutôt que de tout traduire mot-à-mot.

    Une troisième amélioration sera de recruter des adapteurs: ces personnes vont adapter (d’où leur nom, subtile !) les dialogues aux mouvement des lèvre des acteurs orignaux. Ces personnes sont d’un grand talent : elles savent qu’un acteur ayant la bouche fermée ne dit rien, donc qu’il faut que le doublage soit muet à ce moment.

    Il serait aussi nécessaire de brifer les ingénieur du son. Le son de vos doublages sont très bons. Par contre, il faudrait que la qualité du son soit la même que celle du film. Un son trop propre par rapport à la bande sonore du film ne permet pas de s’impregner du film. De plus, des personnes situés à des distances différentes ne peuvent pas être entendues à un niveau sonore équivalent.

    Je pense qu’avec ces quelques conseils, le doublage québecois pourra passer de « franchement merdique » à « dégueulasse ». Puis, avec de l’expérience, vous arriverez à atteindre le niveau des doubleurs français qui est à « ça craint, mais c’est supportable ».

    • Marie

      2014/12/03 at 8:27

      C’est parce que si tu te renseignerait un peu plus tu verrait que c’est ça qu’ils font comme, par exemple, la voix d’Homer, c’est un comédien qui la fait et celle de Krusty aussi. Beaucoup d’acteurs gagne leur vie de cette façon (en plus de jouer dans des séries, film, théâtre).

  5. critique d'un specialiste en doublage

    2014/01/26 at 4:06

    Premièrement, il faut mettre une chose au clair, que le doublage soit fait en france ou au Québec, la qualité des doublages sont assez similaires, donc arrêter d’insulter une ou l’autre de ces nations doubleuses de films, car chacune a son mérite. Vous aller parler à un Québecois, la majorité va préférer la version doublée au Québec, et pour le Francais la version doublée en France, pourquoi? Parce que chacun l’adapte à sa façon pour son peuple (exemple dans le film francais on va dire :« Putain t’as vu cette gonsesse et sa Bagnole..elle est Canon, une Nana d’enfer») Ce language n’est pas utilisé au Québec, au Québec c’est plutot:« oh, t’as vu cette fille et sa voiture…Elle est superbe, un look d’enfer» le doublage Québcois reste dans un langage classique (il ne s’embarque pas dans le «Criss de tabarnacle» comme les francais peuvent dire dans leur doublage « Putain de bordel de merde». Chacun l’adapte à sa manière, et ce selon le parlé du peuple. Donc le spectateur se reconnait plus dans le parlé du personnage. Dans le meilleur des mondes, laissons le Québec écouter ses doublages québécois et les francais avec leur doublage francais.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>