XXe siècle

Ligne du temps : 1902

Ligne du temps : 1902

Ligne du temps: 1902

Quelques statistiques : La province de Québec compte 137 succursales bancaires. Shawinigan-Falls compte 2 000 habitants

2 janvier 1902 : La Compagnie de tramways de l’Est parisien innove, en utilisant pour l’entretien de fils aériens des tramways et la remise sur le rail des tramways déraillés, un véhicule automobile à plateforme escamotable, capable de porter un poids de 500 kg et six employés de la compagnie. Le véhicule, appelé l’échafaudage-automobile a été construit par la Société d’automobiles Delahaye, et c’est à un Canadien montréalais Douglas Macdonald que l’on le doit.

31 janvier 1902 : Fin de la guerre en Afrique du Sud, où 277 soldats canadiens ont été morts et 252 blessés.

1er février 1902 : Aux élections de Montréal, James Cochrane l’emporte sur le candidat de la haute finance M. Richard Wilson-Smith. M. Cochrane ayant obtenu 11409 voix, contre 15400 voix pour Wilson-Smith.

3 février 1902 : Le Théâtre des Nouveautés ouvre ses portes. C’est le deuxième théâtre professionnel permanent au Québec.

4 février 1902 : La Montreal Amateur Athletic Association remporte la Coupe Stanley lors d’une série de trois parties contre les Victorias de Winnipeg par 2 à 1. La MAAA remportera également la Coupe Stanley en 1903. Cette équipe fut la toute première à gagner la Coupe Stanley en 1893 et en 1894.

18 février 1902 : Création de la Société du parler français à l’Université Laval.

22 février 1902 : Une révolution dans l’industrie du ferrage des chevaux. Après des recherches actives et minutieuses, M. R.W. Bouchemin, un Canadien français de Calgary, est parvenu à trouver un fer à cheval sans clous. L’invention parait être de la plus grande importance, puisqu’elle éliminera de grands inconvénients, dans les longs voyages, et aussi en ce qu’elle réduira de beaucoup les dépenses du ferrage. Le fer du M. Bouchemin est composé de deux parties distinctes surmontées d’une rainure qui emboîte le pied du cheval, et s’y adapte au moyen d’une vis qui relie les deux parties ensemble. Cette patente est actuellement exposée au #97, rue Saint-Jacques, à Montréal, où elle peut être examinée par tous ceux que la chose peut intéresser.

2 mars 1902 : Début de la première session du 12e Parlement de Québec.

21 mars 1902 : Stanislas Lacroix, condamné à la peine capitale pour l’assassinat de sa pauvre femme et d’un infortuné vieillard en 1900, à Montebello, expie le meurtre de deux personnes. Il a été exécuté ce matin dans la prison de la ville de Hull (aujourd’hui Gatineau). Le corps a été rendu à la famille à 18 heures le même jour. La moitié de la population du village de Montebello escorte la dépouille mortelle de Lacroix jusqu’à la maison de ses parents. Cette exécution a provoqué la première vague de protestations contre la peine capitale au Canada. Cette pendaison a été la dernière exécution par pendaison publique au Canada.

26 mars 1902 : Adoption d’une loi accordant une subvention au théâtre Monument national.

29 mars 1902 : La journaliste Robertine Barry, une des premières femmes de lettres canadienne-française, fonde Le Journal de Françoise, une publication bimensuelle qui dénoncera les injustices sociales au Québec. C’est un journal littéraire qui publie des romans-feuilletons, des contes, des légendes, des poèmes, des pages pour les enfants et des chroniques sur la mode. Le dernier numéro paraîtra en avril 1909. Ce journal est l’une des premières publications au Québec à se prononcer pour l’égalité entre les femmes et les hommes.

31 mars 1902 : Décès à Montréal du sénateurs A. W. Ogilvie. Il a succombé à une pneumonie, à l’âge de 72 ans.

1er avril 1902 : Construction d’un élévateur à grains au port de Montréal.

3 avril 1902 : Le port de Montréal débute une autre saison.

15 avril 1902 : La construction du pont des chars sur la rivière Saint-François est marquée par un tragique accident qui coûte la vie à quatre personnes. On entreprend la pose du tablier de fer à 1.30 de l’après-midi. Le vent, qui souffle avec une extrême violence, prend tout à coup les proportions d’un cyclone et fait écrouler les chevalets de la rive de Saint-François, sur une longueur de deux arpents et demi à partir de la rivière. Quatre ouvriers qui se trouvent dessus sont tués : Daniel Garon, de Pierreville; Joseph Joyal, Edmond Nadeau et Cyrille Salois, de Saint-François. On retire des décombres trois cadavres affreusement mutilés, et un quatrième coupé en deux.

27 avril 1902 : Le député libéral Henri Bourassa prononce un discours anti-impérialiste au Monument National.

28 avril 1902 : Mort de Mgr Cyprien Tanguay, à Ottawa, à l’âge de 83 ans, auteur du Dictionnaire généalogique des familles canadiennes.

9 mai 1902 : Le navire norvégien Longfellow échoue en face du village de Petit-Matane.

paysage du st laurent bic

Paysage dans les environs du Bic, dans le Saint-Laurent. Photo : © GrandQuebec.com

31 mai 1902 : Fin de la guerre des Boers en Afrique du Sud. 277 soldats canadiens y ont été tués et 252 blessés. Cette guerre de 3 ans a causé des remous au Canada français à la suite de la décision de Wilfrid Laurier, premier ministre du Canada, d’envoyer des troupes canadiennes en réponse aux demandes du Canada anglais.

12 juin 1902 : Thorvald Hansen, jugé coupable du meurtre de Eric Ellen Marcotte, un garçon de 8 ans, est pendu à Montréal devant des centaines de personnes.

24 juin 1902 : Célébrations du cinquantenaire de l’Université Laval. Joseph Vézina y dirige un choeur de 300 voix dans deux exécutions de l’oratorio Le Paradis perdu de Théodore Dubois.

23 juillet 1902 : Un incendie rase le monastère historique des Trappistes d’Oka. La bibliothèque, le cellier, les jardins et tous les bâtiments entourant le monastère sont détruits. Seuls les murs en pierre de l’imposant bâtiment restent debout.

1er août 1902 : Inauguration de l’hôtel de ville de Shawinigan-Falls qui compte 2 mille habitants.

1er août 1902 : Ouverture de l’usine de pâtes à papier à Val-Jalbert.

9 août 1902 : Couronnement d’Édouard VII, roi de Grande-Bretagne et du Canada.

1er septembre 1902 : Parution du Bulletin du Parler français au Canada.

6 septembre 1902 : Joseph Hurteau, un conducteur de tramway à moitié ivre, parcourt Montréal en déchargeant dans toutes les directions un revolver de gros calibre. L’offense dont il s’est rendu coupable est sans contredit l’une des plus originales et des plus dangereuses qu’il soit possible d’imaginer. Il monte en uniforme à bord d’un tramway de la rue Amherst, et se place sur un banc en arrière. Tout à coup il sort de sa poche un revolver de gros calibre et se met à tirer dans la rue, à la grande frayeur des dames qui se trouvaient dans le char, et des passants que l’on rencontrait. Il tire sur la rue Dufferin, sur la rue Mont-Royal, monte à bord d’un tramway de la rue Saint-Denis, tire encore à deux reprises, revient sur la rue Amherst, et décharge son arme en passant à l’angle des rues St-André et St-Hubert. Il fallait voir tout le monde fuyant devant cet énergumène, appelant la police et disparaissant dans toutes les cours voisines. M. Hurteau se rend de nouveau sur la rue Rachel, non sans avoir lancé quelques balles dans diverses directions, histoire de n’en pas perdre l’habitude. Devant l’étal de boucher de M. Papineau, rue Rachel, les détonations deviennent très fréquentes. Soudain l’individu pénétra dans l’étal, avec à la main son revolver encore fumant, qu’il promène devant la figure des dames qui se trouvaient là. On v sa plaindre au poste de police No 14, et la tâche très difficile de recueillir la preuve de cette cause est confiée au caporal Morin, qui s’en acquitte à merveille. Grâce au dévouement et à l’habileté qu’il prodigua dans le rassemblement des témoins, Hurteau sera amené en cour, le 23 septembre 1902, et condamné après avoir plaidé coupable et offert comme simple explication qu’il était éméché ce soir-là. La Cour du Recorder le condamnera à $6 d’amende et aux frais de la cause ou à 20 jours de prison.

16 septembre – 18 septembre 1902 : Le premier congrès des dentistes canadiens est tenu à Montréal. L’Association des dentistes canadiens est créée.

26 septembre 1902 : Naissance du drapeau de Carillon. Le père Elphège Filiatrault, curé de Saint-Jude, fait flotter sur le toit du presbytère ce drapeau qui devient un symbole pour les Canadiens français. En 1926, le drapeau de Carillon sera le drapeau officiel de la Société Saint-Jean-Baptiste. Il fut remplacé par le drapeau actuel du Québec, adopté par l’Assemblée législative en janvier 1948.

3 octobre 1902 : 25 instrumentistes fondent officiellement l’Orchestre symphonique de Québec (OSQ). Joseph Vézina est choisi pour assurer la direction musicale, poste qu’il occupera jusqu’à sa mort en 1924. L’année suivante, la formation changera de nom pour devenir la Société symphonique de Québec. C’est en 1942 que la Société reprendra le nom d’Orchestre symphonique de Québec après sa fusion avec le Cercle philharmonique de Québec.

10 octobre 1902 : Création du groupe La Ligue de l’enseignement.

29 octobre 1902 : Un scandale éclate  à Montréal après la découverte d’une vaste escroquerie impliquant des membres de la police et des fournisseurs de la ville. Il s’agit de l’achat de 44 paletots d’hiver pour une somme de plus de 1000 dollars (en argent de 1902). L’affaire concerne pas moins de dix membres de l’État-major de la police de Montréal. La Commission d’enquête découvre de nombreuses autres violations de la loi.

31 octobre 1902 : On annonce la création d’une école d’où sortiront les officiers de police du Québec. La première classe est composée de 50 futurs policiers.

8 novembre 1902 : La Maison Ledoux et Cie de Montréal construit la toute première voiture-ambulance destinée aux hôpitaux. L’intérieur est fait de manière à donner tout le confort au patient. La voiture peut être désinfectée et lavée en quelques minutes. Rappelons que la Maison Ledoux et Cie a obtenu une médaille d’or à l’exposition de 1900, à Paris, pour ses innovations.

9 novembre 1902 : Lors de leur passage dans la petite ville de Minnedosa, au Manitoba, les Doukhobors, qualifiés de maniaques, d’illuminés et de pauvres fous par les journaux de l’époque, déclenchent un bagarre qui les oppose à la force policière du Manitoba et aux citoyens de cette petite-ville, qui craignaient que les policiers ne soient pas débordés, devant le nombre et la corpulence de ces « pèlerins ». Finalement, c’est de force que les Doukhobors monent à bord des wagons afin qu’il pussent aller chercher « la terre promise » ailleurs qu’à Minnedosa. Les journaux du Québec affirment que la secte n’est pas bienvenue au Québec et que le gouvernement fédéral devrait chercher une autre place pour ces immigrants.

22 novembre 1902 : Naissance d’Albert Leduc, hockeyeur professionnelé Il naît à Salaberry-de-Valleyfield, Québec et il est mort le 31 juillet 1990 à Montréal. Il occupa la position de défenseur dans la Ligue nationale de hockey (LNH) de 1925 à 1935. Albert Leduc a joué pour les Rangers de New York, les Sénateurs d’Ottawa et les Canadiens de Montréal. Il a participé aux deux victoires de la Coupe Stanley que les Canadiens de Montréal ont remporté en 1930 et 1931.

24 novembre 1902 : Investissement privé de 100 millions pour le chemin de fer canadien.

28 novembre 1902 : Joseph Vézina dirige le premier concert de l’Orchestre symphonique de Québec (la Société symphonique de Québec sera constituée officiellement en 1903).

14 décembre 1902 : Un grand incendie détruitl’hôtel Victoria et la célèbre fabrique de cigares Stonewall Jackson, à Québec. Deux femmes y trouvent la mort. Le Victoria fut l’un des plus célèbres hôtels de Québec. Les flammes menaçaient de s’étendre à tout un pâté de maisons de la ville de Québec, mais les pompiers ont réussi à contrôler le sinistre.

18 décembre 1902 : Tenue d’une conférence interprovinciale à Québec.

21 décembre 1902 : Marconi parvient à établir une communication par télégraphie sans fil entre l’Angleterre et le Canada.

Sans date exacte (date à concrétiser) :

1902 : Adoption par le gouvernement fédéral du plan Sifton sur l’immigration. Ce plan d’immigration connu sous le nom de plan Sifton, du nom de Clifford Sifton, ministre de l’Intérieur dans le gouvernement de Wilfrid Laurier, prévoit l’arrivée au Canada de nombreux immigrants en provenance des îles Britanniques, des États-Unis et de l’Europe de l’Est. Entre 1902 et 1914, plus de trois millions d’immigrants entreront au Canada. Ces nouveaux arrivants constitueront une main-d’oeuvre à bon marché fort appréciée, particulièrement dans l’industrie du vêtement. Au Québec, les Juifs et les Italiens formeront le noyau d’immigrants le plus important pendant cette période.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>