Ligne du temps-2016

29 mars – 31 mars 2016

29 mars – 31 mars 2016

C’est arrivé au Québec entre le 29 mars et le 31 mars 2016

Voir aussi : les événements qui ont eu lieu du 22 mars jusqu’au 28 mars 2016

29 mars 2016 : L’avocate de Maxime Roussy a tenté mardi de décrédibiliser l’adolescente qui aurait eu de nombreuses relations sexuelles avec l’auteur jeunesse, allant même jusqu’à la qualifier de menteuse. «Alors vous êtes une menteuse», a lancé Me Valentina Corsetti à la plaignante, juste après que cette dernière eut admis avoir déjà menti une fois sur un forum internet, il y a plusieurs années. Tout au long de la journée, Karine (nom fictif) a été contre-interrogée sur de nombreux détails concernant son témoignage à la cour au procès de Roussy pour des infractions de nature sexuelle. Karine, dont le nom est protégé par la cour, avait affirmé avoir eu plusieurs relations sexuelles avec l’accusé avec qui elle aurait échangé en ligne avant de le rencontrer en personne. Karine était alors âgée de 12 à 16 ans. La jeune femme maintenant dans la vingtaine avait aussi raconté les comportements sexuels de l’accusé, qui iraient de l’utilisation d’objets sexuels divers au sadomasochisme. Mais en contre-interrogatoire, la mémoire de Karine a toutefois été mise à l’épreuve par la défense, qui l’a questionnée sur de nombreux détails, par exemple sur le nombre de blogues qu’elle tenait, ou encore toutes les adresses courriel qu’elle utilisait. Roussy, un père de famille, fait face à six accusations allant du leurre informatique à l’agression sexuelle armée. Les faits se seraient déroulés pendant quatre ans, à partir de 2006.

29 mars 2016 : Une mère et son fils ont été interpellés dans le cadre d’une enquête sur une possible menace terroriste, mardi avant-midi, dans l’arrondissement de Pierrefonds-Roxboro à Montréal. L’opération a engendré un énorme déploiement policier dans le secteur de la rue Laurin, où les autorités suspectaient un homme, qui pourrait avoir des liens avec des réseaux djihadistes, d’être en possession d’explosifs. La fouille minutieuse de la maison unifamiliale n’a toutefois pas permis de retrouver d’explosifs. Par conséquent, l’imposant périmètre de sécurité érigé dans le secteur a pu être levé en début d’après-midi. Par mesure préventive, près de 200 personnes avaient été évacuées dans le secteur, pour la durée de l’opération. Les mêmes motifs de sécurité ont poussé les forces de l’ordre à évacuer temporairement la gare de train de banlieue Sunnybrooke, située non loin de la résidence visée. Le service ferroviaire a été interrompu à cet endroit. Selon nos informations, le suspect, un jeune homme de 20 ans, aurait publié une vidéo sur Facebook quelques heures plus tôt, dans laquelle on le verrait manipuler un objet qui pourrait s’apparenter à un engin explosif. Toujours selon nos sources, certains individus gravitant dans l’entourage de cet homme seraient «des gens un peu plus radicaux». «On parle notamment de menaces diffusées sur les médias sociaux. On ne savait pas si c’était fondé ou non, alors on ne voulait pas prendre de chance», a dit le commandant Ian Lafrenière, porte-parole de la police de Montréal, lors d’un point de presse. Des accusations pourraient être déposées dans cette affaire. «Quand on dit des choses dans les médias sociaux, il y a nécessairement des impacts et des conséquences. C’est d’ailleurs le cas dans ce dossier», a dit le commandant Lafrenière. En fin d’avant-midi, le suspect et la mère de celui-ci se sont rendus aux autorités sans offrir de résistance. Dans le voisinage, l’annonce d’une possible menace a suscité l’inquiétude des résidents du secteur. «C’est bien sûr que je suis inquiète. Des histoires comme celles-là, ça se passe habituellement aux États-Unis ou en Europe», a dit Elena Udvud, l’une des résidentes évacuées.

29 mars 2016 : Le corps d’une femme a été retrouvé dans une voiture incendiée, lundi, à Sept-Îles, sur la Côte-Nord. Vers 17 h lundi, des citoyens qui sont passés près d’une résidence de la rue Mercier, dans le secteur Moisie, ont aperçu une voiture incendiée dans le stationnement. En s’approchant du véhicule, les citoyens ont remarqué la présence d’un corps. La Sûreté du Québec (SQ) a indiqué qu’il s’agissait du corps d’une femme. L’état de la victime ne permet pas son identification. La femme qui serait une citoyenne de Sept-Îles doit être formellement identifiée. Une autopsie sera pratiquée sur le corps pour déterminer la cause exacte de la mort. La SQ protégeait toujours la scène mardi matin. Des bâches avaient été installées pour tenter de garder le plus d’indices possible intacts. Les circonstances demeuraient pour le moins nébuleuses. Il est difficile de déterminer l’heure à laquelle l’événement est survenu parce que l’incendie était éteint quand les citoyens ont remarqué quelque chose de suspect.
30 mars 2016 : MONTRÉAL – Un homme a été poignardé dans une résidence du quartier Hochelaga-Maisonneuve mercredi soir et a été transporté d’urgence à l’hôpital dans un état critique. Les policiers se sont rendus dans une demeure de la rue Létourneux, un peu au nord de la rue Sainte-Catherine Est, après avoir été alertés par un appel fait au 911 à 20 h 55. Sur les lieux, un homme d’une trentaine d’années a été retrouvé avec des blessures qui semblent avoir été causées par une arme blanche, a expliqué le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), mercredi soir. Grièvement blessée au haut du corps, la victime a été transportée vers un centre hospitalier. On craint pour sa vie. «La victime est très connue des services policiers ainsi que des gens du secteur», a spécifié Jean-Pierre Brabant, porte-parole du SPVM. Un périmètre a été établi sur la rue Létourneux et autour de la résidence en question. Des enquêteurs ont été dépêchés sur les lieux pour tenter d’éclaircir les circonstances de l’agression. Aucun suspect n’a été arrêté.

30 mars 2016 : Quatre jeunes adultes qui voulaient possiblement admirer le coucher du soleil se sont égarés mardi soir dans le mont Molson, à Saint-Sauveur, dans les Laurentides. Ils ont eu besoin de l’intervention des pompiers et des policiers pour être secourus. Un peu avant minuit mardi, la Sûreté du Québec a reçu un appel concernant ces quatre personnes âgées d’une vingtaine d’années qui ne retrouvaient plus leur chemin. Des policiers ont été à leur rencontre, mais n’ont pas été en mesure de les ramener. Ils ont donc contacté le Service de sécurité incendie de Saint-Sauveur/Piedmont qui a déployé une équipe spécialisée en sauvetage en montagne. «Ça a pris plusieurs heures avant de pouvoir les sortir de leur fâcheuse position», a indiqué Gérald Plante, directeur du service de sécurité incendie. Il a précisé que les randonneurs s’étaient rendus très loin dans le mont alors que l’endroit est enneigé et glacé. Le site «est tout en cap de roche à cet endroit. Ils ont donc été incapables de repérer leur chemin», a précisé M. Plante. Les pompiers ont finalement réussi à ramener à bon port les policiers et les jeunes adultes un peu avant 5 h. Une femme a été transportée à l’hôpital puisqu’elle souffrait d’hypothermie, mais sa vie ne serait pas en danger. Les trois autres, une autre femme et deux hommes, n’ont pas été blessés.

30 mars 2016 : Un jeune homme de 24 ans a perdu la vie mardi soir après avoir perdu le contrôle d’un VTT, qui avait précédemment été rapporté volé, à Sainte-Anne-de-la-Rochelle, en Estrie. Vers 21 h 15, le conducteur roulait sur le 6e Rang lorsqu’il a perdu la maîtrise du véhicule à l’intersection avec le chemin de Sainte-Anne Sud. Il a heurté un poteau électrique. «Il a été transporté à l’hôpital pour y soigner des blessures graves, a indiqué Ingrid Asselin de la Sûreté du Québec (SQ). Son décès a été constaté à son arrivée au centre hospitalier.» La victime était seule au moment de l’accident. Au cours de la soirée, la SQ avait reçu un signalement concernant une introduction par effraction dans une cabane et le vol d’un VTT. L’enquête a démontré qu’il s’agit du véhicule conduit par l’homme de 24 ans. «Des vérifications sont en cours» pour confirmer si la victime est bel et bien le voleur, a précisé Mme Asselin.

31 mars 2016 : Onze personnes, dont Dany Villanueva, ont été arrêtées jeudi lors d’une opération antidrogue au cours de laquelle un suspect a été blessé. Dix des 11 suspects ont été arrêtés sur les lieux d’une perquisition à Montréal-Nord, a indiqué le Service de police de la Ville de Montréal dans un message aux médias. Lors de l’opération, menée par le groupe tactique d’intervention du SPVM peu après 16 h rue Arthur-Chevrier, deux suspects ont tenté de s’enfuir. L’un d’eux a été atteint par au moins un projectile d’une arme «intermédiaire» avant d’être conduit à l’hôpital. La nature de ses blessures n’était toujours pas connue en soirée. «Le suspect qui a été transporté à l’hôpital s’y trouve toujours», s’est limité à dire le SPVM en début de soirée. Selon les informations recueillies par l’Agence QMI, l’homme aurait été blessé par un ou des projectiles de caoutchouc. Le second suspect ayant tenté de s’enfuir a été maîtrisé par les policiers. Quant à Dany Villanueva, selon les informations obtenues par l’Agence QMI, il a été arrêté à Repentigny par le SPVM et n’est donc pas le suspect blessé par les policiers. Les individus arrêtés (sauf le blessé) ont été conduits dans un centre opérationnel du SPVM où ils devaient être rencontrés par des enquêteurs. Ils pourraient être accusés de trafic de stupéfiants. Dany Villanueva, que la police associe au milieu des gangs de rue et qui a notamment déjà été condamné pour vol à main armée, fait régulièrement la manchette depuis la mort de son jeune frère Fredy en 2008 lors d’une intervention policière dans Montréal-Nord. N’ayant pas la citoyenneté canadienne, il devait être expulsé vers le Honduras, son pays d’origine, pour des raisons de «grande criminalité». En février dernier, le Journal de Montréal rapportait que le gouvernement Trudeau avait renoncé à expulser l’individu parce qu’il «ferait face à une menace à sa vie» ou risquerait de subir «des traitements cruels et inusités» s’il était renvoyé au Honduras. Selon le Journal, son avocat, Stéphane Handfield, avait dit à ce moment que «M. Villanueva doit donc saisir sa chance parce que s’il devait se faire arrêter de nouveau, le ministre peut revenir sur sa décision». En 2008, le lendemain de la mort de Fredy Villanueva, une importante émeute avait eu lieu dans le quartier.

31 mars 2016 : L’enquête du Bureau de la sécurité des Transports (BST) visant à trouver la ou les causes expliquant l’écrasement du Mitsubishi MU-2B qui a fait sept morts, mardi, aux Îles-de-la-Madeleine se poursuit jeudi. Cinq enquêteurs ont été dépêchés sur place. Ils scruteront la carcasse de l’appareil et le terrain où se trouvent les restes de l’avion à la recherche du moindre indice qui pourrait les aider à faire avancer l’enquête de longue haleine. L’avion qui avait décollé de l’aéroport de Saint-Hubert n’était pas muni de boîtes noires, ce qui complique l’enquête, mais n’est pas illégal. Les boîtes noires auraient notamment permis aux enquêteurs d’obtenir les dernières données de vol et les conversations dans le cockpit avant l’écrasement. Puisque l’appareil est de fabrication américaine, le BST agira de concert avec le NTSB et la FAA, deux organismes américains spécialisés dans l’aviation. Les autorités tenteront donc de retrouver le système GPS de l’appareil pour savoir le trajet exact emprunté par celui-ci. Ces pièces auraient notamment permis aux enquêteurs d’obtenir les dernières données de vol et les dernières conversations dans le cockpit avant l’écrasement. Les autorités tenteront donc de retrouver le système GPS de l’appareil pour savoir le trajet exact emprunté par celui-ci. La Sûreté du Québec est aussi sur les lieux de l’écrasement qui a fait sept victimes. Outre Jean Lapierre, les autres victimes sont sa conjointe Nicole Beaulieu, deux de ses frères, Marc et Louis Lapierre, une de ses sœurs, Martine Lapierre, ainsi que deux membres d’équipage, Pascal Gosselin et Fabrice Labourel.

maison_mere_soeurs_grises

Maison-mère des Soeurs Grises à Montréal. Crédit photo : GrandQuebec.com

Voici les sources que nous avons consultées pour ces nouvelles :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>