André Labrosse

Vieillerie

Vieillerie

 

 

 

 

 

Assise, la vieille ruminant sa déchéance.
Orgueil silencieux, la pénible incontinence.
Un cœur tremblant, la souffrance.

Assise, le trône déchu, piètre insolence.
La solitude des mots, l’insuffisance.
Visage cicatrisé,  affreuse pénitence.

Assis,  des remords cachés, l’offense.
L’esprit odieux, fausse cadence.
Gestes désordonnés, lointaine enfance.

Assis,  un parchemin, nulle magnificence.
Désolation à la recherche d’une opulence.
Refuser la vérité, pauvre médisance.

Assise, méchanceté avide, l’inconséquence.
Triste longévité, sénescence.
Le pas incertain, atroce cadence.

Assise pour l’instant dans l’indifférence.
Le déclin assuré, l’obsolescence.
Délire funeste, l’observance.

Assise dans une froideur, putrescence.
Le départ souhaité, quelle chance!
Assis, un linceul noir, sentence…

André,épervier

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>