XXe siècle

Naissances 1900-1920

Naissances 1900-1920

Naissances, période du 1er janvier 1900 au 31 décembre 1920

1900

25 mai 1900 : Naît à Saint-Casimir Alain Grandbois poète et écrivain. Il aime parler de grands espaces et de ses expériences personnelles, il est reconnu surtout par «Les Îles de la nuit» où il est solennel et intimiste. Il a publié Né à Québec : Louis Jolliet (1933), Les voyages de Marco Polo (1941), Avant le chaos (1945), Le Centre cosmique (1946), L`Étoile pourpre (1957), Visages du monde. Images et souvenirs de l’entre-deux-guerres (1971) et d’autres œuvres. Le prix Alain-Grandbois de l’Académie des lettres du Québec a été créé en son honneur. La bibliothèque municipale de Saint-Augustin-de-Desmaures porte son nom. Il a obtenu de nombreux prix littéraires, dont le Prix Ludger-Duvernay 91950) et la Médaille Lorne Pierce (1954). En 1967, il a été fait Compagnon de l’Ordre du Canada. Il s’éteint le 18 mars 1975, à Québec.

6 août 1900 : Naît Joseph-Damase Bégin, homme politique. Né à Lac-Etchemin, fils de Damase Bégin, cultivateur et marchand, et de Marie Turmelle. Il fait ses études à Lac-Etchemin et ensuite au Collège de Lévis. Il est organisateur en chef des campagnes électorales de l’Union nationale, député de l’UN à l’Assemblée législative, ministre de la Colonisation de 1944 à 1959 dans le gouvernement Duplessis, le gouvernement Sauvé et le gouvernement Barette. C’est lui qui a inventé le slogan Duplessis donne à sa province. Il est mort le 4 juillet 1977 à Sainte-Foy.

1900 : Naît Armand Brien, notaire. Après ses études au Collège de l’Assomption, il pratique sa profession à Saint-Jérôme et à Saint-Sauveur-des-Monts. Il est décédé le 19 octobre 1938.

1900 : Naît Georges Ravenelle, médecin, spécialiste en maladies mentales. Il obtient son doctorat à l’Université en 1924, puis se spécialise en maladies mentales aux États-Unis et à Paris. Il est attaché à l’hospice Saint-Jean-de-Dieu. Il est décédé en 1943.

1901

26 janvier 1901 : Naît à Québec René Chaloult, homme politique. Il fait ses études d’abord avec les sœurs du Bon Pasteur, ensuit à l’École normale supérieure, au Séminaire de Québec et à l’Université Laval, admis au Barreau en 1927. Il est élu député de l’Union nationale en 1936, dans le district de Kamouraska et député indépendant en 1939, dans Lotbinière. Il participe  à la fondation du Parti national avant de se joindre au parti libéral du Québec. Il mène une lutte contre la conscription et accusé de s’y être opposé, il subit un procès le 6 juillet 1942 et est acquitté le 3 août 1942. Il a été président de la Société des études juridiques de Québec et de la Ligue d’action nationale. Il a reçu les honneurs de la ville de Madawaska et du Mouvement national des Québécoises et Québécois. Décédé le 20 décembre 1978.

9 avril 1901 : Naissance à Montréal de Jean Bruchési, avocat, écrivain, ambassadeur du Canada, professeur, historien de renom, auteur d’une histoire du Canada en deux volumes. Il a été président de la Société royale du Canada de 1953 à 1954 et membre de la Société des Dix. Lauréat du Prix Léo-Pariseau (1949), du Prix Ludger-Duvernay (1949), de la Médaille J. B. Tyrrell (1951), de la Médaille de l’Académie des lettres du Québec (1951).

16 juillet 1901 : Naît à Valleyfield, Maximilien Caron, homme de loi et professeur. Il est diplômé en droit de l’Université de Montréal en 1927. Il étudie à la Faculté de droit de Paris et à l’École des sciences politiques (1927-29). Professeur à la Faculté de droit de l’Université de Montréal, il y enseigne le droit romain et le droit civil tout en occupant, de 1930 à 1948, la chaire de droit commercial à l’École des HEC. En 1944, il devient le premier professeur de carrière de la Faculté et, lorsqu’il est nommé doyen en 1961, il est le premier professeur de l’histoire de la Faculté à occuper cette fonction. Réformateur de l’enseignement du droit, Maximilien Caron privilégie une approche globale et ouverte des questions juridiques. Il instaure un programme de doctorat en droit et joue un rôle décisif dans la fondation du Centre de recherche en droit public en 1962. Il est nommé conseil de la reine en 1961. Il est décédé à Montréal le 27 novembre 1967.

11 décembre 1901 : Naît à Wotton Maurice O’Bready, prêtre, historien et un enseignant. Le 8 juillet 1926, il est ordonné prêtre. Il enseigne l’histoire au Séminaire de Sherbrooke pendant une vingtaine d’années. Il cofonde la Société historique des Cantons de l’Est. En 1946, il crée le vocable « Esterie » qui devient « Estrie » pour désigner la région administrative du Québec jusqu’alors dénommée Cantons-de-l’Est. Il est l’un des principaux acteurs de la création de l’Université de Sherbrooke, dont il fut le secrétaire général de 1954 à 1960, puis le vice-recteur de 1960 à 1965. Il meurt à Sherbrooke, le 10 juillet 1970. Une salle de spectacles présente sur le campus de cette université porte son nom.

31 décembre 1901 : Naît à Montréal Lionel Daunais, baryton d’opéra, compositeur, comédien et metteur en scène. Il s’intéresse très tôt au chant, qu’il étudie sous la direction de la soprano Céline Marier. En 1925, il est proclamé « Lauréat de l’Académie de musique du Québec ». En 1926, il gagne le Prix d’Europe, ce qui lui permet de poursuivre aussitôt ses études à Paris et de décrocher  un contrat de « premier baryton » avec l’Opéra d’Alger (1929). À son retour au Canada, il fonde « Le Trio lyrique » (en 1932) et en 1936, il co-fonde avec Charles Goulet les Variétés lyriques. Au cours sa carrière il a mérité de nombreux prix et distinction, dont le Grand prix au Concours Marly-Polydor à Montréal, pour sa « Chanson du maître cordonnier » (1948). En 1978, il a été fait Officier de l’Ordre du Canada. Il est mort le 18 juillet 1982 à Montréal. En 2006, il est admis au Panthéon des Auteurs et Compositeurs canadiens, Époque Radiophonique.

1901 : Naît à Montréal Charles Timm, chirurgien-dentiste bien connu. Il était un fils de Délia Ducas et de Charles Timm. Il fait ses études au collège de Longueuil et à l’Université de Montréal. Il épouse Raymonde Maillet, avec qui il a un fils. Il meurt en 1939 à Montréal après une longue maladie.

1902

1902 : Naît à Montréal André Morin, avocat, rédacteur français du journal des Forestiers. Il est fils de Me Victor Morin. Il fait ses études classiques au collège de Sherbrooke puis au collège Sainte-Marie. Il étudie le droit à l’Université de Montréal. Il est reçu avocat en 1931. Il sert dans le régiment de milice de Châteauguay pendant de longues années. Il est décédé à l’hôpital Sainte-Jeanne-d’Arc, à la suite d’une pneumonie, en décembre (?) 1940.

1902 : Naît à Saint-Hilaire Yves Choquette, avocat au Barreau de Montréal. Il fait ses études de droit à l’Université de Montréal et au King’s Collège de Londres. À son retour au Canada, il exerce sa profession en société avec le recorder Aimé Geoffrion. Après le décès de ce dernier, il continue à exercer seul. Il meurt en 1943.

31 juillet 1902 : Naît à Québec Gérald Martineau, homme d’affaires, homme politique. Il est le fils de Napoléon Martineau, électricien, et de Marie-Aimée Wiseman. Il épouse Marie-Blandine Duggan le 6 août 1923 à Québec. Il est propriétaire d’un commerce de machines à écrire et de plusieurs équipes sportives, notamment du club de hockey les As de Québec de 1959 à 1967. Trésorier du parti de l’Union nationale de 1944 à 1960, membre du Conseil législatif du Québec. À la suite des travaux de la commission d’enquête présidée par le juge Salvas et est déclaré coupable de fraude en 1966. Il est mort le 18 mai 1968 à Sainte-Foy.

29 novembre 1902 : Naît à Montréal Nelson « Nels » Stewart, joueur de hockey sur glace professionnel qui jouait en attaque. Il joue pour les Maroons de Montréal, les Americans de New York et les Bruins de Boston de la Ligue nationale de hockey (LNH). Il a remporté lors de sa première saison dans la LNH, en 1925-26, la Coupe Stanley et le trophée Hart du meilleur joueur de la saison. Il est le premier joueur de l’histoire de la LNH à avoir dépasser la barre des 300 buts (son total final de 324 buts). Décédé le 21 août 1957 à Wasaga Beach (Ontario). Il est membre depuis 1962 du temple de la renommée du hockey.

1902 : Naît à Saint-Marc-sur-Richelieu Adhémar Jeannette, docteur en médecine, clinicien en tuberculose au ministère provincial de la Santé. Il fait ses études classiques au Collège Sainte-Marie de Montréal où il obtient le titre de bachelier es arts en 1923. Il fait ensuite ses études médicales à l’Université de Montréal et est reçu docteur en médecine en 1929. Il entre ensuite au service du gouvernement provincial comme clinicien en tuberculose, poste qu’il occupe au moment de sa mort prématurée, survenue le 25 juin 1940, à Montréal.

1903

20 avril 1903 : Naît à Montréal, dans le quartier Côte-des-Neiges, Yvonne Maisonneuve qui a aidé des milliers de personnes ébranées par les aléas de l’existence. En 1932, elle ouvre une maison sous le nom de Notre-Dame de la Protection sur la rue Fairmount, un « lieu de dépannage immédiat et inconditionnel » où elle accueille filles et femmes en difficultés ou en détresse. Aujourd’hui, son œuvre est devenue l’association d’entraide Le Chaînon (4373 avenue de l’Esplanade, Montréal). Fervente croyante, elle se destine d’abord à la vie religieuse, mais elle mène sa mission d’entraide par elle-même, sans joindre une congrégation. Elle meurt le 25 décembre 1980, à Montréal.

3 novembre 1903 : Naît Léa Roback, militante syndicale, communiste, une des pionnières du féminisme au Québec. Née à Montréal, sur la rue Guilbault, fille d’immigrants juifs polonais, elle travaille à la British American Dyeworks pour ensuite se trouver un emploi de caissière au théâtre Her Majesty’s sur la rue Guy. Elle devient membre du Parti Communiste du Québec, qu’elle quittera en 1958, après l’admission des crimes de Staline par l’URSS. On lui doit la formation de nombreux syndicats et elle a travaillé pour améliorer la condition de vie des femmes et des personnes défavorisées. En 1935, elle tient la première librairie marxiste de Montréal – le Modern Bookshops sur la rue de Bleury. Elle organise le syndicat de RCA Victor en 1941, où elle obtient le premier contrat syndical pour femmes en 1943. La même année, elle devient organisatrice politique de Fred Rose, premier candidat communiste à être élu aux Communes. Dans les années 1960, elle devient membre du collectif La Voix des femmes. Elle est nommée Chevalier de l’Ordre national du Québec, en 2000. Elle décède le 28 août 2000. Une rue porte son nom à Montréal, dans le quartier Saint-Henri et jouxte le Canal-de-Lachine.

1904

31 août 1904 : Naît à Montréal Gérard Delorme. Il fait ses études au collège Ste-Marie, il obtient son baccalauréat ès arts et entreprend des études scientifiques à la faculté des sciences de l’Université de Montréal. Il est assistant au laboratoire de chimie de HEC Montréal de 1927 à 1929. Le 23 janvier 1929, il est nommé chargé de cours de la même discipline. En 1930, il devient membre de la Commission des études pour une année en remplacement de Paul Riou. En novembre 1933, il devient professeur agrégé. Au printemps 1939, il obtient le titre de docteur ès sciences pour son travail intitulé : « Le fer et le manganèse dans le bois de la province de Québec ». Il est nommé professeur titulaire de chimie en 1940. Professeur honoraire au collège Sainte-Marie, professeur à l’École des hautes études commerciales de Montréal et à l’Université de Montréal il occupe également le poste de conservateur au Musée commercial et industriel situé dans l’édifice de HEC Montréal sur la rue Viger. Il rédige de nombreux ouvrages et collabore à d’autres publications avec Paul Riou et Joachim Delorme, tous deux professeurs à l’École. Parmi ces dernières, certaines ont pour titre : « Travaux pratiques de chimie élémentaire » (1932), « Essais de produits commerciaux » (1932-33), « Cours de chimie élémentaire » (1934) à l’usage des collèges classiques et des grandes écoles ainsi qu’à l’usage des écoles primaires supérieures, « Le fer et le manganèse dans les principaux arbres à feuilles caduques du Québec » (1939) et « Traité de chimie » (1948). Il participe également à deux revues : « L’Actualité économique » et « Forêt québécoise ». Il est l’époux d’Anne-Marie Letendre dont il a un fils. Il meurt accidentellement lors d’une expédition de chasse le 29 octobre 1944 à Gentilly.

18 novembre 1904 : Naissance à Québec de Jean-Paul Lemieux, artiste-peintre. En 1925, il devient élève du peintre Marc-Aurèle de Foy Suzor-Coté. Il s’inscrit à l’École des beaux-arts de Montréal. Il suit l’enseignement de Charles Maillard et d’Edwin H. Holgate. En 1929, il s’installe en Europe. De retour au Canada, il fonde le Studio JANSS, voué à l’art publicitaire. Il enseigne à l’École du meuble de Montréal que dirige alors Jean-Marie Gauvreau (1934-1936). En 1937, il est nommé professeur à l’École des beaux-arts de Québec. Il participe à des expositions, dont la Spring Exhibition de l’Art Association of Montréal (aujourd’hui le Musée des beaux-arts de Montréal). Il reçoit en 1934 le Prix Brymmer remis à un artiste de moins de 35 ans. En 1966, il devient membre de l’Académie royale des arts du Canada. Il est décoré de la médaille du Conseil des arts du Canada en 1967, ainsi que de la médaille des compagnons de l’Ordre du Canada en 1968. Il meurt à Québec le 7 décembre 1990. Le Musée national des beaux-arts du Québec a une salle Jean Paul Lemieux. Un monument à sa mémoire est installé à Québec.

26 novembre 1904 : Naît Armand Frappier, médecin, microbiologiste,chercheur  professeur. Il est natif de Salaberry-de-Valleyfield. Il devient médecin en 1930. Il obtient une maîtrise en sciences en 1931. Ensuite, il se perfectionne en immunologie et prophylaxie, vaccination, aux États-Unis et à l’Institut Pasteur à Paris, où il étudie le nouveau vaccin anti-tuberculose auprès d’Albert Calmette et Camille Guérin. En 1927 déjà, il met sur pied le laboratoire de diagnostic de l’Hôpital Saint-Luc à Montréal, dont il assurera la direction jusqu’en 1943. Il réorganise le département de bactériologie de la faculté de médecine de l’Université de Montréal et y introduit l’enseignement des 2e et 3e cycles. Il y enseigne la microbiologie et la médecine préventive. En 1945, il cofonde l’école d’hygiène de cette université. Il meurt le 17 décembre 1991 à Montréal.

8 décembre 1904 : Nait à Terrebone  Marius Lafontaine, avocat au Barreau de Montréal et secrétaire du Barreau. Il est le fils du Dr Joseph-Eugène Lafontaine et de Mme Malvina Brissette. Il fait ses études classiques au collège de Rigaud et au collège Sainte-Marie, à Montréal. Après avoir étudié le droit à l’Université de Montréal, il est été admis au Barreau en 1927 et était entré immédiatement au service de la firme légale Godin, Dussault et Cadotte. En 1929, il devient l’associé de ses patrons. À la mort de Me Eugène Godin, la société devint connue sous le nom de Dussault, Cadotte et Lafontaine. Il se spécialise en droit civil et en droit commercial. En mai 1936, il est élu secrétaire du Barreau de Montréal. Il meurt le 11 mai 1937 à Montréal.

1905

1905 (date exacte inconnue) : Naît à Fitchburg, Massachusetts, Jean Palardy, peintre, réalisateur, historien de l’art, ethnologue Originaire d’une famille franco-américaine, il arrivé au Canada avec sa famille en 1908. Il complète ses études classiques au collège Saint-Laurent et au séminaire de Sainte-Thérèse. Il fait ses études à l’École des Beaux-Arts de Montréal. Il épouse la peintre Jori Smith en 1930. Après plusieurs voyages en Europe, il fonde la Société d’art contemporain.Dès 1941 à 1960, il réalise de nombreuses documentaires pour l’Office national du film. En 1963, il écrit son ouvrage le plus marquant, intitulé Les Meubles anciens du Canada français. Il est consultant dans plusieurs musées, dont le château Ramezay, le musée McCord, le musée de l’Île Sainte-Hélène et le musée national de l’homme. Il est fait Grand officier de l’Ordre national du Québec, en 1992. Il décède le 28 novembre 1991, à Montréal.

22 avril 1905 : Voit le jour Robert Choquette, poète, écrivain, rédacteur de feuilletons radiophoniques et diplomate. Il naît à Manchester (New Hampshire) de parents immigrés, mais après le décès de sa mère en 1913, la famille s’établit à Montréal. Il étudie au Collège Notre-Dame puis au Collège Saint-Laurent. En 1925, il publie À travers les vents, un recueil de poésie pour lequel il obtient le Prix David en 1926. En 1931, il débute à CKAC comme scripteur de sketches. Il reçoit à nouveau le Prix David en 1932, pour son recueil de poésie Metropolitan museum. En 1935, il inaugure le premier feuilleton radiophonique québécois Le Curé du village (1935-1938) et il écrit le scénario pour une version pour le cinéma en 1949. Suivent La Pension Velder (1938-1942) et Métropole (1943-1956). Entre 1957 et 1961, il adapte La Pension Velder, pour la Télévision de Radio-Canada qui intègre souvent des situations empruntées à Métropole. Il est consul général du Canada à Bordeaux (1964-1968) et ambassadeur en Argentine, en Uruguay et au Paraguay (1968-1970). Il est président de la Société des écrivains canadiens (1971-1973) et celle de l’Académie canadienne-française (1974-1980). Il est mort à Montréal le 22 janvier 1991.

Mai 1905 (date exacte inconnue) : Naissance en Hongrie de Samuel (Sam) Steinberg, propriétaire des supermarchés Steinberg, une entreprise québécoise qui, à son apogée, opérait à la fois une chaîne d’épiceries, une chaîne de magasins à rayons et un parc immobilier. Fondée en 1913, l’entreprise a fait faillite en 1992.

5 octobre 1905 : Naît à Saint-Lambert Jacques Rousseau, botaniste et ethnologue. À partir de 1923, il suit les cours du frère Marie-Victorin et participe à ses explorations botaniques pour devenir son assistant. Il obtient une licence ès sciences en 1928 et commence à enseigner à l’Université de Montréal en tant que professeur de botanique. Il entreprend de multiples explorations en Amérique du Nord et découvre plus de cent espèces nouvelles comme l’astragale. Il étudie la toundra et fait l’une des premières études canadiennes sur le périglaciaire. Ces études dans le nord du Canada l’amènent vers des travaux d’ethnologue ; il s’intéresse aux Amérindiens et aux Inuits. Il est cofondateur de l’Association canadienne-française pour l’avancement des sciences (ACFAS) ; il en est le secrétaire de 1930 à 1946. Il participe à la création avec le frère Marie-Victorin du Jardin botanique de Montréal et en est le directeur de 1944 à 1957. Il est le directeur du Musée de l’Homme à Ottawa de 1956 à 1959. En 1959, il rejoint le Centre d’études arctiques et finno-scandinaves de La Sorbonne à Paris. Il y devient professeur titulaire et collabore notamment avec le géographe Jean Malaurie. En 1962, il est nommé directeur de la recherche au Centre d’études nordiques de l’Université Laval de Québec, poste qu’il occupera jusqu’à sa mort survenue à Montréal le 4 août 1970. La Commission de géographie du Québec a donné son nom à un des Monts Torngat (1 261 mètres) qu’il avait exploré en 1950. Le prix Jacques-Rousseau est décerné par l’ACFAS à une personne ou à une équipe qui a largement dépassé son domaine de spécialisation et qui a établi des ponts novateurs entre différentes disciplines. L’école secondaire Jacques-Rousseau à Longueuil et la circonscription de Rousseau ont été nommés en son honneur.

1er novembre 1905 : Naît à Saint-Hilaire Paul-Émile Borduas, artiste peintre, sculpteur. Il reçoit une bourse d’études qui lui permit d’étudier à l’École des Beaux-Arts de Montréal et de poursuivre son éducation de peintre en France au début des années 1930. À partir de la seconde moitié des années 1940 qu’il se distingue comme peintre abstrait. En 1948, il rédige le manifeste du Refus Global, où il critique sévèrement la culture canadienne-française. À la suite de ce manifeste, il perd son poste de professeur de dessin à l’École du meuble et en 1953, il quitte le Québec. Il s’éteint à Paris le 22 février 1960. Depuis 1977, le Prix du Québec dans le domaine des arts visuels, des métiers d’art, de l’architecture et du design porte le nom de Prix Paul-Émile-Borduas.

1906

16 mai 1906 : Naît à Québec Alfred Pellan, peintre, muraliste. Il est le premier peintre québécois à s’être illustré sur la scène française dès 1935. Il est fils de Régina Damphousse et d’Alfred Pelland, mécanicien de locomotive. En 1920, il s’inscrit à l’École des beaux-arts de Québec. Il vend sa première toile à l’âge de 17 ans à la Galerie nationale du Canada (aujourd’hui le musée des beaux-arts du Canada, à Ottawa). Il obtient en 1926 la première bourse d’études en arts du Québec, ce qui lui permet de demeurer plusieurs années à Paris et de séjourner à Venise. Il poursuit des études à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris.  De 1943 à 1952, pour survivre, il enseigne à l’École des beaux-arts de Montréal. Il est ouvertement contre l’académisme et s’engage pour un art indépendant, davantage ouvert à l’universalité et à l’évolution. Il illustre des recueils de poésie et conçoit des costumes et des décors pour le théâtre. Il séjourne ensuite à Paris et  il reprend ses cours de peinture en 1957 comme professeur au Centre d’art de Sainte-Adèle. Domicilié à Auteuil (Laval), il meurt à Montréal, le 31 octobre 1988.

1906 (date exacte inconnue) : Naît à Louisville Albertine Caron-Legris (née Caron), pianiste, compositrice, professeure. Elle écrivit de la musique pour piano et des harmonisations de chansons folkloriques. Son oeuvre la plus connue est La Berceuse de Donalda (1947) présentée à « Un homme et son péché », émission de radio (plus tard de télévision) de la SRC. Ses autres compositions comprennent Poème pastorale pour piano, Soir d’hiver, Ceux qui s’aiment sont toujours malheureux. Elle s’éteint à Montréal en 1972.

1906 (date exacte inconnue) : Naît à Cellettes, Loir-et-Cher, en France, Jeanne Corbin, militante communiste. La famille immigre à Tofield, en Alberta, en 1911, où elle adhère aux Jeunesse communistes. Elle organise une série de manifestations à Montréal, où elle met sur pied la Ligue d’Unité ouvrière et le journal L`Ouvrier canadien. En 1933, elle soutient les grévistes des camps de bûcherons près de Rouyn, en Abitibi. Elle a été détenue à plusieurs reprises. Elle meurt en mai 1944, en Ontario.

1907

1907 (date exacte inconnue) : Naît à Waterbury, au Connecticut, Alice Girard, infirmière, institutrice, professeure, la première femme à assurer un poste de doyen à l’Université de Montréal. Elle s’établit au Canada en 1918 avec sa famille. Elle fait ses études à l’École normale de Montréal où elle obtient un brevet supérieur en pédagogie (1925). Elle reçoit un diplôme d’infirmière de l’hôpital St-Vincent-de-Paul, à Sherbrooke (1931), un diplôme en hygiène publique de l’Université de Toronto (1939), un baccalauréat en sciences infirmières de l’Université de Washington (1942) et une maîtrise en éducation de l’Université de Columbia (1944). La médaille Florence Nightingale de la Ligue de la Croix Rouge Internationale lui est décernée. Elle est reçue Commandeur de l’Ordre de St-Jean (1977), dame commandant de l’Ordre de Saint Lazare (1980), Officier de l’Ordre du Canada, Chevalier de l’Ordre national du Québec. Elle est fondatrice et première doyenne de la faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal. Docteure honoris causa de l’Université de Toronto et de l’Université de Montréal, la première Canadienne à présider le Conseil international des infirmières à Genève.  Elle meurt en 1999, à Montréal.

14 janvier 1907 : Voit le jour à Montréal Georges-Émile Lapalme, avocat et homme politique, chef du Parti libéral du Québec pendant les années 1950 et la première personne à occuper le poste de Vice-premier ministre du Québec. Il fait ses études classiques au séminaire de Joliette chez les viatoriens puis il étudie à l’Université de Montréal et il est admis au barreau du Québec en 1929. Il est élu à la Chambre des communes du Canada à Joliette en 1945. Il démissionne en 1950 pour succéder à George Marler à titre de chef du Parti libéral du Québec. Il est élu député à l’Assemblée législative dans la circonscription de Montréal-Outremont en 1953 et il siège comme chef de l‘Opposition jusqu’en 1960. Il rédige Pour une politique en 1959, le plan politique dont Lesage et son «équipe du tonnerre » se sont par la suite inspirés. De 1960 à 1964, il est vice-premier ministre provincial, et ministre des Affaires culturelles, ainsi que Procureur général jusqu’en 1963. Il quitte la politique en 1966 pour écrire ses Mémoires. Il décède le 5 février 1985, à Montréal.

Mars 1907 : Naît à Sorel Jean Rajotte, médecin chirurgien. Après ses études classiques au Séminaire de Saint-Hyacinthe, il fait ses études médicales à l’Université de Montréal, puis se spécialise en chirurgie. Il s’établit finalement à Sorel, en 1936. Il est mort en mai 1940, à Montréal, à l’hôpital Saint-Luc.

20 mars 1907 : Naît à Glace Bay, en Nouvelle-Écosse, Hugh MacLennan, romancier, essayiste, professeur et journaliste québécois de langue anglaise. Après des études aux universités Dalhousie, Oxford et Princeton, il s’installe à Montréal où il enseigne la littérature anglaise au Lower Canada College et à l’Université McGill. Son roman intitulé Two Solitudes décrit les relations conflictuelles entre anglophones et francophones du Québec. Le titre du roman est passé dans la langue courante au Canada anglais pour décrire les tensions qui subsistent encore aujourd’hui entre les deux principales communautés qui composent le pays. Il est décédé le 9 octobre 1990.

3 août 1907 : Naît à Montréal Maurice Beaudry, avocat au Barreau de Montréal.  Il est le fils de Me Richard Beaudry, C. R., registraire des faillites, et de Mme Beaudry, née Rondeau. Il fait ses études primaires à l’Académie Querbes d’Outremont et ses études classiques chez les RR. PP. Jésuites du collège Sainte-Marie. Il s’inscrit ensuite à la Faculté de droit de l’Université de Montréal, et après avoir obtenu son baccalauréat en droit, il est admis au Barreau de la province en juillet 1932. Il  est attaché à l’étude juridique de Mes David et Perrier et s’était spécialisé dans les questions ouvrières et les conventions collectives de travail. Il meurt le 9 juin 1938 à Montréal.

11 septembre 1907 : Naît à l’Annonciation (Labelle) Cécile Chabot, baptisée comme Marie Delia Hortense Gertrude Cécile Chabot, poète, artiste-peintre, conteuse, rédactrice.  Elle fait ses études à l’École des arts et métiers, puis à l’École des beaux-arts de Montréal, de 1933 à 1938. Elle illustré ses propres recueils de poésie et ses contes, tels que Légende mystique (1942), Paysannerie : conte des rois (1944), Imagerie : contes de Noël (1944), Le Cheval vert (1961). Elle donné des conférences, collabore à diverses revues et rédige de nombreux textes pour la radio et Radio-Canada. Elle remporte la médaille de bronze de la Société royale du Canada pour Féerie en 1964. Elle a laissé des œuvres qui recréent la magie de l’enfance et qui en font l’un des auteurs les plus attachants de sa génération. Ses œuvres poétiques comme « Vitrail », sont très appréciées au Canada, et son talent reconnu.

13 septembre 1907 : Naissance  à Montréal, du futur Dr. Philip Aaron Edwards (Phil Edwards), spécialiste des maladies tropicales et respiratoires, professeur de l’Université McGill et éminent athlète canadien qui a défendu les couleurs du Canada, gagnant cinq médailles de bronze aux Jeux olympiques de 1928, 1932 et 1936. Décédé le 6 septembre 1971, à Montréal.

15 juillet 1907 : Naît à Montréal, dans la paroisse Saint-Jean-Baptiste, Pacifique Plante (Pax Plante), policier et avocat, devenu célèbre pour ses actions contre le crime, particulièrement sa lutte contre la corruption dans l’administration municipale. Le est baptisé le 17 juillet 1907 sous le nom de « Joseph Pacifique Roy-Plante ». Son père est un avocat du nom de Léandre Plante et sa mère se nomme Emma Roy. Son parrain est Pacifique Roy et sa marraine, Marie Anne Etheldrède. Il fut nommé chef de l’escouade de la moralité de Montréal, mais il fut congédié 18 mois plus tard, sous prétexte de l’inconduite d’un agent de l’escouade. Il publia, dans le quotidien Le Devoir, une série d’articles intitulée Montréal, ville ouverte, dans lesquels il décrivait le modus operandi des différents réseaux de bookmakers, de souteneurs et de bootleggers de la ville. Cible d’attentats, il dût quitter le Canada et il vécut au Mexique le reste de sa vie. En 1973, le Québec a décidé de réparer les torts qu’il a dû subir. Il meurt au Mexique le 9 août 1976.

1908

13 janvier 1908 : Naît Dr. Hertel de Bellefeuille. Au moment de sa mort il est attaché à l’hôpital Saint-Jean de Dieu, où il exerce sa profession en collaboration avec son père Fils du Dr Gaston de Bellefeuille et de Cécile Dalbec, après ses études au collège Sainte-Marie, il est admis à la pratique de la médecine, en 1932 et fait des études de perfectionnement pendant deux ans en Europe. Il était marié à Yvette Gagné. Il est décédé le 1er octobre 1937.

15 février 1908 : Naissance à East Broughton de Sarto Fournier, homme politique, député fédéral libéral pour la circonscription Maisonneuve-Rosemont (1935-1953), sénateur (1953-1957 et 1960-1980) et maire de Montréal de 1957 à 1960. Son alliance avec Maurice Duplessis, le premier ministre de l’Union nationale, lui vaudront d’être exclu de la Fédération libérale du Québec en 1958. Il meurt à Ottawa le 23 juillet 1980.

29 novembre 1908 : Naissance de Georges Mantha, hockeyeur professionnel. Né à Lachine, il a joué pour le Canadiens de Montréal, Eagles de New Haven, Lions de Washington. Il a été membre des Canadiens de Montréal de la Ligue nationale de hockey (LNH) pendant douze saisons, il remporte avec eux la Coupe Stanley en 1930 et 1931. Le 28 janvier 1937 il marque 4 buts dans une partie. Il meurt 25 janvier 1990.

1909

22 mars 1909 : Naît Gabrielle Roy, écrivaine célèbre. Née à Saint-Boniface (secteur de Winnipeg), au Manitoba, elle fait ses études à l’académie Saint-Joseph et à l’École normale de Winnipeg. Ensuite, elle enseigne dans les écoles rurales de Marchand et de Cardinal et à l’École Provencher à Saint-Boniface. En 1937, elle part pour l’Europe et étudier l’art dramatique à Londres d’abord et ensuite à Paris. En 1939, elle s’établit à Montréal et gagne sa vie comme pigiste. Son premier roman, Bonheur d’occasion, paraît en 1945. Ce premier roman urbain de la littérature québécoise a inspiré les changements des années à venir et a gagné plusieurs prix, dont le Prix du Gouverneur général du Canada, le Prix Fémina en France et une médaille de l’Académie canadienne-française. Elle continue à écrire et elle est considérée par plusieurs critiques comme la plus grande écrivaine francophone dans l’histoire canadienne. Ses œuvres ont reçu de nombreux prix littéraires. Elle reçoit en 1979 le Prix de littérature de jeunesse du Conseil des arts du Canada pour le conte Courte-Queue. En 1967, elle reçoit le titre de Compagnon de l’Ordre du Canada. Il meurt le 13 juillet 1983, dans la ville de Québec. Son autobiographie, intitulée La Détresse et l’enchantement, est publiée à titre posthume en 1984. Voir sa biographie : Gabrielle Roy.

9 octobre 1909 : Naît à Marieville Marcel Primeau, avocat. Il fait ses études classiques au Collège Sainte-Marie, puis ses études de droit à l’Université de Montréal. Il est admis au Barreau de Montréal en juillet 1932. Il pratique le droit avec Me Gérard Trudel, puis avec Jean Loranger. En 1934, travaille en société avec Wilfrid Langevin et Louis-Philippe Gagnon, Le 14 juin 1939, il accepte le poste de secrétaire de la Société d’administration de l’Université de Montréal et partage alors son temps entre son bureau d’avocat et le bureau de la Société universitaire. En mai 1940, il consacre tout son temps à la Société d’administration de l’UdeM. Il épouse Léona Poulin et le couple a trois enfants.

8 décembre 1909 : Voit le jour à Saint-Tite Gratien Gélinas, dramaturge, directeur, producteur. Il est considéré comme l’un des fondateurs du théâtre et du film québécois contemporain. Il suit les classes du collège à Montréal, mais il abandonne ses études classiques. En 1929, il fonde une troupe avec d’anciens camarades du Collège de Montréal. Il débute sa carrière d’acteur professionnel en 1937, à CKAC, dans le feuilleton radiophonique Le Curé du village, de Robert Choquette. En 1938, il monte sur scène avec Fridolinons. Tit-Coq, sa première pièce, est présentée au Monument national en 1948. Elle est adaptée au cinéma. Il inaugure la Comédie-Canadienne en 1958. Créée en 1959, sa pièce Bousille et les justes est jouée plus de 700 fois partout dans le monde. Il devient Officier de l’Ordre du Canada en 1967, Chevalier de l’Ordre national du Québec en 1985 et Compagnon de l’Ordre du Canada en 1989. Il est docteur honorifique du Collège militaire royal de Saint-Jean. Il meurt le 16 mars 1999 à Saint-Tite.

1910

4 janvier 1910 : Naît à Chicoutimi Arthur Villeneuve, peintre naïf, connu pour les peintures et pour son investiture dans l’ordre du Canada. En 1957, il commence à recouvrir sa maison de peintures naïves. L’ONF produit le premier film sur Villeneuve et son œuvre en 1964, sous le titre Villeneuve, peintre-barbier. En 1972, des photos de sa maison seront exposées à Québec, Montréal et Vancouver. Le 22 décembre 1972 il sera admis dans l’Ordre du Canada, « en reconnaissance de sa contribution comme peintre et interprète de son environnement ». Il meurt à Montréal le 24 mai 1990. Sa collection est exposée au  musée de la Pulperie de Chicoutimi. Le théâtre CRI a présenté la pièce La légende d’Arthur Villeneuve, à la Pulperie de Chicoutimi.

18 octobre 1910 : Naît Luc Lacourcière, écrivain, ethnographe, folkloriste, professeur. Natif de Saint-Victor (Beauce), il fait ses études classiques et universitaires à Québec. Ensuite il se rend en France et il fait un stage comme professeur au collège Saint-Charles à Porrentruy, Suisse (1936-37). De retour au Canada, il enseigne le latin au collège Bourget de Rigaud, Québec (1938-1939) et le français à l’Université Laval (1938-1948). Il enseigne la littérature et il est professeur titulaire de folklore et d’ethnographie à l’Université Laval (1944-1978). Il est fondateur et directeur des Archives de folklore (1944-1975) ainsi que fondateur et éditeur des cahiers Archives de folklore. Il est mort le 15 mai 1989 à Québec.

19 octobre 1910 : Naît à Gentilly J.-Paul-Emile Rheault. Il fait ses études primaires à Gentilly et ses études secondaires à l’Académie Lasalle de Trois-Rivières. Il s’inscrit ensuite à l’École de Médecine vétérinaire d’Oka, où il obtient son doctorat en Médecine vétérinaire en 1936. Il entre immédiatement à l’emploi du Ministère de l’Agriculture et consacre sa vie professionnelle à l’industrie, l’élevage et à la pathologie des animaux à fourrure. Il est décédé le 29 octobre 1964 à Montréal.

18 novembre 1910 : Naît à Montmagny Edwin Bélanger, violoniste virtuose, pédagogue, vulgarisateur, chef d’orchestre, le premier directeur musical et artistique de l’Orchestre symphonique de Québec.  Au début de sa carrière professionnelle, l’excellence de son parcours académique lui vaut le Prix d’Europe ce qui lui permet d’aller se perfectionner en France et en Angleterre. Dès son retour au Québec, il prend la tête du Cercle philarmonique de Québec en plus de figurer parmi les instrumentistes de la Société symphonique de Québec. En 1942, l’Orchestre symphonique de Québec est fondé avec lui à tête. Il est chef de la musique au Royal 22e Régiment de 1937 à 1961. Sous cette bannière, il effectue des tournées en Extrême-Orient, en Europe et aux États-Unis. Au sein de l’OSQ, il assume différentes fonctions, en plus de celle d’instrumentiste, jusqu’en 1984. Il est professeur au Conservatoire de musique de Québec, juge de concours, propriétaire d’un magasin d’instruments de musique et président de l’Académie de musique du Québec. En 1984, il reçoit le titre de docteur honorifique de l’Université du Québec. Il s’est éteint à Lévis, le 14 janvier 2005.

1911

12 janvier 1911 : Naît à Saint-Lambert André Rousseau, homme d’affaires et homme politique. Fils de Lacasse Rousseau et de Gabrielle Fafard, il fait ses études chez les Sœurs de la Providence et à l’école Notre-Dame-du-Saint-Rosaire de Montréal, au collège Sacré-Cœur de Montmagny et au Séminaire de Québec. De 1935 à 1940 où il travaille chez Dufresne Engineering, il dirige les travaux d’électrification lors de la construction du tunnel Wellington passant en dessous du Canal Lachine et du Pont Pierre Le Gardeur, à Montréal. De 1940 à 1950 il est vice-président de la compagnie Electrical Manufacturing Limited à Montmagny, compagnie qui deviendra plus tard Montel.En 1950, il fonde Rousseau Métal Inc., spécialisée dans la fabrication de systèmes de rangement industriels.  Il est le premier à occuper le poste de ministre de l’Industrie et du Commerce du 5 juillet 1960 au 5 décembre 1962 dans le cabinet Jean Lesage.  Il épouse, en premières noces, de Cécile Collin (décédée en 1957), avec qui il a six filles et adopte un garçon. En 1959, il épouse Simone Ouellet. En 1970, il fonde Moto-Kometik. Il est aussi, de 1950 à 1960, directeur de Paul Dumont Ltée de Saint-Romuald et d’Artistic Decalcomania de Montréal.  Il est secrétaire de la Fédération libérale du Québec en 1956, puis en devient le président en 1957 et 1958. En juin 1960, il est élu député du parti libéral du Québec dans le comté de Montmagny-L’Islet. En juillet, il est nommé ministre de l’Industrie et du Commerce dans le gouvernement Jean Lesage. Il meurt à Saint-Jean-Port-Joli, le 17 septembre 2002.

14 janvier 1911 : Nait à St. Johnsbury (Vermont, États-Unis), Lionel Leclerc (frère Cyprien), religieux,  homme de lettres, écrivain et journaliste. Il fait ses études supérieures à l’Université Laval de Montréal, où il obtient son diplôme en 1912. Il devient frère des Frères de St- Gabriel. Il est l’auteur de plusieurs œuvres dédiées à l’histoire du Québec. Il est décédé le 16 avril 1968 à Montréal.

5 octobre 1911 : Naît à Outremont (île de Montréal) Pierre Dansereau, écologiste et professeur, considéré comme père de l’écologie au Québec et reconnu pour ses recherches sur les écosystèmes et comme l’un des pionniers de l’interdisciplinarité en écologie. Il est le fils de Marie Archambault et de Lucien Dansereau. Il fait ses études classiques au collège Sainte-Marie et il collabore à des revues littéraires. Au début des années 1930, il fonde avec ses amis un mouvement politique nationaliste, Jeune-Canada, connu par son Manifeste de la jeune génération. Il obtient un baccalauréat ès arts en 1932 de l’Université de Montréal. Sa carrière est marquée par la publication de plus de 600 articles et ouvrages sur l’écologie. Il a participé également à la réalisation de séries télévisées sur l’environnement. Il a reçu 15 doctorats honorifiques et de nombreuses distinctions, dont la médaille de l’Ordre national du Québec et la médaille Dawson de la Société royale du Canada. Il a été admis au Panthéon de la science et de l’ingénierie canadienne. Il est décédé le 28 septembre 2011, à Montréal.

1912

9 janvier 1912 : Voit le jour Juliette Huot, actrice célèbre. Elle naît à Tétreaultivlle (Montréal) et elle fait ses débuts à la radio à la fin des années 1930. De 1939 à 1946, elle passe au théâtre en jouant dans les spectacles des Fridolinades et Tit-Coq de Gratien Gélinas. Elle joint par la suite Les Variétés lyriques, tout en continuant de participer à plusieurs radio-romans tels que Les Velder, Métropole et Un simple soldat. À partir de 1944, elle entame une carrière d’humoriste. Juliette Béliveau et Juliette Huot  présentent le fameux sketch Les Deux Jumelles. Au cinéma, elle joue dans Le curé de village (1949) de Robert Choquette, Le Rossignol et les cloches (1950), Les Plouffe (1981), Les tisserands du pouvoir (1987, Le grand jour de Michel Tremblay (1988). Elle a été porte-parole pour le Québec des publicités des supermarchés Dominion durant les années 1960 et 70. Elle a écrit quelques livres de recettes. Elle est décédée le 16 mars 2001 à Brossard.

8 juin 1912 : Naît à Grand-Mère Maurice Bellemare, homme politique. Dans sa jeunesse, il exerce plusieurs métiers, dont mesureur de bois et serre-freins. Il sera élu maire de Saint-Jean-des-Piles. En 1944, il devient membre de l’Union nationale et est élu et réélu député dans Champlain. Il est ministre dans les années 1950 et premier ministre suppléant du Québec en 1966, nommé président de la Commission des accidents de travail (1970 – 1972). En 1974, il est élu député de l’Union nationale, le seul de l’Assemblée nationale, mais il démissionne en décembre 1979. Il décède le 15 juin 1989 à Grand-Mère.

13 juin 1912 : Naît à Montréal Hector de Saint-Denys Garneau, poète, écrivain et peintre. Il s’établit à Montréal avec ses parents en 1923. Il poursuit ses études classiques dans différentes institutions montréalaises – Collège Sainte-Marie, Collège Loyola et Collège Jean-de-Brébeuf. Il suit des cours de peinture au Collège des beaux-arts. À l’âge de 16 ans, il contracte une fièvre rhumatismale causant des complications cardiaques. En 1934, il fonde la revue « La Relève » avec Robert Charbonneau, Robert Élie et Paul Beaulieu. Il publié un seul recueil de poèmes : Regards et jeux dans l’espace, en 1937, marquant un tournant dans la littérature québécoise. Il meurt , dans la région de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, le 24 octobre 1943.

23 juillet 1912 : Naît Maurice Raymond, artiste peintre. Né à Saint-Henri (île de Montréal), fils de Raoul Raymond et d’Isidoria Courville de 1930 à 1936, il étudie à l’École des beaux-arts de Montréal. En 1941, profitant d’une bourse d’études, il étudie un an aux États-Unis. Par la suite, il est engagé comme professeur de composition picturale à l’École des beaux-arts de Montréal. En 1956, il est membre fondateur de l’Association des Artistes Non-Figuratifs de Montréal. Il tient plusieurs expositions individuelles. En 1966 il participe à la fondation de la Société des Artistes professionnels du Québec (devenue depuis 1983 : Conseil des Artistes Peintres du Québec). En 1970, il entreprend des recherches sur la couleur. En 1977, il publie l’ouvrage Fixité relative des principales matières picturales. Il fait partie de plusieurs associations professionnelles au cours des ans. Il est décédé le 20 mars 2006 à Longueuil.

1913

2 février 1913 : Naît à Barcelone, en Espagne, Mercedes Palomino, actrice et co-fondatrice, avec Yvette Brind’Armous, du Théâtre du Rideau Vert, le plus ancien théâtre au Québec. Elle a été à la direction de son théâtre pendant plus de cinquante ans. Elle entre au service international de Radio-Canada, section de langue espagnole, en 1948. Elle est présidente du Centre international canadien du Théâtre (1970-1971), membre du bureau des Gouverneurs de l’École nationale de Théâtre du Canada (1969-1982), présidente de l’Association des Directeurs de Théâtre (1971-1985) et présidente des Théâtres associés (1986-2003). Elle a été nommée Membre de l’Ordre du Canada en 1983 et chevalier de l’Ordre national du Québec, en 1984. Elle a été lauréate de plusieurs prix, dont le Prix Victor-Morin (1984), le Prix Gascon-Thomas (1991), le Prix des arts de la scène du Gouverneur général (1992). Elle s’éteint à Montréal, le 18 avril 2006.

4 avril 1913 : Naît à Saint-Anicet Jules Léger, CP, CC, CMM, CD, le vingt-et-unième gouverneur général du Canada, de 1974 à 1979. Il commence sa carrière comme journaliste au quotidien Le Droit d’Ottawa. En 1938, il épouse Gabrielle Léger (1916-1998) et commence à enseigner dans à l’Université d’Ottawa. En 1940, il embrasse la carrière de diplomate. Il occupe successivement les postes d’ambassadeur du Canada à Londres, au Mexique, en Italie, puis en France. En 1969 il est sous-secrétaire d’État subordonné à G. Pelletier. Il est nommé gouverneur général en 1974, il aide à redéfinir le rôle du gouverneur général au Canada. À peine est-il nommé qu’une commotion cérébrale le prive de ses forces et de sa facilité d’élocution. Il ne s’en remet jamais entièrement mais parvient à force de courage à retrouver l’usage de la parole et termine dignement son mandat. Il meurt le 22 novembre 1980, à Ottawa, à l’âge de 67 ans.

12 juin 1913 : Naît à Sainte-Monique-de-Nicolet Jean Victor Allard, général canadien. Durant la Seconde Guerre mondiale, il sert au Collège d’état-major de l’armée à Kingston, en Ontario, en Angleterre, en Italie, en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne (dans la 6e brigade d’infanterie). Il termine la guerre avec le grade de brigadier. De 1945 à 1948, il est attaché militaire à Moscou. En 1953, il est à la tête de la 25e brigade d’infanterie en Corée et représente le Canada lors de la signature de l’armistice à Panmunjom. De 1961 à 1963, il commande la 4e division de l’Armée britannique du Rhin, une singulière expérience pour un Canadien. Il est le premier commandant de la Force mobile canadienne et chef d’état-major de la Défense du Canada. C’est le premier Canadien de langue française à recevoir de tels honneurs. Il décède à Trois-Rivières le 23 avril 1996.

18 juin 1913 : Naît Françoise Loranger, écrivaine, dramaturge et poétesse. Née à Saint-Hilaire, elle publie ses nouvelles dans la Revue populaire dès l’adolescence. En 1939, elle commence à écrire des feuilletons radiophoniques. En 1949, elle publie le roman Mathieu, portrait de la société québécoise, qui devient un succès. Dès 1950, elle écrit plusieurs dramatiques théâtrales pour télévision et adapte aussi des textes russes. Elle écrit une première version du téléroman Sous le signe du lion. De 1965 à 1970, elle publie plusieurs pièces de théâtre qui connaissent un vif succès. En 1978, elle crée à Télé-Québec le drame télévisé La dame de cent ans. Elle était mariée à l’architecte Jean Michaud qui était professeur à l’École d’Architecture de l’Université Laval à Québec. Le Prix littéraire du Gouverneur général lui a été décerné ( pièce Encore cinq minutes). Elle est morte le 6 avril 1995 à Montréal.

1913 : Naît Paul S. Major, avocat, membre de l’équipage du destroyer H.M.C.S. Ste-Croix coulé par l’ennemi dans le nord de l’Atlantique le 23 septembre 1943. Diplômé en 1937 de l’Université de Montréal, il s’enrôle dans la marine, notamment, dans la section Jacques Cartier, composée de marins canadiens français. Il est excellent meneur d’hommes. Il tombe lors d’un engagement naval qui dure quatre jours et trois nuits.

1913 : Naît Roland Filion, avocat. Il fait ses études secondaires au Collège Ste-Marie et son droit à l’Université de Montréal. Il est élu président de sa promotion en 1938, il est admis à la pratique du droit, la même année et s’associe à Me Marcel Lafontaine. Il joue un rôle important dans la défense des fonctionnaires municipaux. Il est mort en août 1944.

1914

11 avril 1914 : Naît Norman McLaren, réalisateur, considéré comme un des grands maîtres du cinéma d’animation mondial. Né à Stirling, Royaume-Uni, il étudie à l’École des beaux-arts de Glasgow avant d’émigrer au Canada. Il y travaille à l’Office national du film du Canada où il a produit ses courts métrages : il y grave les images directement sur la pellicule, il expérimente d’autres méthodes. Il obtient le prix Oscar du meilleur court-métrage, Voisins, en 1952, le prix spécial au BAFTA Awards dans la catégorie Canada avec Claude Jutra pour Il était une chaise et plusieurs autres récompenses. Il est fait Compagnon de l’Ordre du Canada, en 1983 et Chevalier de l’Ordre national du Québec, en 1985. Il meurt à Montréal, le 26 janvier 1987.

2 août 1914 : Naissance de Félix Leclerc. Surnommé le père de la chanson québécoise, il est tour à tour annonceur, comédien et dramaturge. Il devient chansonnier en 1950. Découvert par un imprésario français, Jacques Cannetti, il connaît d’abord le succès en France, où Jacques Brel et Georges Brassens s’inspirent de son style. Il revient souvent en tournée au Québec et il inspire une grande influence sur les chansonniers québécois. Il reçoit de nombreux prix et décorations. En 1970, il s’engage pour la souveraineté du Québec. Il décède à l’Île-d’Orléans, le 8 août 1988. Voir sa biographie détaillée : Félix Leclerc.

1914 : Naît Jacques de Lorimier Bourgeois, médecin, lieutenant chirurgien. Il étudie la médecine à l’Université de Montréal et obtient son diplôme avec grande distinction, en mai 1939. Il fait ensuite un stage d’internat d’un an à l’hôpital Notre-Dame de Montréal, puis il est admis à l’Hôpital Général de Toronto à suivre le « Gallien Course for Graduate Training in Surgery ». Il obtient le titre de Maître en chirurgie de l’Université de Toronto. Enrôlé volontaire en 1940, il demande à servir dans la marine de guerre canadienne et il permute dans la Marine Royale où il sert à bord du croiseur « Hartland ».  Il est mort dans le double accomplissement de son devoir; de marin et de médecin, lors de la batille d’Oran, le 8 novembre 1942., où le croiseur H.M.S. Hartland coule et sur lequel il est médecin de bord. Il se trouve sur la ligne de tir des canons vichystes alors qu’il opère sur un marin blessé, dans l’infirmerie du navire. Ses restes reposent dans le cimetière militaire de Halifax.

1915

1915 (date exacte inconnue) : Naît à Montréal Robert Élie, écrivain, dramaturge, essayiste.  Il obtient un baccalauréat ès arts du Collège Sainte-Marie de Montréal en 193. Il fait des études de lettres à l’Université de Montréal et de littérature anglaise et d’histoire à l’Université McGill. Il collabore à La Relève et à La Presse, puis fonde la revue Architecture, Bâtiment, Construction en 1947. Il devient directeur adjoint des services de presse et d’information à Radio-Canada en 1948, directeur de l’École des beaux-arts de la province de Québec en 1958, directeur du Conseil des Arts du Canada en 1959 et conseiller culturel de la Délégation générale du Québec à Paris en 1961. Il est auteur des romans La Fin des songes (1950), Il suffit d’un jour (1957) et plusieurs autres. Il est récipiendaire du Prix David en 1950. Il devient membre de la Société royale du Canada en 1955. Il est meurt  en 1973 à Montréal.

9 avril 1915 : Naît Daniel Johnson – père (baptisé Francis-Daniel), homme politique, premier ministre du Québec de 1966 à 1968. Né à Danville en Estrie en 1915, il est le fils de Francis Johnson et de Marie-Adéline Daniel. De 1928 à 1935, il fait ses études classiques au Séminaire de Saint-Hyacinthe. Puis, il étudie au Grand Séminaire de 1935 à 1937. Ensuite, il entreprend des études de droit à l’Université de Montréal. Il est admis à la pratique du droit en 1940. En 1946, il est élu député provincial de la circonscription de Bagot pour l’Union nationale. En 1955, il est élu vice-président de l’Assemblée législative. En 1958, il devient ministre des Ressources hydrauliques. Il est réélu député en 1960. Il mène l’Union nationale à la victoire à l’élection générale de 1966 et il est assermenté à titre de premier ministre le 16 juin 1966. Il occupe son poste jusqu’à son décès, survenu le 26 septembre 1968 lors d’une visite au chantier du barrage Manic 5.

12 juin 1915 : Naît à Montréal Émilien Allard, organiste, carillonneur, pianiste, clarinettiste, compositeur. Diplôme de carillonneur à l’École royale de carillon, Malines, Belgique en 1948. Chef de l’harmonie de Grand-Mère, titulaire du carillon de l’Oratoire Saint-Joseph à Montréal, titulaire du carillon de la Tour de la paix à Ottawa. Décédé à Ottawa, le 18 novembre 1977.

6 août 1915 : Naissance à Saint-Grégoire-le-Grand de Rina Lasnier, poète et dramaturge. Elle étudie au Collège Marguerite-Bourgeoys et à l’Université de Montréal, où elle obtient des diplômes en littérature française, en littérature et en bibliothéconomie. Plusieurs prix soulignent sa production diversifiée : essaies, contes, pièces de théâtre, mais surtout poésies, teintes de spiritualité et de lyrisme. Son premier recueil de poèmes Images et proses est publié en 1941. Le recueil Présence de l’absence, paru en 1956, obtiendra plusieurs prix. Elle est décédée le 9 mai 1997 à Saint-Jean-sur-Richelieu.

15 octobre 1915 : Naît Marcel Desjardins, journaliste sportif, directeur de la section des sports du journal La Presse, Intronisé au Temple de la renommée du hockey. Ne pas confondre avec Marcel Desjardins (1941-2003), lui aussi journaliste de La Presse et Marcel Desjardins, directeur général de la Ligue canadienne de football.

1916

1er janvier 1916 : Naissance à Québec de Gaby Verge (née Gabrielle Laflamme Verge), écrivaine et artiste peintre. Elle fait ses études primaires au couvent des Ursulines de Québec et poursuit des études d’infirmière. En 1939, elle fait du bénévolat dans la Croix-Rouge. En 1942, elle donne des cours de radio sans fil à Toronto et ensuite elle entraîne les navigateurs pour utiliser le radio sans fil à la Base militaire de L’Ancienne-Lorette. Inscrite au baccalauréat multidisciplinaire à l’Université Laval, elle reçoit son diplôme en 1999. Elle a publié ses mémoires «Pensionnaire chez les Ursulines dans les années 1920-1930», «Brumes et rumeurs». Elle est membre active de la Société d’Études et de Conférences, du groupe d’écriture «Les Scribouillards», elle a participé à des ateliers d’écriture.

15 avril 1916 : Naît à Bellerive Albert Dumouchel, artiste-peintre, graveur, professeur d’art. Né dans une famille d’artisans-ouvriers, il fait son cours classique au Séminaire de Valleyfield (aujourd’hui, Collège de Valleyfield). Dès 1936, il enseigne à ce Séminaire jusqu’en 1949. À partir de 1940, il devient également dessinateur de tissu à la Montréal Cottons de Valleyfield et professeur de dessin, d’histoire de l’art, de publicité et de photographie à l’Institut des Arts graphiques de Montréal (aujourd’hui Collège Ahuntsic). Il y met sur pied un atelier de gravure. Entre 1947 et 1951, il publie la série des Cahiers des ateliers des arts graphiques. Homme aux multiples talents; musicien, photographe et peintre, il sait promouvoir au Québec l’art de l’estampe. En 1964, L’Académie des Arts de Florence l’accueille parmi ses membres. Il décède le 11 janvier 1971 à Saint-Antoine-sur-le-Richelieu.

9 juin 1916 : Naît à Hull Jean-Philippe Dallaire, artiste-peintre. Il fait ses études primaires et son cours commercial à Hull. En 1936, il s’installe au monastère des Dominicains à Ottawa, où réalise une murale pour la chapelle. En 1938, il fréquente l’École des beaux-arts de Montréal. Il épouse Marie-Thérère Ayotte. Il reçoit une bourse du Gouvernement du Québec pour aller travailler à Paris. En 1940-1944, il est emprisonné par des Allemands. En 1944, il s’initie aux techniques de la tapisserie et il expose à la Galerie de la Maison des Beaux-Arts de Paris. De 1946 à 1952, il enseigne la peinture et le dessin à l’École des Beaux-Arts de Québec, ensuite il travaille pour l’Office national du film à Ottawa jusqu’en 1957. En 1959, il revient en France. Il décède à Vence (commune des Alpes-Maritimes) le 27 novembre 1965.

13 juin 1916 : Naît à Montréal Jacques Saint-Georges, docteur en sciences vétérinaires, professeur. Il fait ses études secondaires à l’École Saint-Stanislas et ses études universitaires à l’École de Médecine vétérinaire d’Oka. Il obtient son doctorat en 1940. Au sortir d’Oka, il s’engage dans l’hygiène publique et devient inspecteur sanitaire pour le comté de Drummond puis inspecteur fédéral pour le compte du Ministère d’Agriculture. En 1942, il devient professeur d’histologie, chaire qu’il occupe jusqu’à son décès. Depuis l’installation de l’École de Médecine vétérinaire à Saint-Hyacinthe en 1947, il est secrétaire de l’institution. Il est secrétaire du comité des Relations culturelles et scientifiques du Collège des Médecins vétérinaires du Québec, vice-président de la Caisse Populaire de Saint-Hyacinthe et premier marguillier à l’église du Sacré-Cœur de Saint-Hyacinthe.

18 juin 1916 : Naissance à Berlin, État du New Hampshire, États-Unis, de Gaston Allaire (Joseph Georges-Émile), musicologue, professeur, organiste, pianiste, compositeur. En 1918, sa famille vint s’établir à Danville, Québec. Il fait ses études à Victoriaville et à Québec et il travaille au Conservatoire national de Montréal, ensuite il poursuit ses études en composition et en histoire de la musique à l’Université du Connecticut. Il enseigne au collège Loyola à Montréal, à l’Université de Montréal et à l’Université de Moncton.

20 juin 1916 : Naît à Sainte-Agathe-des-Monts, Jean-Jacques Bertrand, homme politique, 21e premier ministre du Québec de 1968 à 1970. Après avoir étudié à l’université d’Ottawa et à l’Université de Montréal, il est admis au Barreau du Québec en 1941. Il occupe les fonctions de ministre de l’Éducation et ministre de la Justice dans le gouvernement de Daniel Johnson (père) et lui succède lorsque ce dernier décède dans l’exercice de ses fonctions. Il perd l’élection de 1970. Il est décédé le 22 février 1973, à Montréal.

4 juillet 1916 : Naît à Montréal, dans le quartier de Viauville, Fernand Leduc, artiste peintre. En 1938, il étudie à l’École des beaux-arts de Montréal. Dans les années 1940, il s’associe au groupe des Automatistes, fondé par Paul-Émile Borduas. Il signe le Refus global en 1948. Il habite à Paris entre 1947 1953. De retour au Canada, il fonde avec d’autres artistes l’Association des artistes non-figuratifs de Montréal, dont il devient le président, mais il vit de nouveau à Paris dès 1959. En 2006, à l’âge de 90 ans, il se réinstalle au Québec. En 2007, il reçoit le Prix du Gouverneur général en arts visuels.

25 juillet 1916 : Naît Lucien Saulnier, administrateur, politicien redoutable, premier président du comité exécutif de la Ville de Montréal, homme intègre et raffiné. À la fois pionnier, visionnaire et pragmatique, il formait un remarquable tandem avec le maire Jean Drapeau. M. Saulnier est décédé dans sa demeure de l’Île Bizard, le 22 juin 1989.

1er août 1916 : Naissance d’Anne Hébert à Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier (Sainte-Catherine-de-Fossambault à l’époque), grande écrivaine québécoise. Elle fait ses études à Québec, au Collège Notre-Dame-de-Bellevue et au Collège Mérici. Vers le milieu des années 1930, elle s’associe à La Relève et elle collabore à des émissions radiophoniques à Radio-Canada et à la production de textes pour l’Office national du film. Elle publie poèmes, nouvelles, romans, pièces de théâtre. Elle s’installe en France dans les années 1970. Elle décédera à l’hôpital Notre-Dame de Montréal le 22 janvier 2000 à l’âge de 83 ans. De nombreux prix soulignent l’oeuvre de cette grande auteure.

1917

3 janvier 1917 : Naît à Montréal Jacques de Tonnancour (Jacques Godefroy de Tonnancour), peintre et professeur de peinture. Il étudie à l’École des beaux-arts de Montréal. En 1948, il rédige le manifeste Prisme d’Yeux que quinze artistes québécois rendront public, mais qui tombera dans l’oubli après la parution du manifeste du Refus global, de Paul-Emile Borduas.

28 mars 1917 : Naît à Sherbrooke Claude Bertrand, médecin, spécialiste de renommée mondiale en neurologie. Il obtient son baccalauréat ès arts en 1934 et son diplôme en médicine de l’Université de Montréal, en 1940. Il obtient une bourse d’études Rhodes en 1940, et ensuite il travaille dans Oxford sous la direction du professeur LeGros Clarke et du professeur Graham Weddell. Compagnon de l’Ordre du Canada en 1971 pour ses travaux dans le domaine de la neurologie et la chirurgie neurologique.

7 août 1917 : Naissance de Marcel Baril, artiste peintre. Né à Warwick, il étudie à l’école des beaux-arts de Montréal de 1935 à 1942. Il étudie à Paris, de 1948 à 1951, il rentre ensuite au Québec, mais déçu des promesses, il s’établit définitivement en France, en 1954, où il occupe les fonctions de secrétaire général pour la Maison des étudiants canadiens à Paris, jusqu’à 1983, année de sa retraite.  Il s’adonne à la peinture surréaliste et figurative. Il est mort à Paris en 1999.

26 septembre 1917 : Naît à Amos Réal Caouette (baptisé Joseph-David-Réal Caouette), chef du mouvement créditiste québécois, partisan de la théorie du crédit social. Élu député à la Chambre des communes du Canada sous la bannière de l’Union des électeurs en 1946, il siège avec le Parti Crédit social une fois élu. En 1958, il devient le chef des créditistes au Québec. Il allie les théories créditistes au conservatisme social et un fort nationalisme québécois. Il se bat pour le bilinguisme à la Chambre des communes, remportant une victoire symbolique lorsqu’il obtient de la cafeteria du Parlement qu’il imprime ses menus dans les deux langues ; il réussit également à faire traduire en français le règlement de la Chambre des communes. Il anticipe la politique de bilinguisme introduite plus tard par Pierre Trudeau. Il meurt le 16 décembre 1976 à Ottawa. Après son décès, le mouvement créditiste amorce un déclin dont il ne se remettra jamais. Le parti fermera boutique dans les années 1990.

17 octobre 1917 : Naît à Dundee Kenneth Fraser, homme politique. Fils de William D. Fraser, cultivateur, et de Margaret Janet Templeton, il fait ses études à la Dundee Consolidated School. Il est conseiller municipal de Dundee de janvier 1954 à septembre 1958 et candidat libéral défait dans Huntingdon en 1960 et en 1962. Élu député libéral dans Huntingdon en 1966. Réélu en 1970 et en 1973. Défait en 1976. Il est décédé le 1er juin 2005 à Dundée.

1918

1918 (date exacte inconnue, d’autres sources parlent de 1920 ou de 30 novembre 1930) : Naît à Montréal Yvette Brind’Amour, actrice et co-fondatrice du Théâtre du Rideau Vert avec sa compagne Mercedes Palomino. En 1943, elle participe à la création du Théâtre de l’Équipe de Pierre Dagenais (1943-1948). Elle épouse Paul Gury (1888-1974), comédien, réalisateur, dramaturge et directeur du Théâtre National de Montréal. Elle joue dans les films et séries TV Fridolinons ; 14, rue de Galais, rôle de Tania ; : Opération-mystère : rôle d’Altaar ; Deburau ; Une maison… un jour… : Dominique ; La Lunule (The Pyx) : Meg ; Marisol ; Shades of Love: The Garnet Princess : rôle de Princess Theodora ; No Blame : Rôle de Margaret. Elle a été fait Officier de l’Ordre du Canada, en 1967. Elle s’éteint le 4 avril 1992.

23 juin 1918 : Naît Madeleine Parent, féministe et syndicaliste. Née à Montréal, elle fréquente le couvent Villa Maria ainsi que l’école Trafalgar. En 1936, elle entreprend des études en sociologie à l’Université McGill, où elle milite au sein du Student Christian Movement ou Canadian Student Assembly. En 1942, Madeleine Parent participe à l’organisation des ouvriers de la Dominion Textile sous la bannière des Ouvriers unis du textiles d’Amérique (OUTA). En 1946, elle participe aux grèves d’employés d’usines de Saint-Henri, d’Hochelaga et de Valleyfield. Elle est arrêtée à plusieurs reprises. Elle participe au Comité d’action pour le statut de la femme (de la Fédération des femmes du Québec) y porte notamment la cause des autochtones et des immigrantes. Elle se prononce pour le « Oui » lors du référendum de 1980. Elle meurt dans la nuit du 11 au 12 mars 2012, au centre hospitalier de soins de longue durée (CHSLD) Reine-Elizabeth, à Montréal, des suites de la maladie de Parkinson.

20 décembre 1918 : Naît à Champlain Jean Marchand, homme politique et syndicaliste. Sa mère, veuve, déménage à Montréal en 1929. Il étudie à l’Académie Saint-Joseph près de Québec. En 1939, il est admis à l’école des sciences sociales de l’Université Laval. Il devient le secrétaire général de la confédération des travailleurs catholiques du Canada en 1947. Lors de la grève d’Asbestos en 1949, il mène les grévistes.  Il se présente à l’élection fédérale de 1965, pour le Parti libéral. Il est élu et reçoit un poste dans le cabinet de Lester B. Pearson. En 1968, il refuse de mener la course à la direction du Parti libéral. Ensuite, dans le gouvernement Trudeau, il occupe divers postes. En 1976, il démissionne de son siège à la Chambre des communes. Il est nommé au Sénat du Canada et devient Président de la Chambre en 1980. Il est fait Compagnon de l’Ordre du Canada en 1986. Il a été nommé ministre de la citoyenneté et de l’immigration, puis ministre de la main d’œuvre et de l’immigration, ministre des forêts et du développement rural, ministre de l’expansion économique régionale, ministre des transports, ministre sans portefeuille, ministre de l’environnement en 1976. Il meurt le 28 août 1988, à St-Augustin-de-Desmaures.

1919

1er janvier 1919 : Naissance à Montréal de Sherrard Alexander Robertson (Sherry Robertson), joueur de baseball dans les ligues majeures, membre du Hall canadien de gloire. Il est mort le 23 octobre 1970, à Houghton, Dakota du Sud, États-Unis.

7 avril 1919 : Naît à Québec Roger Lemelin, écrivain et journaliste. Il doit interrompre ses études en raison de la récession économique. Autodidacte, il travaille dans l’industrie, ensuite il fait du journalisme. En 1944, il publie son premier roman, Au pied de la Pente Douce, où l’action se déroule au quartier Saint-Sauveur de Québec, qui est immédiatement salué par la critique. Il est l’auteur de Les Plouffe. Il fut aussi éditeur et éditorialiste du quotidien La Presse de 1972 à 1981. Journaliste pour Time, Life et Fortune, il entreprend, en 1953, l’adaptation pour la télévision de son deuxième roman, Les Plouffe, qui y connaît six ans de succès. À partir de 1961, il poursuit une carrière d’homme d’affaires. Il est éditeur et éditorialiste du quotidien La Presse de 1972 à 1981. Il meurt le 16 mars 1992, à Saint-Augustin-de-Desmaures.

17 avril 1919 : Naissance de Joseph-Georges-Gilles-Claude Lamontagne, officier de l’aviation, homme politique, lieutenant-gouverneur du Québec. Il étudie au Collège Jean-de-Brébeuf et à l’École des hautes études commerciales de Montréal. Il est pilote de bombardier pour l’Aviation royale du Canada, son avion est descendu et il est prisonnier de guerre jusqu’en 1945. Maire de la Ville de Québec de 1965 à 1977. Député libéral fédéral en 1977, ministre des Postes en 1978 et ministre de la Défense nationale en 1980, lieutenant-gouverneur du Québec de 1984 à 1990.

1er mai 1919 : Naît à Montréal Louis Jaque (né Louis-Jacques Beaulieu), peintre, sculpteur. Il est le fils de Joseph-Alphonse Beaulieu et d’Augustine Vanier. Il est co-fondateur et premier Président en 1969 de la Société des Artistes Professionnels du Québec. Ses murales monumentales témoignent des événements que furent l’Exposition universelle d’Osaka en 1970 (Pavillon du Québec) et l’inauguration de la Maison de Radio-Canada sur le boulevard Dorchester Est (aujourd’hui boulevard René-Lévesque) en 1972. Il est décédé le 7 janvier 2010, à l’Institut Universitaire de Gériatrie de Montréal, des suites d’une longue maladie.

12 juin 1919 : Naît à Saint-Cœur-de-Marie, région du Lac Saint-Jean, Lionel Cinq-Mars, phytopathologiste, botaniste et naturaliste. Il fait ses études au Collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière. Il obtient une maîtrise à l’Université McGill. En 1962, il est nommé professeur de botanique à l’Université Laval puis, en 1968, conservateur de l’herbier qu’il enrichit de plus de 10 000 spécimens. Il est l’auteur de quelque 70 publications scientifiques et naturalistes et le fondateur de deux revues de botanique. Il est mort à Québec le 6 août 1973. Voir aussi : Biographie de Lionel Cinq-Mars.

21 juin 1919 : Naît à Victoriaville Gérard Pelletier, journaliste, syndicaliste, homme politique, diplomate Il fait ses études Séminaire de Nicolet, au Collège Mont-Laurier et à l’Université de Montréal. Il est secrétaire général de la Jeunesse étudiante catholique du Québec (JEC) de 1939 à 1943 et secrétaire itinérant de la World Student Relief Organization à Genève de 1945 à 1947. En 1961, il devient le rédacteur en chef de La Presse, mais, en 1964, après une longue grève, les propriétaires du journal le congédient à cause de ses idées jugées trop radicales. Par le biais de Cité libre et de la Société Radio-Canada, il et ses camarades dénoncent le cléricalisme de l’Église. Il est secrétaire d’État aux Affaires extérieures de 1968 à 1972, puis ministre des Communications de 1972 à 1975 dans le gouvernement Trudeau, ambassadeur du Canada en France de 1975 à 1981, représentant du Canada aux Nations Unies, de 1981 à 1984. Il meurt à Montréal, le 22 juin 1997.

18 octobre 1919 : Naît à Outremont Pierre Elliott Trudeau (baptisé Joseph Philippe Pierre Yves Elliotte) homme politique, premier ministre du Canada du 20 avril 1968 au 3 juin 1979 et du 3 mars 1980 au 30 juin 1984. Il est fils de Joseph Charles Émile Trudeau, et de Grace Elliott. Il fait ses études au collège Brébeuf, à l’Université de Montréal, à l’Université Harvard au Massachusetts, à la London School of Economics. Il revient au Québec en 1949. Il se lance en politique fédérale en se présentant comme candidat libéral. En 1965, il est élu député de Mont-Royal. Le 20 avril il est remporté au pouvoir au Canada. Il est mort le 28 septembre 2000, à Montréal. L’aéroport international de Montréal-Dorval porte le nom Pierre-Elliott-Trudeau en son honneur. Une rue ainsi qu’un parc de Montréal portent aussi son nom.

4 novembre 1919 : Naît à Montréal Simonne Monet-Chartrand  syndicaliste, féministe et pacifiste. Fille d’Amédée Monet, juge, elle fait ses études primaires et secondaires au pensionnat de Marie-Rose. En 1937, elle entre à l’Université de Montréal. En 1942, elle épouse le syndicaliste Michel Chartrand. Dès 1939, elle accepte la cause du féminisme. Pendant toute sa vie elle lutte pour la cause de l’égalité des femmes. Mère de cinq enfants, elle est une des fondatrices de l’organisme Voix des femmes, de la fédération des femmes du Québec et d’autres organismes et associations. Pigiste, elle collabore à plusieurs revues, dont Châtelaine, La Vie en rose et Les têtes de pioche. En 1981, elle publie une autobiographie intitulée Ma vie comme rivière. En 1988, elle publie L’Espoir et le défi de la paix. Et 1990, elle publie une Histoire des femmes du Québec en 1990. Les cinéastes Alain Chartrand et Diane Cailhier ont réalisé un film en 1996 sur sa vie intitulé Ma vie comme rivière. Ils ont réalisé une télésérie en 2000 appelée Chartrand et Simonne avec les comédiens Luc Picard et Geneviève Rioux. Elle est morte le 18 janvier 1993 à Richelieu. Voir aussi : Biographie détaillée de Simonne Monet-Chartrand.

25 décembre 1919 : Naît à Montréal Paul David, cardiologue et homme politique. Il est le fils d’Athanase David, sénateur et ministre. Il est le fondateur de l’Institut de Cardiologie de Montréal (1954), il en a occupé les postes de directeur général, de directeur médical, de directeur des services professionnels. Il est auteur de plus de 170 publications scientifiques. Officier de l’Ordre du Canada (1968), Compagnon de l’Ordre du Canada (1984), sénateur canadien (1985), Grand officier de l’Ordre national du Québec (1998), Docteur honoris causa de l’Université de Lyon et l’Université d’Ottawa. Il est décédé le 5 avril 1999 à Montréal.

1920

25 février 1920 : Naissance à Sainte-Anne-de-Sabrevois (secteur de Saint-Jean-sur-Richelieu) de Gérard Bessette, journaliste, professeur, écrivain, dramaturge, poète. Son poème Le Coureur lui vaut un deuxième prix aux Concours littéraires du Québec de 1947 et il avait représenté le Canada aux Jeux olympiques de 1948 (section Poésie). En 1980, il reçoit le prix Athanase-David pour l’ensemble de son œuvre qui sera couronné aussi de nombreux autres prix. Il décède le 21 février 2005 à Kingston, Ontario.

21 juin 1920 : Naissance de Gilles Corbeil, à Montréal. Grand promoteur de l’art, il ouvre rue Crescent, la galerie Gilles Corbeil, vouée à la promotion des artistes québécois et étrangers contemporains de talent. En 1979, il crée la Fondation Émile Nelligan, destinée à la promotion de la littérature québécoise. À son décès, il lègue 1 million à la Fondation pour la promotion de la littérature et des arts. Décédé en 1986 (accident de voiture en Australie, date exacte?).

28 juillet 1920 : Naît à Strathmore (Île de Montréal) Pierre Vadeboncœur, écrivain, avocat, syndicaliste. Il obtient un baccalauréat ès arts au Collège Jean-de-Brebeuf en 1940, ensuite il fait ses études en droit à l’Université de Montréal et il obtient une licence en droit en 1943. Il s’implique dans le mouvement syndical, à la Confédération des syndicats nationaux (CSN), à compter de 1950. Il publie alors des textes dans la revue Cité Libre. Il est un acteur de premier plan des luttes ouvrières qui ont marqué le Québec à l’époque. Dans les années 1970, il se consacre à l’écriture. Il collabore aux journaux et revues Parti pris, Le Devoir, L’Action nationale, Socialisme, Maintenant et Le Couac. En 1963, il signe La Ligne du risque, qui reprend un certain nombre de ces écrits. Il décède le 11 février 2010.

1er août 1920 : Voit le jour à Saint-Majorique (Drummond) Gilles Hénault, écrivain, journaliste. Il fait ses études à l’école Chomedey-de-Maisonneuve. Il collabore à La Presse, au Canada, au Jour, au Devoir,  au Liberté, à La Barre du jour, au Les Herbes rouges, au Vie des artistes, aux services des nouvelles de Radio-Canada. Il est recherchiste à la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme et directeur du Musée d’art contemporain, écrivain résident à l’Université d’Ottawa et chargé de cours à l’UQAM. Il obtient le Prix Athanase-David (recueil de poèmes Sémaphore). Il s’éteint le 6 octobre 1996 à Montréal.

1er octobre 1920 : Naissance à Granby de Charles Daudelin, peintre, sculpteur, dessinateur, pionnier dans l’intégration de l’art à l’espace public, créateur de plusieurs œuvres publiques, gagnant des trophées des galas québécois Les Masques et Les Jutras. Il s’est adonné aussi à la confection de marionnettes (avec son épouse, Louise Daudelin). Il est mort le 2 avril 2001, à Kirkland, en Ontario.

naissances

Toute naissance est la renaissance d’un ancêtre (Proverbe africain) Photo : Grandquebec.com

 Voir aussi :

3 Comments

  1. Daniel Doyon

    2016/07/08 at 8:41

    Pacifique « Pax » Plante

    Né à Montréal dans la paroisse Saint-Jean-Baptiste-de-Montréal le 15 juillet 1907, et baptisé 2 jours plus tard, le 17, sous le nom de « Joseph Pacifique Roy-Plante ». Son père est un avocat du nom de Léandre Plante et sa mère se nomme Emma Roy. Son parrain est Pacifique Roy et sa marraine, Marie Anne Etheldrède.

  2. Daniel Doyon

    2016/07/08 at 9:24

    Cécile Chabot

    Née et baptisée sous le nom de « Marie Delia Hortense Gertrude Cécile Chabot » à l’Annonciation (Labelle) le 11 septembre 1907.

    • admin

      2016/07/09 at 5:33

      Bonjour, merci pour votre aide, on vient de mettre à jour les données.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>