André Labrosse

Emma

Emma

 

 

 

 

 

Vieille dame aux chiffons très corrompus.
Mansarde aux dizaines de boîtes brisées.
Malgré un sourire, misère dévoilée.
Cachant ses douces guenilles dans l’absolu.

Des murs troués de cartons comme chauffage.
Des hardes gambadant dans les rues tremblantes.
Des écus ramassés, nourriture luisante.
Pas chambardés en des médiocres paysages.

Espérance en la vie, souffle merveilleux.
Corps arqué, tenaillé sous le poids des gueux.
Vie difficile, mouchoir jauni, murmure.

Où êtes-vous maintenant noble pauvresse?
Vous créchez  au ciel éloignant la pâture.
Alors dormez sous un doux velours d’ivresse.

André Labrosse (Épervier)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>