George

Erell

Erell

ERELL 

-Alors, Docteur, pour vous, je suis folle ?

-Ai-je dit que vous l’étiez ?

Erell répond d’un rire étouffé, sans trace d’aménité : -Pas à haute voix, mais en pensée, ça se sent : un psychiatre renommé, ce que vous êtes, possédant le pouvoir de fouiller dans les petites têtes des gens dérangés… Est-ce que ma mère vous a déjà tout raconté sur mes craintes d’enfant ?…

C’est classique : méfiance innée, air penaud, regards bizarres dans lesquels se mêlent à part égale l’aversion envers le médecin et le détachement, l’indifférence totale à l’intention du monde réel et la conviction que les recherches qu’elle mène dans le sous-sol du vieux bâtiment, sont vitales pour la survie de l’humanité.

Son personnage est un symbole : celui d’un monde fruste, grossier et morne. Elle repousse le monde qui s’étend au-delà des murs de ce bâtiment imposant, où elle a vécu toute sa vie sous la pression d’une mère qui ne veut que le bien pour sa fille, mais dont le concept du bien est assez particulier.

Ceux qui ne sont pas intelligents compensent la situation en faisant des tas de choses osées. Ceux qui ont un cerveau cherchent l’issue dans la science.

Même un étudiant de première année de psychologie n’hésiterait pas à identifier la maladie avec ces symptômes.

– Mais non, Erell. Dans cette enquête, vous et moi, nous avons le même but : découvrir la réalité, rien de plus…

Elle se tient devant moi, mince et svelte, les cheveaux noirs, s’efforçant de ne pas laisser paraître son désespoir, cachant ses  larmes et m’adresse la parole d’une voix éteinte. Je viens de violer l’intimité de ce sombre sous-sol, reconverti en laboratoire chimique, sa cachette personnelle, le dernier refuge dans lequel elle se sentait en sécurité.

Maintenant, elle essaie de dissimuler son angoisse, mais ses mains tremblent et de petites larmes naissent dans ses yeux  cachés par de fortes lentilles.

****

Au moment où sa mère m’a appelé et demandé de venir en aide à sa fille perdue, je refusai carrément : un expert de mon niveau ne voyage pas à la campagne pour soigner des jeunes filles, même s’il s’agit de chimistes prometteuses qui depuis plusieurs mois sont plongées dans des recherches scientifiques au fin fond des vieux sous-sols de leurs domaines familiers, négligeant tout leur entourage de la civilisation moderne, ne mangeant qu’à l’instigation de leurs pauvres mères et ne prenant de douche qu’aux rares moments où «on peut se reposer un peu, car le résultat de l’interaction de la solution saline avec les leucocytes amyotrophiques ne se sentira que dans vingt minutes».

Puis, son frère appela, lui aussi, en me suppliant de sauver sa petite sœur. Il le fit d’une voix tellement implorante que mon cœur tressaillit et finalement céda (j’ai toujours eu un faible pour les gens insistants).

C’est pourquoi je me suis présenté dans cette sombre maison qui rappelle sans faute les derniers jours de mai 1793, quand des bataillons parisiens amenés en Bretagne par Santerre fouillaient sans pitié ces redoutables bois.

Mais le temps des luttes épiques est oublié depuis belle lurette. Les troubles personnels et les folies des héritières de Gauvain, Cimourdain et Lantenac ont pris place. Le symbole de notre temps est une fillette capricieuse qui dépense son temps en essayant de découvrir quelque potage magique ou élixir de jouissance éternelle et c’est à moi de la sauver de ce gouffre avant que la situation ne devienne incontrôlable.

D’abord, je parlai à sa mère, comme il était d’usage. Et comme c’était l’usage, je n’en appris rien : une fille curieuse, sociable, précise, stable, apte à travailler sous pression, membre de l’orchestre du village (jouant de l’harmonica), archiviste assidue de la section sonore du musée ethnographique de Bretagne…

Tout à coup, Erell suit le cours de biochimie à l’Université de Rennes, s’y plonge avec frénésie sans se soucier de son fiancé qui refuse de croire que la fille le quittera pour la science.

Sans même obtenir son diplôme, elle s’adonne à des expériences incompréhensibles et remplit la vieille maison familiale avec flacons, bidons, pipettes, tubes à essaie, éprouvettes, pots à prélèvement, mini – centrifugeuse et toute sorte de vaisselle,  récoltée dans les ventes de faillites de laboratoires chimiques.

En bref, l’histoire ne change jamais : la demoiselle a perdu tout son charme et ne réagit pas aux suppliques de ses parents qui  l’exhortent à s’arrêter et à jouir du beau monde qui nous entoure. Tous les remèdes traditionnels épuisés, la mère appelle la médecine.

Les savants locaux se cassent la tête sans parvenir à des résultats, quelqu’un se souvient d’une nièce traitée par un grand psychiatre (moi, en l’occurrence), on évalue les dépenses et on rejette d’abord cette idée comme trop farfelue.

Mais un beau matin la jeune chercheuse manque d’incendier la maison et la maman revient à la charge. On me contacte, je ne veux pas y aller, on insiste, on supplie, on parvient à me convaincre.

Je viens ici, parle d’abord avec la maman et ensuite on me présente Erell.

****

Elle m’invite doucement à entrer dans son royaume et tandis que j’essaye de déchiffrer des notes gribouillées sur des morceaux de sparadrap fixés sur les murs, elle m’octroie un regard bizarre :

– Vous me prenez par une folle, n’est-ce pas, Docteur?
– Non, bien sûr que non.
– Alors, à quoi dois-je l’honneur de votre présence?

À moi de bredouiller :

– Votre charmante maman m’a demandé de venir.

– Pour me sauver de la folie ? Fait Erell d’un ton qu’elle veut badin, mais qui révèle une sorte d’exaspération infusée.

J’acquiesce d’un signe de tête :

– Oui, Mademoiselle… c’est la seule raison. Mais croyez-moi, je…

D’un geste résigné, elle me contraint au silence :

– Serez-vous capable, Docteur, de comprendre, si je vous explique l’essence de mes expériences?

Bon gré mal gré, je suis bien forcé d’admirer certains de ces traits. D’abord, c’est une fille coriace, qui, lorsqu’elle poursuit un but quelconque, est absolument inlassable : voilà une chose que j’apprécie. De plus, elle est intelligente, ça ne fait aucun doute. D’allure vive et agile, petite et mince, des lèvres fines et pincées, des yeux sombres et persuasifs, un regard qu’on pourrait qualifier de sensuel.

S’il n’y avait pas de traces de cette menace sinistre et caractéristique des savants fous, elle ressemblerait plutôt à une écolière innocente et naïve qu’à une scientifique acharnée.

Certes, j’ai de la sympathie pour elle, cela va sans dire.

Tout en elle – de sa façon de parler jusqu’à ses vêtements modestes provoquent chez moi un bizarre effet de tendresse, de douceur et d’affection, l’envie de sauver le monde pour elle et de la sauver  pour ce monde. En vérité, je me rends compte, avec un certain malaise, que je suis plus ou moins attiré par Erell. Moi, un vieux et célèbre expert en déviations du cerveau et elle, une jeune fille instable, presque folle. L’attraction des contraires?

Bon, ma chère, si vous m’offrez vos services comme conservatrice de votre musée qui n’a rien à envier à la maison de Corsaire, je suis prêt à vous suivre.

Le visage placide de la fille s’empreint de contrariété :

– Je ne suis pas « votre chère », ni une conservatrice de musée. Ici, vous ne trouverez guère de pièces inutiles. Tout ce que vous verrez, fait partie de mes recherches. À vous de comprendre si je suis folle ou non.

Aussi incroyable que ça peut paraître, ce discours me réjouit le cœur. Elle n’est pas si folle, mais on verra.

***

Vraiment, ici, on manque d’espace. Des réfrigérateurs et des étuves à incubation s’alignent le long du mur. Les rayonnages sont pleins à craquer de toutes sortes de tubes et de pots.

Le sourd vrombissement de quelque moteur caché, une musique d’ambiance moelleuse rythmant les lentes et gracieuses oscillations d’engins rotatifs, un analyseur cliquetant joyeusement en testant des prélèvements, le bouillonnement d’un liquide obscur et visqueux dans les carafes en verre…

Les explications suivent :

– Il y a deux ans, Erell, une conservatrice insignifiante de sons enregistrés, a comprit le principe fondamental du développement de la matière vivante. Rien de moins.

La vie, selon Erell, ne consiste pas seulement en protéines et en acides aminés.  Il ne suffit pas de tripoter des chromosomes, recombiner des gènes ou d’y incorporer des virus et des bactéries. Tout ça, ce sont des effets secondaires.

Le cœur du problème, c’est le son. On dirait mieux, une combinaison des sons.
Si l’on arrive à identifier les sons nécessaires à la création de la vie, les cellules emploient des procaryotes comme codeurs et d’autres cellules comme lecteurs, c’est pareil à une bande d’enregistrement.

Grâce à des sons spécifiques, les bactéries dépassent vite l’étape unicellulaire pour devenir pluricellulaires.

Au moment où l’onde du son coïncide avec l’oscillation naturelle de la cellule, la croissance normale de cette dernière accélère vertigineusement et la transcription de la nouvelle structure sert de modèle pour la production d’autres cellules augmentées dont le codage est déchiffré par d’autres cellules.

Les cellules acquièrent une nouvelle mémoire propre et la capacité de traiter les informations fournies par l’environnement sonore. Voilà pourquoi c’est la musique qui fait augmenter brusquement les dimensions des organismes.

Il faut prélever les séquences biologiques les plus réussies au son d’une joyeuse musique celtique pour les injecter dans les globules blancs modifiés avec une tonalité tirée des sanglots longs des violons de l’automne.

On remplace de nombreux filaments de globules rouges à l’hymne national du Québec pour commencer leur duplication à grande échelle. On code des protéines au son mélancolique d’un harmonica et on obtient une croissance surprenante de cellules.

En faisant réagir des protéines et des hormones les unes avec les autres, ainsi qu’avec leur environnement, une musique complexe et spécialement conçu pour elles, on atteint des résultats qui dépassent largement les espérances.

Bien sûr, Erell n’est pas la première à découvrir l’effet des sons sur les organismes vivants, mais elle a su comprendre la correspondance entre chaque note musicale et le processus de croissance de la matière.

***

Erell gesticule, un flacon en main. Assis à l’autre bout de la pièce, je perds irrémédiablement le fil de la conférence.

Il apparaît en fin de compte, qu’elle est plus folle que je le croyais. Mais il faut faire semblant d’écouter avec attention, elle est malade et moi, je suis le docteur.
Bon, ça va m’apprendre à m’éprendre de mes patientes.

Qu’est-ce qu’elle dit ? Ah oui, une nouvelle étape dans les expériences : en introduisant un mutagène puissant sous la cadence rythmique d’une leçon de breton dans les globules blancs tirés de son propre sang dont des structures correspondent nettement à des mots déjà identifiés, la reproduction devrait suivre une progression géométrique minute par minute.

Ça, je le comprends : chaque minute, chaque petite cellule augmentera deux fois ; elle sera quatre fois plus grande en deux minutes et huit fois plus grande encore dans trois minutes.

Dans un quart d’heure les dimensions de la cellule augmenteront de mille fois et dans une heure, cette cellule sera plus grande que notre planète, absorbant toutes ses ressources.

Je suis intrigué :

– Mais qui et comment va-t-on jouer d’harmonica à ce monstre cellulaire afin qu’il continue sa croissance infinie?

C’est le début qui importe. Après, le processus est discontinu.

Erell prépare soigneusement une pipette tout en commentant qu’en ce moment elle ajoute des chaînes codées pour structurer des protéines au matériel génétique reproductif.

Elle est rayonnante, elle est sûre de réussir. Tout en parlant, elle prend du liquide dans un flacon, en insère quelques gouttes dans des tubes à essai, ferme soigneusement les bouchons. Puis elle remet les tubes sur leurs socles. Ses petites mains sont douées d’une sensibilité exquise, ses gestes sont exacts, rien de trop.

Je lui demande, si elle ne manque pas un peu de prudence en risquant faire exploser le monde avec cette expérience.

Erell hoche la tête :

– Vous commencez à m’agacer avec votre entêtement, Docteur. Je comprends que vous avez du mal à croire que je ne suis pas folle, mais rassurez-vous, je ne le suis pas – la croissance sera arrêtée par les parois des flacons.

Quelques instants auparavant, je l’avais trouvée normale. Plus de doutes maintenant : Ses cheveux lui descendent sur le front, ses yeux noirs sont possédés d’une implacable frénésie.

Oui, elle respire l’intelligence et s’exprime clairement dans un style vif et direct. Or, le contenu de ses propos n’est qu’un aberrant tissu des pires cauchemars.

***

Il faut agir en choc. C’est la meilleure façon de ramener à la raison cette fillette charmante, mais perdue dans les ténèbres.

– Puis-je jeter un coup d’œil?

En prononçant ces mots, je fais un pas en avant et d’un geste inoffensif renverse le tube le plus proche.

– Désolé!!

D’un geste irrité, paumes en l’air, elle saisit le tube, fixe d’un regard désemparé le liquide éparpillé sur le plancher. Puis, elle déglutit péniblement. Son visage s’empourpre :

– À ce que je vois, Docteur, vous avez décidé de prouver que j’ai tort. Maintenant que l’expansion des cellules n’est plus limitée par le verre, elles sont supposées  être actives sans arrêt. Alors, dans une minute, la quantité de liquide doublera, dans cinq minutes le liquide recouvrira tout le plancher et passés cinq autres minutes, il remplira le sous-sol entier, tout en continuant son expansion en proportion géométrique. Mais comme rien de cela ne se produira, vous démontrerez que je suis parano! Élémentaire!

– Eh, bien, Erell, je vous assure que mes intentions …

– Arrêtez, Docteur. Même si l’on essayait de nettoyer, il est impossible de ramasser toutes les gouttes jusqu’à la dernière. Le processus d’expansion est irréversible. Alors, à quoi ça sert, la conversation?

Erell réfléchit quelques instants, secoue la tête tout en constatant : – Rien à faire, désolée !, et se dirige vers la porte.

Nous quittons l’endroit, elle, résignée et apparemment calme, moi en cherchant une façon de lui faire avaler des couleuvres sans trop la heurter. Une fois dehors, Erell paraît se raidir et se tourne vers moi, ses yeux flamboyant d’émotion :

– C’est fini, Docteur. C’est fini.

– Quoi ? Qu’est-ce qui est fini ?

– Tout, Docteur. Tout. Vous, moi, la vie, le monde. Il ne nous reste qu’un demi-heure de vie. Le monde, bon, lui, nous survivra une autre demi-heure, pas plus.

***

Je suis fier de ma méthode : dans une quinzaine de minutes elle sera choquée par le fait que le monde continue à vivre allégrement sans se soucier d’un petit tube de liquide renversé. Mais ce choc sera englouti par la sensation de soulagement qu’Erell éprouvera à l’instant où elle comprendre que la civilisation est sauvée.

Ainsi guérira-t-elle de toutes ses manies qui, je l’espère bien, ne reviendront jamais la tracasser.

***

Erell hoche la tête d’un air distrait. Nous restons un bon moment à nous regarder dans un silence gêné et elle étend les bras en un geste volontairement mélodramatique et se met à rire.

Elle rit jusqu’à en avoir mal, sans pouvoir s’arrêter :

– Vous savez, Docteur. Dès mon adolescence, il y a toujours eu des hommes pour me faire des avances, me dire que je suis fascinante. C’était plutôt flatteur : Mieux valait être jugée belle et attirante que laide et ennuyeuse. Mais personne ne  s’est jamais montré digne de m’intéresser.

Mais vous, Docteur, vous venez de me séduire : il est rare qu’un homme prenne l’initiative de détruire la planète avec tellement d’enthousiasme.

Hum… il faut attendre, elle verra bientôt qu’il ne se passe rien.

Il vaut mieux garder le silence en attendant qu’elle comprenne la réalité.

***

Tout à coup, la terre tressaille. Une force irrésistible me lance de plein fouet dans les airs. Par miracle, j’atterris sans perdre connaissance et, stupéfié, je regards alentour.

Erell, inconsciente, est étendue tout près de moi.

L’air est sombre, fâcheusement sombre. Le sifflement aigu du vent devient plus fort à chaque seconde.

Je jette un coup d’œil vers la maison. La porte d’entrée du sous-sol est arrachée et une vilaine blessure laisse à nu un trou béant. Une énorme bulle incolore se traîne hors de ce qui avait été le vieux sous-sol. Elle n’est plus limitée par un petit espace serré et elle n’a plus besoin d’appliquer une puissante pression pour se libérer. La bulle est plus grande à chaque moment.

Augmentera-t-elle en deux fois par minute? Pas de doute. D’ici une demi-heure, notre monde ne sera plus qu’une grande bulle incolore. Ai-je le temps de réveiller Erell pour lui dire combien je suis désolé de ne pas l’avoir crue ? Ou peut-être, avant de disparaître avec le monde, dois-je lui confesser que je suis fier d’être le seul homme qui a su être digne de son intérêt ? J’ai cinq secondes pour prendre cette décision, ça suffira, je suis un bon psychiatre.

Toute ressemblance avec des personnes ayant existé n’aurait plus aucune espèce d’importance de toutes façons.

LA FIN

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>