XXe siècle

Ligne du temps : 1969

Ligne du temps : 1969

Ligne du temps : 1969

5 janvier 1969 : Lors de l’inauguration d’un pipeline construit par l’Imperial Oil à Drummondville, le ministre de l’Industrie et du Commerce du Québec, Jean-Paul Beaudry, révèle que 75 millions de dollars ont été investis dans l’industrie pétrolière québécoise en 1968.

11 février 1969 : À Montréal, l’Université Sir Georges-Williams est le théâtre de violentes manifestations qui font de lourds dégâts. En 1974, l’Université Sir Georges-Williams et le Collège Loyola, après leur fusion, deviendront une seule institution connue comme Université Concordia, remarquable par ses bagarres et manifestations extrémistes.

13 février 1969 : Un attentat à la Bourse de Montréal fait au moins 27 blessés. Le FLQ (Front de Libération du Québec) est soupçonné d’être à l’origine de cet acte terroriste.

17 février 1969 : La conférence internationale de la francophonie réunit à Niamey, capitale du Niger, les représentants d’une trentaine de pays. La délégation québécoise est dirigée par Marcel Masse, député unioniste du comté de Montcalm. La délégation du Canada est menée par le secrétaire d’État Gérard Pelletier. Malgré divers compromis, on constate toujours une certaine tension entre les représentants des deux gouvernements. Le discours prononcé par le secrétaire d’État Pelletier est interrompu par un «Vive le Québec libre» lancé par l’artiste Pauline Julien, membre de la délégation du Québec. Les divergences entre Québec et Ottawa éclatent au grand jour.

24 mars 1969 : Les statistiques publiées par le gouvernement révèlent que le textile constitue la deuxième industrie en importance au Québec. Les usines de textile fournissent 53 000 emplois et rapportent près de 900 millions de dollars chaque année.

27 mars 1969 : Le gouvernement fédéral envoie 3 126 avis d’expropriation aux résidents de Sainte-Scholastique, Terrebonne, Argenteuil et Deux-Montagnes en vue de la construction de l’aéroport international de Mirabel.

28 mars 1969 : Le Mouvement pour l’intégration scolaire (MIS) organise une manifestation exigeant la francisation de l’Université McGill, principale université anglophone de Montréal, qui est aussi la plus ancienne université du Canada. L’«Opération McGill» est conçue par le professeur Stanley Grey, membre fondateur du MIS. Malgré la situation tendue, la manifestation McGill francais se déruole sans effusion de violence.

1er avril 1969 : Pierre-Paul Geoffroy, militant du Front de libération du Québec (FLQ), est condamné à la prison à vie (plutôt à 124 fois la prison à vie).

vieux port habitat 1967

Vieux-Port de Montréal, vue de l’édifice Habitat 1967

9 avril 1969 : Le premier hydroglisseur de la Marine canadienne, le Bras d’Or, passe ses premiers essais avec succès.

14 avril 1969 : L’équipe de baseball des Expos de Montréal dispute son premier match à Montréal, au parc Jarry. Les Montréalais l’emportent par 8 à 7 contre les Cardinals de Saint-Louis. Montréal obtient ainsi sa propre concession dans la ligue nationale de baseball: les Expos de Montréal.

24 avril 1969 : Démission surprise de Paul Hellyer, ministre des Transports fédéral.

4 mai 1969 : L’équipe de hockey des Canadiens de Montréal gagne la coupe Stanley. Le club remporte la série finale qui l’oppose aux Blues de Saint-Louis par quatre parties à zéro et sable le champagne.

14 mai 1969 : Manifestation silencieuse de plus de 20 mille enseignants devant le Parlement du Québec. La Corporation des enseignants du Québec (CEQ) tente d’obtenir un règlement dans le conflit qui les oppose au gouvernement du Québec et d’éviter ainsi l’adoption d’une loi spéciale.

15 mai 1969 : Le projet de Loi omnibus est adopté par la Chambre des communes. Les députés se prononcent majoritairement en sa faveur par 149 contre 55, l’opposition provenant d’un libéral, de 11 créditistes et de 12 conservateurs. La loi omnibus apporte d’importants changements à différents aspects du Code pénal du Canada. Parmi les modifications, on retrouve des dispositions permettant la légalisation de l’avortement en cas de menace à la santé de la mère, ainsi que d’autres mesures qui facilitent l’accessibilité à un divorce ou décriminalisent l’homosexualité entre deux adultes consentants. La loi aborde le thème de la légalité des loteries, celle de l’usage de l’ivressomètre pour les automobilistes soupçonnés de conduire leur véhicule en état d’ébriété, etc.

18 mai 1969 : Début des expropriations à Sainte-Scholastique en vue de la construction du nouvel aéroport international de Montréal.

21 mai 1969 : Le ministre fédéral des Affaires indiennes et du Nord, Jean Chrétien, annonce la création du premier parc national au Québec. Il s’agit du parc Forillon, en Gaspésie.

26 mai 1969 : John Lennon, membre des Beatles, arrive à Montréal pour un séjour prolongé.

26 mai 1969 : Ouverture à Montréal du 52e Congrès des chimistes canadiens qui discuteront plusieurs sujets tels que les procédés synthétiques pour convertir l’azote de l’atmosphère en ammoniac, ainsi que les nouveautés de la recherche chimique au Canada.

28 mai 1969 : En conférence de presse, le ministre de la Défense du Canada, M. Léo Cadieux, cause tout un émoi à Bruxelles en révèlant que le gouvernement fédéral avait l’intention de réduire le total de ses forces basées en Europe.

28 mai 1969 : Le Canada participe au Salon de l’aéronautique et de l’espace de Paris. Pour la première fois, le Canada aura son pavillon à ce Salon qui logera 28 exposants.

31 mai 1969 : Plusieurs personnalités, dont le premier ministre du Canada, Pierre Elliott Trudeau, assistent à l’ouverture du Centre national des arts d’Ottawa. Ce complexe de 50 millions de dollars est le plus important du genre au Canada.

11 juin 1969 : Début de la troisième conférence constitutionnelle fédérale-provinciale. Pour la première fois, le public et la presse en sont écartés.

21 juin 1969 : M. Jean Jacques Bertrand est élu chef de l’Union nationale. Il est également confirmé dans ses fonctions de premier ministre du Québec.

21 juin 1969 : La grève des employés de la Voie maritime du Saint-Laurent bloque 70 bateaux océaniques.

24 juin 1969 : Lors du défilé de la Saint-Jean-Baptiste, à Montréal, des chars allégoriques sont renversés et des vitrines brisées par des activistes nationalistes qui protestent contre la participation de représentants du gouvernement fédéral aux festivités.

2 juillet 1969 : Première entente de coopération entre le Québec et le Gabon; échange de professeurs et d’étudiants.

7 juillet 1969 : Le projet de loi sur les langues officielles est approuvé par la Chambre des communes du Parlement canadien en troisième lecture. Cette loi donne au Canada deux langues officielles : l’anglais et le français. Elle touche toutes les institutions fédérales qui devront devenir bilingues ; l’un des objectifs visés est de faciliter l’accès à plus de Francophones à la fonction publique fédérale. La sanction royale aura lieu le 7 septembre prochain (voir cette date).

7 juillet 1969 : Cinq bombes éclatent sur des chantiers de construction à Montréal.

10 juillet 1969 : Fin de la grève de 59 jours dans la construction au Québec.

16 juillet 1969 : Destination Lune. Il est 9 heures 32. Un énorme nuage de fumée et de vapeur, un sourd grondement qui va en s’amplifiant, une gigantesque colonne pointée vers le ciel vacille lourdement sur son socle, semble hésiter, puis, comme à regret, s’élève lentement portant le vaisseau spatial Apollo XI au sommet de son troisième étage, la fusée géante Saturne 5 a été mise au feu, le 16 juillet 1969 : Destination Lune. Au sol, les chronos marquent maintenant un nouveau compte, celui qui va s’écouler jusqu’au moment où les astronautes Neil Armstrong, 38 ans, et Edwin Aldrin, 29 ans, mettront le pied sur la Lune après une odyssée de quatre jours dans l’espace, tandis que leur compagnon Michael Collins, 38 ans, les attendra aux commandes d’Apollo en tournant autour de l’astre de la nuit. C’est de cette manière que dans son édition du 16 juillet 1969, La Presse soulignait le départ de l’équipage d’Apollo XI en direction de la Lune. Au sein de l’équipage se trouvait Neil Armstrong, qui aura quelques jours plus tard l’honneur d’être le premier être humain à mettre le pied sur la surface lunaire.

18 juillet 1969 : Paul Dozois, ministre des Finances du Québec, démissionne. Il est possible que cette démission donne lieu à un profond remaniement ministériel.

4 août 1969 : Ouverture de la 10e conférence annuelle des premiers ministres provinciaux, à Québec. Les provinces font front commun pour demander à Ottawa de se tenir à l’écart des municipalités. Après des mois de discussions et la création des commissions d’étude, les gouvernements des provinces, des Territoires et les représentants de quatre groupes autochtones parviennent à concocter un projet d’accord constitutionnel – l’Accord de Charlottetown – dont l’acceptation par le gouvernement du Québec signifierait un recul par rapport au consensus établi à la Commission Bélanger-Campeau. Le premier ministre du Québec, Robert Bourassa, juge même, à ce moment, que ce projet s’inscrit au registre du « fédéralisme dominateur ».

7 août 1969 : M. Fernand Michon, de Longueuil, reçoit le titre de Travailleur de l’année pour la conception d’outils spéciaux utilisés dans la fabrication des pieds d’atterrissage du module lunaire d’Apollo XI.

7 août 1969 : Mise en tutelle de la ville d’Anjou.

8 août 1969 : Le gouvernement du Québec approuve la fusion des villes de Longueuil et Jacques-Cartier.

11 août 1969 : Le gouvernement fédéral du Canada remet 125 millions de dollars au gouvernement du Québec et se retire des programmes d’habitation. D’après cette nouvelle entente signée par Québec et Ottawa, le gouvernement fédéral prêtera une somme de 124,9 millions de dollars au gouvernement du Québec pour la réalisation de programmes d’habitation.

16 août 1969 : Ouverture des premiers jeux d’été canadiens à Halifax-Dartmouth, en Nouvelle-Écosse. Plus de 2 500 athlètes, dont 250 du Québec, participent.

20 août 1969 : Trois bombes éclatent presque simultanément dans la région de Montréal.

22 août 1969 : Le ministre de la justice du Québec, M. Rémi Paul, dévoile un programme en dix points pour mettre fin à la vague d’attentats à la bombe qui déferle sur la province.

27 août 1969 : Élections générales en Colombie-Britannique : les créditistes gagnent 39 sièges, les néo-démocrates 11 et les libéraux cinq.

28 août 1969 : M. Jean Lesage, ex-premier ministre du Québec, annonce qu’il abandonne la présidence du Parti libéral du Québec et quitte la politique.

3 septembre 1969 : L`Assemblée populaire organisée à Saint-Léonard par la Ligue pour l’intégration scolaire (LIS) dégénère en une violente bagarre ethnique qui fait quatre blessés. Les belligérants ont choisi notamment les chaises comme projectiles. Le conflit commence à la suite de l’irruption dans la salle d’une cinquantaine de citoyens d’origine italienne. La LIS voulait protester contre la solution proposée par le ministre de l’Éducation Jean-Paul Cardinal, pour résoudre le problème de Saint-Léonard, soit l’établissement d’une école privée anglophone financée à 80 p. cent pour les fonds publics.

4 septembre 1969 : Melville Watkins, économiste de l’Université de Toronto et militant du Nouveau Parti démocratique (NPD), dévoile le manifeste «Pour un Canada indépendant et socialiste». Watkins et un groupe de militants de l’aile gauche du NPD entendent influencer le congrès national que leur parti tiendra à Winnipeg en octobre. Leurs positions seront toutefois défaites.

7 septembre 1969 : Le gouvernement canadien dirigé par Pierre Elliott Trudeau fait adopter par la Chambre des communes la Loi C-120 faisant de l’anglais et du français les langues officielles au Canada.

11 septembre 1969 : Le Français Jacques Mesrine et sa compagne Jeanne Schneider, accusés du meurtre d’Évelyne LeBouthillier, propriétaire du Motel Les Trois Soeurs, à Gaspé, s’évadent de leurs cellules le premier jour du procès.

14 septembre 1969 : Le pétrolier brise-glace américain Manhattan devient le premier navire de commerce à traverser le passage du Nord-Ouest, dans l’Arctique.

15 septembre 1969 : Le docteur Gustave Gingras, directeur du Centre de réadaptation de Montréal, est proclamé co-lauréat du prix Albert Lasker de médecine, l’une des plus hautes distinctions mondiales décernées pour les travaux sur les handicapés.

19 septembre 1969 : L’économiste Jacques Parizeau passe officiellement dans les rangs du Parti québécois. Le nouveau péquiste tentera de représenter le comté d’Ahuntsic lors des prochaines élections provinciales.

24 septembre 1969 : L`Ontario décide d’interdire le D.D.T. à partir du 1er janvier 1970 et devient ainsi la première province canadienne à interdire cette substance.

26 septembre 1969 :
Le barrage Manic-5 est rebaptisé barrage Daniel-Johnson, en souvenir de celui qui a été premier ministre du Québec de 1966 à 1968.

29 septembre 1969 : Une bombe cause des dégâts considérables à la résidence du maire de Montréal, M. Jean Drapeau. Lors de l’explosion, le maire se trouvait dans son restaurant, le Vaisseau d’Or.

2 octobre 1969 : Andreï Gromyko entreprend la première visite au Canada d’un ministre soviétique des Affaires étrangères.

7 octobre 1969 : Ottawa rétablit avec le Gabon ses relations, qu’il avait rompues en février 1968 parce que Libreville avait invité le Québec à un colloque sur l’éducation.

7 octobre 1969 : Grève illégale de 16 heures de plus de 3 700 policiers et 2 500 pompiers de Montréal. Des commerces du centre-ville sont pillés. La Sûreté du Québec, la Gendarmerie royale du Canada et l’armée canadienne doivent intervenir pour ramener la paix à Montréal. Un membre de la Sûreté du Québec est tué par balle et plusieurs personnes sont blessées. La grève s’achève après l’adoption d’une loi spéciale sur le retour au travail des policiers et des pompiers et sur la promesse de créer une Communauté urbaine de Montréal qui regrouperait tous les corps de police de l’île de Montréal.

7 octobre 1969 : Profitant de la grève des policiers de Montréal, des membres du Mouvement de libération du taxi improvisent une manifestation devant l’Hôtel de ville de Montréal. Ils se rendent ensuite au garage de la compagnie Murray Hill Limousine Service (qui détenait le monopole à l’aéroport de Montréal), où ils se livrent à un saccage dont les dommages seront évalués à des centaines de milliers de dollars.

9 octobre 1969 : Jean de Lipkowski, secrétaire d’État français aux Affaires étrangères, en visite à Montréal, refuse de se rendre dans la capitale fédérale du Canada, ce qui provoque une certaine tension entre Ottawa et Paris.

11 octobre 1969 : L’administration Drapeau-Saulnier fait effectuer des perquisitions aux locaux de la Compagnie des jeunes canadiens.

15 octobre 1969 : Le cardinal Paul-Émile Léger reçoit le prix de $50 000 de la Banque Royale, pour avoir consacré sa vie au service de l’humanité.

15 octobre 1969 : Un premier israélite devient ministre à Ottawa, Herb Gray.

15 octobre 1969 : John Everett Robbins, d’Ottawa, ex-président de l’université de Brandon, devient le premier ambassadeur canadien au Vatican.

16 octobre 1969 : Une dizaine de détenus de la prison de Bordeaux s’échappent d’un fourgon cellulaire, ce qui déclenche une des chasses à l’homme les plus spectaculaires de l’histoire de Montréal.

23 octobre 1969 : Dépôt d’un projet de loi 63, mieux connue sous son appellation anglaise « bill 63 ». Cette loi devait s’appeler Loi pour promouvoir l’enseignement de la langue française au Québec. Tel que libellé lors de son dépôt, le projet de loi visait à confirmer pour les parents la possibilité de choisir, entre le français et l’anglais, la langue dans laquelle l’enseignement sera donné à leurs enfants; assurer que les enfants de langue anglaise du Québec acquièrent une connaissance d’usage de la langue française; assurer que les personnes qui s’établissent au Québec acquièrent, dès leur arrivée, la connaissance de la langue française. Dès son dépôt, un regroupement contre la loi 63 voit le jour: Le Front commun du Québec français. Selon le FCQF, «donner le choix aux parents équivaut à donner à la langue anglaise un statut juridique égal à celui de la langue française». Le FCQF exige que l’Assemblée nationale proclame l’unilinguisme français à tous les niveaux.

24 octobre 1969 : À Toronto, la University of Toronto Homophile Association (UTHA) constitue le premier regroupement de gais et lesbiennes au Canada.

27 octobre 1969 : Début des manifestations contre le projet de loi 63 sur le principe de la liberté de choix dans le domaine de la langue d’enseignement au Québec, déposé par le gouvernement de Jean-Jacques Bertrand. La Ligue pour l’intégration scolaire (LIS) et le Front du Québec français manifestent dans les rues de Montréal, devant les Cégeps de différentes villes de la province et devant le Parlement du Québec en faveur de l’unilinguisme français.

28 octobre 1969 : Plus de 20 mille étudiants descendent dans la rue pour protester contre le projet de loi 63 (v. la nouvelle du 27 octobre 1969).

30 octobre 1969 : La Confédération des Syndicats Nationaux (CSN) retire son appui au « bill 63 ».

31 octobre 1969 : Le Front commun du Québec français organise une grande manifestation devant le parlement de Québec. Pour la première fois depuis la fondation du regroupement, la violence éclate et la police intervient. Plus de 50 000 personnes dénoncent le bill 63, qui ouvre l’école britannique à tous les élèves; le gouvernement Bertrand et l’opposition libérale s’uniront pour le faire adopter.

langue française

Célébrations de la Fête nationale du Québec en 2011, aucune violence ! Photo : © Serge Keln

7 novembre 1969 : Manifestation du Front de libération populaire (FLP), du Mouvement syndical populaire, de la Ligue socialiste ouvrière, du Conseil central de Montréal, affilié à la Confédération des syndicats nationaux, de la Ligue pour l’intégration scolaire et du Comité d’aide Vallières-Gagnon contre la répression politique au Québec.

11 novembre 1969 : Deux députés libéraux, René Lévesque et Yves Michaud, font de l’obstruction parlementaire comme une nouvelle tactique pour faire échec au projet de loi 63 (bill 63).

12 novembre 1969 : Le maire de Montréal, Jean Drapeau, fait voter l’interdiction pour 30 jours de manifester à Montréal. Cet édicte anti-manifestation est fort contesté par l’opinion publique.

18 novembre 1969 : Une grande manifestation se tient à Montréal contre le règlement municipal du 12 novembre qui a interdit les défilés et les attroupements dans les lieux publics.

18 novembre 1969 : Les débats à l’Assemblée nationale autour du projet de loi 63 (bill 63) tournent à l’aigre. René Lévesque et Yves Michaud, de l’opposition libérale, réussissent à imposer de nombreux changements. L’article numéro 4, qui contenait des dispositions dans le secteur de l’enseignement, déborde maintenant largement le secteur de l’éducation. Le parlement consent à rebaptiser le projet de loi : « Loi pour promouvoir la langue française au Québec ».

20 novembre 1969 :
Le gouvernement de Jean-Jacques Bertrand (Union nationale) fait adopter la loi 63 à l’Assemblée nationale, consacrant le principe de liberté de choix dans le domaine de la langue d’enseignement. 67 députés ont voté pour; 5 contre (dont René Lévesque et Yves Michaud) ; et il y a eu 2 abstentions.

1er décembre 1969 : Le ministre d’État à l’Éducation du Québec, Jean-Marie Morin, préside la délégation canadienne à la conférence des pays francophones sur l’éducation qui se tient à Paris.

2 décembre 1969 : Un incendie détruit l’hospice «Le repos du vieillard» à Notre-Dame-du-Lac, dans le Bas Saint-Laurent. Trente-huit personnes perdent la vie.

12 décembre 1969 : L’Assemblée nationale adopte la Loi sur l’aide sociale, qui fait suite aux recommandations du rapport Boucher, définit la notion de famille, de chef de famille et d’enfant à charge. Cette loi prendra effet à partir du 1er novembre 1970. Au cours des décennies précédentes, diverses mesures d’aide financière aux personnes nécessiteuses ont été implantées au Québec et elles ont toutes été intégrées par la nouvelle Loi sur l’aide sociale. Cette loi établit le droit à l’assistance pour tout individu dans le besoin, quelle que soit la cause de sa situation. Les jeunes de moins de 30 ans qui sont aptes au travail reçoivent une allocation nettement inférieure à celle de leurs aînés (en 1974, la Loi sur l’aide sociale sera amendée pour tenir compte de l’augmentation des allocations familiales accordées par le gouvernement fédéral).

19 décembre 1969 : Pour faire face à la violence engendrée par certains mouvements nationalistes québécois, le premier ministre Pierre Elliott Trudeau propose le recours au Service du contre-espionnage des Forces canadiennes et envisage l’emploi de moyens «clandestins» par la Gendarmerie Royale du Canada.

22 décembre 1969 : La Cour suprême du Canada déclare illégale la «taxe volontaire» de 2 $ perçue par la Ville de Montréal auprès de ses contribuables. Le maire de Montréal, Jean Drapeau, avait instaurée cette pratique, surnommée «la loterie du maire», en mai 1968. Cette «taxe» permettait de participer à des tirages, et Montréal aurait recueilli ainsi plus de 17 millions de dollars en recettes brutes. Le gouvernement québécois approuvera en janvier 1970 la loi sur la création de Loto-Québec.

Sans date exacte (date à concrétiser) :

1969 : Fondation de l’UQAM – Université du Québec à Montréal.

1969 : Premier mariage civil de l’histoire du Québec. Les fiancés Viviane DeBaene et Bernard Deslages sont unis par un fonctionnaire de l’État.

1969 : Création du Ministère des Communications du Canada (aujourd’hui Ministère du Patrimoine canadien) et du Ministère des Communications du Québec (aujourd’hui Ministère de la Culture et des Communications). Les organismes tiennent des audiences publiques pour élaborer une politique de radiodiffusion.

4 Comments

  1. Serge Pilon

    2012/11/01 at 12:09

    Je viens de voir cette émeute à Radio-Canada. Cette émeute a eu lieu en 1968, à la veilles des élections et non en 19669

    Serge Pilon

  2. admin

    2012/11/04 at 4:50

    Bonjour Monsieur Pilon. Merci pour vos corrections, c’est toujours apprécié.

    Mais non, les événements débutent en 1968, mais l’émeute de Sir George Williams a lieu le 11 février 1969, voir, par exemple, cet article détaillé : http://www.histoiredesnoirsaucanada.com/events.php?themeid=21&id=21

    La manifestation violente du 24 octobre a eu lieu également en 1969.

    Merci encore!

  3. Benoit Valiquette

    2013/10/18 at 1:24

    « 18 novembre 1969 : Une grande manifestation »

    Pouvez vous vérifier svp. Il me semble que c’est le 28 novembre et non le 18 novembre.

    http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/pages/evenements/21041.html

  4. admin

    2013/10/18 at 6:54

    Bonjour M. Valiquette.

    Merci pour votre remarque.

    Il se peut que vous avez raison, mais il nous faudra effectuer des recherches pour préciser la date. Pour l’instant, la source que vous citez, est la seule qui parle du 28 novembre et une erreur de frappe peut être à l’origine de cette date (avec tout le respect pour l’UdeSh). Par contre, aucune source, à l’exception de notre site Web et deux textes copiés à partir de notre site par des inconnus, ne parle du 18 novembre. Ainsi, une excursion à la BANQ s’impose, ce qui est toujours louable. On corrigera la date dans les délais les plus proches s’il s’avère qu’on s’est trompé. Merci.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>