André Labrosse

Hommage à Félix Leclerc

Hommage à Félix Leclerc

 

 

 

 

 

felix leclerc guitarre

Depuis longtemps déjà,
Une voix de la nature
Chante les mille  ébats
D’un pays si  pur.
 
Caché loin dans les bois,
Le coeur épris d’amour,
Un musicien de joie
Valse des mots de velours.
 
Il invente des mots magiques
Sur une plume solitaire;
C’est toi, Félix diabolique
Sur un nuage de terre.
 
La douceur d’une campagne,
L’enfance d’une belle raison:
Tu chasses puis tu gagnes
Dans un corps rempli de chansons.
 
J’écoute l’appel des bâteaux,
Le sillon de tes  recherches;
Je te veux comme  écho,
L’inspiration d’une perche.
 
Je te dirais patriarche  de ce monde
Pour que ton coeur se  rajeunisse
Mais je n’ai que la vie d’une  ronde:
Un instant de repos qui se  déplisse…
 
A quoi bon mêler mes  tourments
Quand  je sais que j’ai le  « Maître »
Sous mon toît devenu écumant.
Alors  rêvons Félix, c’est le temps!
 
André Labrosse (epervier) , le  30 avril 1969

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>