André Labrosse

Admirativement

Admirativement

Admirativement

Des yeux éblouissants, un beau silence d’adolescent.
Des bras puissants, des badigoinces caressantes.
De la vie pure au-delà de toute espérance.
Une plage douce, le corps-à-corps à l’infini.
Le serment d’amour, l’ultime promesse.
Un calendrier éternel, le duo passionné.

Franchise commune, des moutards acceptés.
La famille idéale, la parole respectée.
Et l’amour!  L’acceptation de ce parcours.
La joie, l’alliance irréfutable d’une vie.
Un bonheur sincère, aucun tumulte affreux.

Une paix cérébrale, des roses sans cesse parfumées.
Du respect, une monotonie effacée, sans heurt.
Un spectacle continu, vieillesse agréable.
L’accomplissement véritable, deux cœurs soudés.
L’enthousiasme, des baisers encore savourés.
Un bouquet charmant, décor encensé.

André, épervier.

Asthme

Le grand ressort de la vie est dans le cœur. La joie est l’air vital de notre âme. La tristesse est un asthme compliqué d’atonie. (Fragments d’un journal intime d’Henri Frédéric Amiel). Photo de GrandQuebec.com

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *